Réouverture du forum !
http://lethal-instinct.forumactif.com





Partagez | .
 

 Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Sam 13 Juil - 18:07


« Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? »

29 Juin 2013 - 3H25

Voilà plusieurs heures que Sae Hee était assis au fond d’une salle avec d’autres élèves. Seule, tandis que les autres discutaient entre eux. Elle était là que depuis seulement deux-trois heures à tout casser dans cette école abandonné avec tout le reste des autres survivants de l’île. Un cessez le feu avait été annoncé aux alentours des une heure du matin, c’est-à-dire que pendant celui-ci, les étudiants devaient arrêter de s’entre-tuer, une bonne chose pour Sae Hee qui ne se remettait toujours pas du meurtre qu’elle avait pu commettre quelques jours bien avant. Le corps de ce jeune homme couvert de sang. C’était un accident voilà ce qu’elle essayait de se dire, bien qu’elle était la seule responsable, c’était elle qui lui avait tiré une balle dans la tête et non le contraire. Alors qu’on la poursuivait, le garçon s’était retrouvée sur son chemin et paniquée malheureusement le coup était partie tout seul. Elle avait fait ainsi sa première victime et c’est à partir de ce jour que la coréenne ne dormit plus…

Un virus, voilà pourquoi son collier avait bipé. Sae Hee avait réussi à obtenir des informations en ce qui concernaient ce fameux collier qu’elle portait autour de son cou. Ce bijou était maudit, à tout moment il pouvait exploser si dans les prochaines vingt-quatre heures une personne n’était pas tuée. Lorsque celui-ci avait émis ce bruit annonçant la mort arrivant, Sae Hee avait paniqué au point qu’elle s’était débattu en espérant pouvoir enlever ce foutu collier. À tel point que maintenant, elle se retrouve avec des marques rouges tout autour de son cou, des marques qui pour le moment n’était pas prêtes de partir. Ce virus avait pénétré dans le réseau informatiques de ses savants fous, oui c’est ainsi que la jeune demoiselle désignait les personnes qui dirigeait cette île en jouant avec eux. Certaines personnes étaient mortes, Sae Hee avait vu leur collier exploser, offrant alors un horrible spectacle. Les images la hantaient encore, même éveillée. Garder son sang-froid ici était impossible, elle ne savait pas encore comment elle avait fait pour ne pas devenir folle jusqu’à aujourd’hui. Dormir était devenu un vrai calvaire. Elle avait peur de fermer les yeux et de ne plus jamais les ouvrir, elle avait peur de mourir dans la nuit, au point qu’il était dur pour elle de tenir debout. De longues cernes sous les yeux étaient apparus. Finalement ce cessez le feu allait pouvoir peut-être lui permettre de dormir un peu, le temps que le problème soit résolus. En espérant qu’il ne se résout jamais. On n’avait pas le droit de tuer pour le moment, sinon le tueur mourrait aussi, à moins d’être de nature suicidaire, Sae Hee ne pensait qu’une personne serait assez folle pour tenter le coup.

Dormir ici avec tout ce monde était impossible. Sae Hee n’aimait pas être autant entourée. Elle se leva, remettant son sac sur le dos prête à changer d’endroit. Elle voulait trouver un endroit plus calme pour respirer et se reposer un peu. Elle se mit donc en quêtes d’un endroit calme où elle espérait vraiment ne rencontrer personnes. Marchant lentement dans les couloirs, elle vit un groupe de garçons se battre, mais rien de bien grave, un peu plus loin une femme et un homme qui semblait passer un bon moment. Elle détourna le regard prenant les escaliers pour gagner le deuxième étage, celui-ci semblait un peu moins peuplé, mais il était loin d’être désertique. Elle soupira, ouvrant chaque porte de classe, mais referma bien vite lorsqu’elle remarqua la présence d’autres personnes. Il n’y avait pas dans cette fichue bâtisse, un endroit au calme où on ne l’emmerderait pas. La dernière porte qu’elle referma, elle la claqua surprenant ainsi les personnes s’y trouvant. Elle se mit à réfléchir, peut-être les toilettes des filles. Enfin elle l’espérait, car l’adolescente ne voulait pas tomber sur un couple en plein débâcle amoureuse. Elle continua main dans les poches de son jean quelque peu déchiré et usé à force de le porter. Elle attrapa la poignée de la porte qui semblait un peu rouillée, elle força un peu et finit par l’ouvrir. Sa main chercha l’interrupteur qui alluma la pièce, seule une ampoule semblait marcher sur toutes les autres qui devaient être sûrement grillé. Elle ne vit personne, elle avança fermant la porte derrière elle pour s’approcher des robinets. Elle avait besoin de se rafraîchir un peu, elle ouvra le robinet, mais un liquide marron s’en échappa, le dégoût se lit sur le visage de la demoiselle. Il ne lui restait plus beaucoup d’eau et elle préférait le préserver. Sae Hee ne sentait pas forcément bon, prendre une douche ici n’était pas quelque chose de simple, à part piquer une tête dans l’eau du lac, il n’y avait pas d’autre moyen de se nettoyer un peu. Enfin elle n’était pas la seule dans ce cas et heureusement. Elle entendit un bruit. Elle se mit en garde, cela provenait de l’un des toilettes, elle fronça les sourcils et avança, poussant chaque porte pour finalement découvrir dans l’un d’eux une silhouette féminine avec plusieurs autour d’elle. Elle pencha la tête sur le côté, cette fille semblait faire quelque chose, cela attisa la curiosité de Sae Hee qui ne se gêna pas de lui demander ce qu’elle faisait. « Qu’est-ce que tu fais ? » La personne s’arrêta dans sa manœuvre, Sae Hee la fixa de ses prunelles sombres, l’ampoule clignotait s’éteignant par moment pour se rallumer. Elle ne bougea pas fixant tout simplement la demoiselle. D’habitude Sae Hee ne sentait pas particulièrement à l’aise avec les gens et plus précisément les filles, mais il faut croire que ce que faisait en ce moment la jeune femme intéressait beaucoup l’adolescente coréenne « Ça te dérange si je reste ici ? Je n’aime pas être trop entouré. » Oui Sae Hee lui demandait la permission de rester squatter ici, alors qu’en temps normal, celle-ci ne prendrait même pas la peine de poser la question et ferait comme bon lui semblait.


Dernière édition par Ahn Sae Hee le Lun 15 Juil - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Lun 15 Juil - 10:05

Etait-ce normal de penser que ce cessez-le-feu était plus dangereux dans l’esprit de Junko que cette tuerie animale ? Dans cette école, la jeune femme se sentait prise au piège et tout aussi banale que les personnes qui l’entouraient. Ceux-là…à son arrivée, à peine après l’annonce aux haut-parleurs (par chance elle n’était pas loin de l’école quand tout ceci se produisit), elle avait eu le loisir d’observer les autres concurrents dans l’arène, qