Réouverture du forum !
http://lethal-instinct.forumactif.com





Partagez | .
 

 Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faction Bleue


avatar
Âge : 19 ans
Nombre de victimes : 14
Contenu du Sac : - Une tenue de rechange
- Une trousse de toilette
- Du savon liquide
- Une boîte de tampons hygiéniques
- Une brosse à cheveux
- Un lot d'élastiques
- Une petite trousse de maquillage
- Un mp3 et ses écouteurs
- Deux livres

- Une bouteille d'eau (1,5L)
- Une barre de céréales

- Un bloc note et un crayon
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)

- Un pistolet CZ75 (chargeur rempli de moitié)
- Une pioche
- Matraque électrique chargée
- Une paire de jitte

Avatar : Lee Chae Rin (CL ;2NE1)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Myuu.BANG!
Doubles Comptes : Choi Hye Sung & Lee Seung Joo

Messages : 239
Activité RP : 0









MessageSujet: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Ven 26 Sep - 23:48


“dual time has come ”

▬ 25 octobre 2013 ; 16h23

Da Som était arrivée au complexe scolaire depuis une bonne vingtaine de minutes. A force du temps passé sur l'île, elle connaissait bien l'endroit – comme de nombreux autres lieux. Et si elle évitait généralement d'y aller, pour une raison qui lui échappait plus ou moins, elle avait cette fois-ci décidé de s'y rendre pour fouiller les différents bâtiments. La dernière fois qu'elle était venue ici, elle n'avait rien trouvé. Mais aujourd'hui, elle avait bon espoir de dégoter un petite quelque chose. Un objet oublié par étourderie, peut-être. Ou plus probablement, un sac omit en urgence sur une dépouille encore chaude. Charmant tableau.

En long, en large et en travers, elle avait vérifié chaque bâtiment. Chaque placard, chaque casier, chaque tiroir. Pas un seul recoin n'avait été omis, pas une seule pièce. Tout avait été passé au peigne fin. Et pourtant, elle savait qu'elle n'avait pas grande chance de trouver quoi que ce soit. Mais au moins, se concentrer dans ces minutieuses fouilles avait un avantage non négligeable : se changer les idées et se vider la tête de toutes les atrocités auxquelles elle pensait un peu trop souvent.

La jeune femme avait gardé le bâtiment des classes de maternelle pour la fin. Après avoir traversé une petite cours, au sol encore vaguement recouvert de traces de craies, elle avait atteint la petite bâtisse, bien plus modeste que les autres. Comme à chaque fois, elle avait franchi le seuil de l'endroit, s'était immobilisée silencieusement pour guetter un quelconque danger. Mais rien. Pas un bruit, pas un geste, pas une ombre qui se meut. Après avoir relâché sa garde, elle avait avancé, fouillé.

L'endroit avait un cachet tout particulier, en comparaison aux autres bâtiments, dont les proportions étaient massives, l'architecture froide et impersonnelle. Ici, c'était différent. Et à moins que ce ne soit une illusion, ou une idée qu'elle se faisait d'elle-même, Da Som trouvait l'endroit plus... Attendrissant, probablement. Les coffres à jouets contenants de vieilles poupées, les murs recouverts de dessins jaunis par le temps, le tableau recouvert de poussière, les petites tables... Seules les quelques traces de sang par-ci par là et les quelques meubles renversés faisaient tâche dans ce décor réconfortant et enfantin.

Passant de salle en salle, sans omettre de vérifier chaque endroit, Da Som finit par franchir l'arche d'une dernière pièce, qu'elle devine baignée dans le soleil. Elle franchit le seuil et... S'immobilise immédiatement. Au fond de la pièce, un jeune homme, le nez dans un vieux coffre. La jeune femme se fige, reste silencieuse, ne souhaitant pas être repérée. Doucement, elle fait basculer son sac, y récupère son pistolet. Elle lève doucement les bras. Au sol, elle devine son ombre, droite et sombre. Canon orienté sur le dos de l'inconnu, la lycéenne finit par annoncer, d'une voix forte, claire et froide : « Ne bouge plus. » Elle attend que le jeune homme la voit, le visage tourné vers elle, encore accroupi. « Lève-toi doucement et tourne toi par ici. Ne tente rien d'autre. » ordonne t-elle, avant de poursuivre : « Ton nom et ta couleur. » Des bases qui étaient siennes depuis peu.

La jeune femme plisse un peu le regard, dévisageant son vis-à-vis. Il avait le visage creusé par la fatigue et par la faim : il devait être là depuis longtemps. Et si ses traits le laissaient deviner jeune, il avait un quelque chose... Dans la mine, dans le regard, dans l'attitude, peu importe. Il dégage une impression de maturité, songe Da Som en le détaillant. « Tu es là depuis quand ? Sur l'île, je veux dire. » interroge t-elle, curieuse, avant de poser une nouvelle question : « Qu'est ce que tu fais là ? Tu fouillais ? »

_________________

Who's story it will be ? Who is it that chooses our steps in the dance? Who lashes us with whips and crowns us with victory when we survive the impossible? Who is it, that does all of these things? Who honors those we love for the very life we live? Who sings that we will never die? Who teaches us what's real and how to laugh at lies? Who decides why we live and what we'll die to defend? And Who holds the key that can set us free ?
THIS IS YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Verte


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Mon bébé qui m'attend

Contenu du Sac : Une photo de son fils
Un portefeuilles
De la monnaie
Kit de rechange (vêtements)
Un téléphone
Sa clef de maison
Un calepin petite taille
Trois stylos
Un livre
Un chargeur de téléphone

Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)

Une grosse pelote de laine

Avatar : Cho Kyuhyun
Statut RP : Disponible
Pseudo : Sawa / Swgzl
Messages : 24
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Dim 28 Sep - 14:24

Quatre mois. Voire cinq. Déjà tout ce temps passé sur cette maudite île. C’est bien trop long. Plus les jours avancent et plus je me demande si je vais vraiment rentrer chez moi. J’ai cru comprendre que d’autres personnes sont arrivées entre-temps, rajoutant des ennemis sur le terrain de jeu. Malheureusement, ça voulait dire qu’il fallait finir ce jeu le plus rapidement possible si l’on voulait éviter d’autres personnes à combattre.
Un soupire passe la barrière de mes lèvres alors que je pense à ces quatre mois qui se sont écoulés. J’ai tué cinq personnes. Je ne pensais pas que j’en étais capable, mais je l’ai fait. Fort heureusement ils avaient eu autant de chance que moi pour l’arme donnée au départ, c’est-à-dire, quelque chose d’inoffensif, qui ne ferait même pas de mal à une mouche. Bon, d’accord, le couteau était un peu plus dangereux mais je m’en suis sorti.

Je continue ma route, arrivant devant l’immense complexe scolaire. De grands bâtiments abandonnés depuis des années –comme un peu tous les bâtiments sur cette île– qui sentent tellement la poussière qu’il serait très déconseillé à un asthmatique d’y aller. Je pousse la première porte qui se présente devant moi, non sans un grincement plutôt sinistre. Je grogne discrètement, espérant que personne ne se trouve sur la même zone et à moins de dix kilomètres de moi.
Je pénètre le bâtiment, que je connais pour y avoir déjà mis les pieds il y a maintenant quelques semaines, vérifiant à droite et à gauche qu’il n’y ait pas d’autres individus que moi dans ces couloirs éclairés par la lumière naturelle qui traverse les fenêtres.

J’avance doucement, sur la pointe des pieds, essayant de faire le moins de bruit possible. Après quatre mois sur cette île, nos habitudes changent. Forcément, je ne vais plus me balader ici comme je me balade dans les rues de Séoul. Ce n’est pas simplement une promenade de santé ici. Ou alors votre santé va vite en prendre un coup. Non, je suis tout le temps sur la défensive, concentré sur le moindre bruit qui peut atteindre les tympans. Il suffit d’une brindille qui craque pour m’alerter. Peut-être que je deviens paranoïaque à force de vivre ici –Et encore, peut-on appeler ça vivre ?– mais après tout, cette brindille qui craque peut signifier votre mort si vous n’êtes pas préparé. C’est sûr, que ça peut aller très loin, mais on n’est jamais trop prudent. Surtout ici.

J’atteins enfin la partie qui semblait réservée pour les petits de maternelle et je suis aussitôt pris d’un sentiment de nostalgie. La dernière fois que j’ai mis les pieds dans une des salles de classe, je m’étais mis à pleurer. S’imaginer les enfants qui vivaient ici, apprenaient, se faisaient des amis, jouaient ensembles et que sais-je encore… Tout revient automatiquement à mon fils, mon bébé. Ce petit être qui est toute ma vie et qui m’attend, quelque part à Séoul.

J’entre dans une salle de classe, au hasard, me perdant dans cette nostalgie, dans les souvenirs que je garde précieusement de mon fils quand je pouvais encore le tenir entre mes bras. Je reste plusieurs minutes, sans bouger, observant simplement la salle et son contenu. Je remarque que certaines chaises sont tombées et se trouvent sur le côté, signe que quelqu’un est déjà passé ici depuis que l’école est fermée. Il n’y a pas beaucoup de bureaux ou de  chaises ici, étant dans une classe maternelle c’est presque normal.
Je m’avance, toujours sans faire de bruit vers le fond de la salle, tournant le dos à la porte. Quand mon attention est attirée par ce coffre qui trône au fond de la pièce, seul. Je m’accroupi et l’ouvre pour y découvrir l’intérieur. Je tombe sur plusieurs peluches jaunies par le temps et des cahiers qui tombent presque en poussière. Un sourire se dessine sur mes lèvres lorsqu’une pensée me traverse l’esprit. Je pourrais peut-être prendre une peluche pour mon fils ? Preuve de ce que je traverse pour le retrouver.

C’est débile.
Je crois que je préférais oublier cet période au plus vite si je rentre un jour.

Perdu dans mes pensées, je ne fais plus attention à ce qu’il se passe autour de moi, bafouant complètement mes principes.
Grossière erreur.

Je sursaute à l’entente d’une voix forte dans mon dos. Une femme. Peut-être qu’elle deviendra ma sixième victime si jamais elle s’avère être contre moi.
Lentement, je me retourne et pose mon regard non pas sur son visage, mais sur le petit objet qu’elle tient dans une main, et surtout, qu’elle pointe vers moi.

Ne rien faire de stupide.
Silencieux, je fais ce qu’elle me dit. Après tout, je ne vais pas tenter quelque chose alors qu’elle semble avoir une vraie arme et moi… De la laine. Je pourrais toujours essayer de lui crever un œil avec un de mes stylos mais je pense que la balle atteindra ma chair avant même que je puisse le sortir du sac.

Je la regarde, quelque peu effrayé –Qui ne le serait pas dans cette situation ? Même après avoir vécu quatre mois sur l’île– avant de me demander si elle n’est pas un peu stupide. Peut-être que quelqu’un lui a dit pour sa propre couleur, mais en tout cas, je n’ai aucune idée de ce que peut être la mienne. J’aurais tendance à dire rouge, car c’est une couleur qui me plait, mais peut-être que je me trompe.

Allez, Réfléchis Jin Hwan, tu vas bien trouver un moyen d’inverser les positions et de finir dominant là-dedans. « Je m’appelle Jin Hwan. Et vous ? » Bon, dans l’idée originale on avait vu mieux. « Je suis ici depuis quelques temps et je crois que je me suis perdu. » Autant ne pas dire qu’on est un habitué de l’île. Peut-être qu’elle baissera sa garde comme ça. « Je cherchais simplement un endroit avec un toit. »

En évitant tout geste brusque, je remets mon sac sur mon épaule pour qu’il ne tombe pas et m’approche d’un pas de cette inconnue. J’avoue ne pas trop avoir savoir ce que je dois faire maintenant et c’est assez frustrant. « Pourriez-vous baissez votre arme s’il vous plait ? Je ne me sens pas très bien. » Dis-je alors, prétextant un malaise. « Je crois que je dois encore m’habituer à cette ambiance… » Continué-je, toujours en jouant le jeu du nouveau venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Bleue


avatar
Âge : 19 ans
Nombre de victimes : 14
Contenu du Sac : - Une tenue de rechange
- Une trousse de toilette
- Du savon liquide
- Une boîte de tampons hygiéniques
- Une brosse à cheveux
- Un lot d'élastiques
- Une petite trousse de maquillage
- Un mp3 et ses écouteurs
- Deux livres

- Une bouteille d'eau (1,5L)
- Une barre de céréales

- Un bloc note et un crayon
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)

- Un pistolet CZ75 (chargeur rempli de moitié)
- Une pioche
- Matraque électrique chargée
- Une paire de jitte

Avatar : Lee Chae Rin (CL ;2NE1)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Myuu.BANG!
Doubles Comptes : Choi Hye Sung & Lee Seung Joo

Messages : 239
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Dim 12 Oct - 21:51

Peluche en main, le jeune homme se plie aux ordres clamés. Il se retourne avec vigilance, sans le moindre geste brusque. Ça ne fait pas pour autant baisser sa garde à Da Som, qui garde son arme braquée en la direction de l'inconnu. Son regard d'encre balaye, observe. Il devait être un peu plus âgé qu'elle... Ou tout du moins, il dégageait quelque chose de plus âgé, plus mature. Peut-être le fait qu'il reste calme et diplomate ? Trop, même. Le vouvoiement fait doucement sourciller la lycéenne, qui reste silencieuse et perplexe un court instant. « Da Som. » répond-elle simplement, avant de remarquer, son front toujours plié par la perplexité : « Mais pourquoi ce vouvoiement ? Ici la politesse n'est pas vraiment de mise. »

En tout cas, il ne semblait pas dangereux. Semblait... Et depuis son arrivée sur l'île, la jeune femme avait eut tout le temps de comprendre que les apparences pouvaient être trompeuses. Néanmoins, elle ne pouvait pas le nier : elle avait vu nettement plus menaçant qu'un gaillard peluche en main. Ce n'est pas pour autant qu'elle flanche, mettant toujours Jin Hwan en joue. Ce dernier explique qu'il n'était pas ici depuis longtemps, cherchant juste un abris. « Depuis quand es tu là ? » demande t-elle. « Moi, depuis le 1er mai. Je suis de la classe originelle. » ajoute t-elle après un petit moment de flottement, comme pour lui faire comprendre qu'elle avait du vécu ici.

Tout doucement, le participant réajuste son sac sur épaule, avant d'amorcer un pas vers elle. Aussitôt, Da Som se tend, mains un peu tremblantes. « Ne bouge pas ! » vocifère t-elle, mains resserrées sur la crosse de son arme. La voix plate de son interlocuteur se fait à nouveau entendre. Il semblait calme en assurant qu'il ne se sentait pas bien, et qu'il peinait encore à s'adapter à cet endroit. Un peu déstabilisant... Da Som respire longuement pour se détendre un peu, avant de proposer : « Entendu. Mais ne bouge pas d'où tu es. » Elle attend une approbation, avant de baisser tout doucement le canon de son revolver, non sans le garder en main.

« En attendant, tu n'as pas répondu à ma question. Connais-tu ta couleur ? » demande t-elle à nouveau. Ça, c'était une information qui l'intéressait. Même si ça la peinait toujours de se dire qu'elle devrait probablement tuer si sa faction et celle d'un tiers n'étaient pas compatibles. Mais c'était encore la meilleure solution, plutôt que d'attaquer sans aucun discernement.

En attendant que le verdict ne tombe, elle se décide à poser quelques questions. Probablement pour détendre un peu l'atmosphère, mais aussi pour mieux cerner son vis-à-vis... Dans l'espoir que ce dernier ne soit pas menaçant à ses yeux. « Je suis la première personne que tu rencontres ici ? » demande t-elle. Si Jin Hwan était effectivement arrivé dernièrement, il y avait des chances. Et visiblement, il n'était pas habitué aux approches tumultueuses du genre... De quoi conforter Da Som dans son idée que ce jeune homme devait être un petit nouveau encore candide et ignorant.

Son regard glisse rapidement le long de la silhouette du participant, avant d'en venir à sa main. Elle était toujours resserrée sur cette peluche. Ses yeux restent rivés quelques instants sur ce jouet poussiéreux, pensif... Cette scène avait quelque chose de décalé. Et ça avait beau paraître complètement fou et naïf, elle se sentait vaguement attendrie par la scène. Pas moins perturbée, elle finit tout de même par relever son regard vers les yeux étirés de son vis-à-vis pour l'interroger : « Qu'est ce que tu vas faire de cette peluche ? »

_________________

Who's story it will be ? Who is it that chooses our steps in the dance? Who lashes us with whips and crowns us with victory when we survive the impossible? Who is it, that does all of these things? Who honors those we love for the very life we live? Who sings that we will never die? Who teaches us what's real and how to laugh at lies? Who decides why we live and what we'll die to defend? And Who holds the key that can set us free ?
THIS IS YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Verte


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Mon bébé qui m'attend

Contenu du Sac : Une photo de son fils
Un portefeuilles
De la monnaie
Kit de rechange (vêtements)
Un téléphone
Sa clef de maison
Un calepin petite taille
Trois stylos
Un livre
Un chargeur de téléphone

Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)

Une grosse pelote de laine

Avatar : Cho Kyuhyun
Statut RP : Disponible
Pseudo : Sawa / Swgzl
Messages : 24
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Lun 20 Oct - 9:56


Il y a cette odeur de poussière. Tellement présente qu’elle vous donne envie de tousser ou d’arrêter tout simplement de respirer. Ajoutez à cela une certaine odeur d’humide, de moisi et de pourriture. Je me demande encore comment j’ai fait pour tenir dans cette saleté sans être encore tombé malade. Le confort et l’hygiène sont deux choses auxquelles vous pouvez dire adieu lorsque vous arrivez ici, croyez-moi.
Mais là, n’est pas la question.
Car je suis toujours dans cette pièce qui avait sans doute dû servir de salle de classe pour des gamins hauts comme trois pommes. Ou de salle de jeux, c’est au choix.  Et cette pièce en question semble tout à coup étouffante. Peut-être est-ce dû à cette femme qui m’est inconnue et qui braque son arme sur moi ? Oui, je pense que ça doit être ça.

Et donc Jin Hwan, qu’est-ce que tu as pour te défendre ? Ah oui, une pelote de laine. Je crois que je ne n’ai jamais détesté autant le gouvernement qui nous a distribué nos armes que depuis le jour où j’ai reçu mon sac. Donc en attendant c’est : pas de mouvements brusques, pas de répliques qui pourraient la froisser, rien de bien méchant. Le mieux serait qu’elle puisse croire que je suis faible et perdu pour qu’elle puisse baisser son arme –en priant pour qu’elle le fasse vraiment– et ainsi je pourrais prendre l’avantage.

Après tout, c’est une femme. Et je suis un homme.

Elle ne me semble pas très musclée et pourra donc facilement se retrouver à terre. Alors oui, pour cela je la vouvoie.
Mauvais jeu. Elle réplique en m’informant aussitôt que le vouvoiement et toutes autres formes de politesse sont inutiles sur cette île. C’est vrai après tout. A quoi bon se montrer aimable envers quelqu’un qui se retrouvera peut-être six pieds sous terre. Et par votre faute.
Néanmoins, ça prouvera que je suis « nouveau » sur cette île. Ce petit jeunot qui est encore ignorant que l’atmosphère sur cette île n’est pas toute rose et qui est souvent dans les premiers à nous quitter.

Je dégluti difficilement lorsqu’elle annonce faire partie de la classe originelle. D’accord, elle a de l’expérience. Nous n’avons qu’un mois de différence pour ce qui est de notre arrivée ici donc ça pourrait passer. « Je suis arrivé il y a quelques jours, je crois. Je ne suis plus sûr. » Essayons de rester vague sur la date de ma soi-disant arrivée. Il manquerait plus que je donne une date au hasard et que je me trompe complètement. Adieu la couverture du pauvre novice.

Lentement, je remets mon sac sur mon épaule et avance d’un pas. Je n’ai même pas le temps d’en démarrer un deuxième qu’elle me suggère plutôt durement de ne pas faire un pas de plus. Et voyant qu’elle resserre sa prise sur son arme, je préfère ne pas insister. Je reste planté dans la salle, ne disant rien et prenant cette mine effrayée et perdue. Je la supplie, toujours d’une petite voix de brebis, de bien vouloir baisser son arme qu’elle me rend nauséeux et j’ajoute même que je ne suis pas familier à cette atmosphère de bains de sang.

J’observe sa main se baisser doucement, gardant tout de même l’arme. Elle ne me fait pas encore suffisamment confiance pour baisser entièrement sa garde. Ce qui est normal ici. Même moi, face à une personne qui m’aiderait plusieurs fois, je ne baisserais jamais totalement ma garde.

Elle me rappelle une question qu’elle avait posée plus tôt et à laquelle je n’avais pas répondu. Qu’est-ce que je suis censé faire maintenant ? Et si je proposais une couleur au hasard ? J’ai une chance sur quatre pour trouver la bonne mais dans le cas contraire, elle me tuera sans même prendre le temps de me poser d’autres questions. Ou alors je dis simplement que je ne connais pas ma couleur. Ce qui est la vérité.
J’ouvre la bouche lorsqu’elle me coupe pour me poser plus de questions. Ça commence limite à devenir ennuyeux avec toutes ces questions mais que voulez-vous. Il faut bien jouer le jeu, tenir le rôle jusqu’aux bout et ne pas se faire démasquer.

« Oui… Hormis ceux qui étaient avec moi sur le bateau que je n’ai plus vu depuis que je suis allé me cacher la première fois. » J’ai cette petite voix tremblotante, celle de ce petit enfant perdu et qui voudrait à tout prix retourner dans sa maison, au chaud et sortir de ce cauchemar. Après tout, il faut bien que mes talents d’acteur servent à quelque chose. « Et pour ma couleur… Je ne sais pas. Je ne peux pas vérifier moi-même. » Evidemment, car c’est plus logique de dire que vous ne connaissez pas votre couleur lorsque vous n’avez rencontré personne pour vous la dire.

Son regard s’attarde sur moi, descendant lentement afin d’aller jusqu’à la peluche toujours dans ma main. Mais qu’est-ce qu’on se fiche bien de ce que je peux faire avec cette peluche ? Qu’est-ce qu’elle veut ? Que je lui raconte comment j’ai eu un fils et comment cette peluche me rappelle celles que je lui offrais ? Ah, aussi que j’aimerais garder cette peluche avec moi pour la lui donner… Et puis quoi encore ? Peut-être qu’elle veut que je lui écrive une biographie rapidement, là, tout de suite ?

Allez, calme-toi Jin Hwan. Garde ton rôle.

« Elle ressemble beaucoup à celle que j’avais lorsque j’étais encore un bébé. Alors je pensais que je pourrais la garder. Pour garder un pied avec ma famille qui m’attend. » Que d’innocence. D’ailleurs ça me fait penser qu’il faudrait peut-être qu’elle me donne sa couleur elle aussi. Dans ce cas, je pourrais quitter ce rôle si elle se trouve être dans mon camp. « Et… Quelle est votre couleur à vous ? Oh, peut-être que vous pourrez m’aider à connaitre la mienne ? »

D’accord c’est risqué mais au moins, ça me laissera une ouverture. Lentement, je m’approche d’elle, montrant toujours cette peur face à l’arme qu’elle tient toujours dans la main. Si seulement cette hésitation de rester à moins de dix mètres d’elle pouvait la persuader de complètement ranger son arme… Mais bon, les rêves n’existent plus ici.
Maintenant il faut juste que je la laisse s’approcher de moi, qu’elle regarde ma nuque et, avant même qu’elle ne puisse faire quelque chose, je la mets à terre.

Au moins, je ne suis pas une bille en sport.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Bleue


avatar
Âge : 19 ans
Nombre de victimes : 14
Contenu du Sac : - Une tenue de rechange
- Une trousse de toilette
- Du savon liquide
- Une boîte de tampons hygiéniques
- Une brosse à cheveux
- Un lot d'élastiques
- Une petite trousse de maquillage
- Un mp3 et ses écouteurs
- Deux livres

- Une bouteille d'eau (1,5L)
- Une barre de céréales

- Un bloc note et un crayon
- Une carte de l'île avec ses zones
- Une boussole
- Une lampe torche (avec piles)

- Un pistolet CZ75 (chargeur rempli de moitié)
- Une pioche
- Matraque électrique chargée
- Une paire de jitte

Avatar : Lee Chae Rin (CL ;2NE1)
Statut RP : Disponible
Pseudo : Myuu.BANG!
Doubles Comptes : Choi Hye Sung & Lee Seung Joo

Messages : 239
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Mer 22 Oct - 22:04

Le jeune homme déglutit, ce qui laisse trahir sa nervosité quand Da Som vient à annoncer qu'elle était ici depuis le commencement du jeu. Elle ne mentait jamais à ce sujet – après tout, elle n'en avait aucun intérêt, et jouait souvent sur cet état des faits pour intimider ses potentiels agresseurs. Qui plus est, elle savait qu'elle n'était pas inoffensive. Si elle était convaincue que certains de ses camarades de classe n'avaient jamais levé la main sur qui que ce soit, ce n'était pas son cas à elle. De façon un peu excessive, au départ, dans des états de panique ou de paranoïa. Mais depuis, elle s'était faite au jeu et à sa dure réalité. Et surtout, elle avait apprit à se faire un peu plus pragmatique et à prendre un peu de recul sur les situations.

Elle n'en restait pas moins une personne lucide. Si pour certains, nouvel arrivant était synonyme de personne faible et timorée, elle savait que ça n'était pas le cas. Elle en était la preuve même. Arriver sur cet île était quelque chose de traumatisant, et avait vite fait d'y voir le mal partout, même s'il n'y avait pas lieu d'être. On pouvait rapidement céder à la panique et commettre un acte sans retour.

Pourtant, ce garçon ne lui inspirait rien de tel. Bien loin de là. Le fait qu'il assure ne plus être certain de sa date d'arrivée la perturbe légèrement, ce qui la fait sourciller... Mais elle met ça sur le compte du traumatisme. Son vis-à-vis semblait complètement perdu, ni plus ni moins.

Ce qui la fait baisser son arme, même si elle ne la range pas. Le jeune homme avait beau être inoffensif, il n'en restait pas moins une cible à abattre s'il n'était pas de la même faction. C'était une méthode un peu dure à avaler, mais la seule pertinente si elle souhaitait partit d'ici. Mais pour l'heure, elle ne se sentait pas en danger, malgré ses menaces et ses vociférations, plus ici par principe de prudence.

La lycéenne finit par poser quelques questions, histoire de cerner un peu mieux Jin Hwan. Ce dernier explique qu'elle était effectivement la première personne qu'il croisait ici, ceux de son bateau mis à part. « Tu as du arrivé le 15 octobre. » suppose t-elle. « On perd rapidement la notion du temps, ici. » Même si bon, dans son cas il lui en avait fallu un peu plus ! Mais c'est clair qu'au début, les journées semblaient affreusement longues. Pour ce qui est de sa couleur, le participant admet qu'il ne la connaissait pas encore. Problème qui trouverait rapidement solution, de toute évidence.

Avant tout, il répond néanmoins à la dernière question posée par la jeune femme, au sujet de la peluche. Il explique que ce morceau de laine lui rappelait son enfance. Et qu'il pensait la garder, de fait, histoire de garder un pied à terre. Da Som acquiesce simplement en silence, ne voyant qu'ajouter à ce sujet.

De toute façon, la question suivante l'intéresse bien plus : les couleurs, à nouveau. En premier lieu, il lui demande la sienne. « Je suis de la faction bleue. » répond-elle, avant d'écouter la suite. Il lui suggérait de lui faire découvrir la sienne à lui, tout en avançant doucement. Da Som se crispe légèrement par réflexe, mais répond : « Entendu. » Elle n'allait pas refuser, après ce qu'elle avait dit ! Néanmoins, elle met en garde : « Mais tu as conscience que si je vois quelque chose qui ne me plaît pas, je te tuerai. N'est ce pas ? » Histoire d'être sûre, hein ! Même si en soit, cette question était rhétorique, et qu'elle ne cherchait pas nécessairement l'accord du jeune homme à ce sujet.

Avançant à son tour, elle vient accrocher son revolver au moyen d'un tissu arraché noué autour de sa cuisse. Histoire de garder la croisse à porter de main, en cas d'urgence. Elle fait signe au jeune homme de se retourner, afin qu'elle puisse avoir accès à sa nuque. Passée dans le dos de Jin Hwan, elle se hisse sur la pointe des pieds, tente de saisir le cercle mécanique... Mais n'a pas le temps d'en faire davantage, l'autre se retournant soudainement sans mot dire.

Hors Jeu:
 

_________________

Who's story it will be ? Who is it that chooses our steps in the dance? Who lashes us with whips and crowns us with victory when we survive the impossible? Who is it, that does all of these things? Who honors those we love for the very life we live? Who sings that we will never die? Who teaches us what's real and how to laugh at lies? Who decides why we live and what we'll die to defend? And Who holds the key that can set us free ?
THIS IS YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Verte


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Mon bébé qui m'attend

Contenu du Sac : Une photo de son fils
Un portefeuilles
De la monnaie
Kit de rechange (vêtements)
Un téléphone
Sa clef de maison
Un calepin petite taille
Trois stylos
Un livre
Un chargeur de téléphone

Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)

Une grosse pelote de laine

Avatar : Cho Kyuhyun
Statut RP : Disponible
Pseudo : Sawa / Swgzl
Messages : 24
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   Sam 8 Nov - 22:48

On pourrait passer notre temps à faire ça. Poser des questions, y répondre. Après tout, on a toute notre vie, non ? Même si j’aimerais partir d’ici le plus rapidement possible, je sais quand il faut se rendre à l’évidence. Mais apparemment, la discussion n’est pas toujours la meilleure chose à faire. Sur cette île, il faut savoir quand passer à l’acte tout en gardant un temps d’avance sur son ennemi. Et cette femme est mon ennemi. Sauf si elle se trouve être dans la même faction que moi. Ce qui est assez difficile à dire étant donné que, même après des mois de vie sur ce bout de terre flottant, je ne sais toujours pas la couleur de cette pastille contre ma nuque. C’est assez frustrant, je dois vous l’avouer, mais je n’ai pas eu l’occasion de faire assez confiance à quelqu’un pour le laisser regarder.

Vous rigolez, et vous avez raison. Qu’elle culot de dire ça alors que je viens juste de proposer à cette jeune femme de la classe originelle de bien vouloir y jeter un coup d’œil. C’est suicidaire, oui. J’ai une chance sur quatre pour que l’on soit de la même couleur, sinon… Mais je ne lui laisserais pas l’occasion d’aller jusqu’au bout. Je ne suis pas bête et je sais ce que je fais. Du moins, je crois que je sais.

J’espère simplement qu’elle est assez bête pour tomber dans le panneau. Je lui relance un petit regard, très discret afin qu’elle ne remarque pas que, derrière cette expression apeurée et perdue, je suis en train de calculer tous ses mouvements.

Ah, c’est beau de se croire très intelligent.
Car en vrai, je ne fais que l’observer pour pouvoir me tenir prêt si jamais elle décide de pointer à nouveau son arme vers moi et d’appuyer sur la gâchette. Et oui, même si ça en a l’air, je ne suis pas dans un film. Il faut que je reste concentré.

J’ai comme l’impression de recevoir un coup de massue lorsqu’elle m’annonce la couleur de son camp. Bon, d’accord. Alors soit, je suis moi aussi bleu et, dans ce cas, j’aurai eu beaucoup de chance.Soit, j’attaque. Enfin, dans les deux cas, j’attaquerais. Je ne vais quand même pas la laisser tranquillement regarder ma nuque en pariant sur la couleur gagnante. Surement pas ! Seul un débutant pourrait faire une erreur pareille. Et encore, je n’en suis même pas sûr.

Un mot. Il suffit d’un mot pour que tout mon sang se mette en effervescence. Je sens mon cœur partir au pas de course au moment où elle prononce ce simple mot ; « entendu » Et peut-être qu’il a accéléré encore plus lorsqu’une petite menace toute mignonne se glisse d’entre ses lèvres. D’accord. Au moins, c’est clair. Même si je m’en doutais déjà avant. J’ai soudainement très chaud. Mon cœur cogne à toute vitesse contre ma cage thoracique et je crois même que je suis en sueur. Une chose est sûre, ce n’est pas à cause d’un possible coup de foudre, loin de là ! Je la vois s’approcher, laissant un soupir très discret s’échapper lorsqu’elle lâche enfin son arme à feu. Bon, c’est le moment. Je ne devrais pas m’en faire, je sais que mon plan va marcher. Après tout, elle est tombée dans le panneau, elle ne pense pas du tout que je suis en train de lui mentir.

Naïve petite fille.

J’ai l’impression que les quelques secondes qui séparent le moment où elle a commencé à marcher vers moi et le moment où elle aura ses mains dans ma nuque prennent une éternité. Comme si Dieu veut se jouer encore plus de moi et fait passer le temps beaucoup plus lentement pour que j’aie le temps de voir ma vie défiler devant moi. Après tout, elle a toujours son arme alors que je n’ai rien du tout pour me défendre. Ah si, Un peu de laine. C’est tellement menaçant.

Il suffirait d’un mauvais mouvement, trop tôt ou trop tard, pour que l’on retrouve mon corps étalé de tout son long sur le sol de cette salle sinistre. Il faudra donc que j’éloigne son arme d’elle après l’avoir déstabilisée. Oui, plus son arme sera loin d’elle, mieux je me sentirais. Je pourrais même essayer de lui prendre pour, moi, en finir avec elle. Après tout, je ne sais pas si elle est avec moi et tant que je ne sais pas ma couleur, je préfère prendre mes précautions.

Je n’ai pas pour objectif de finir le jeu ici, avec ma défaite.


Aussitôt que je sens ses doigts froids contre ma nuque, je me retourne brusquement, lui donnant un coup dans le ventre avec mon coude. Je ne perds pas une seconde de plus et me retourne avant de donner un coup de pied dans la cuisse où se trouve son arme pour l’en déloger.

Tout se passe trop rapidement, et je vois l’arme à feu glisser sur le sol jusqu’à un coin de la pièce. Une fois hors de danger, je me débrouille pour la faire tomber et m’assois sur ses hanches pour être sûr qu’elle ne bougera pas. « Alors, je suis de quelle couleur, mademoiselle ? » Je laisse un petit rire s’échapper d’entre mes lèvres face à l’expression de Dasom. « Vous n’alliez tout de même pas tenter de tuer un pauvre petit innocent comme moi, n’est-ce pas ? » Continué-je toujours avec un ton moqueur.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dual time has come ∇▲ feat. Jin Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» SWAP Apéro Time
» (✰) i hold the time to keep you off my mind.
» ☾ every time you touch me i just melt away.
» NTO' feat. Lucariello - Nuje Vulimme 'na Speranza (napolitain +traduction en italien)


Lethal Instinct :: 
 :: Zone 1 :: École
-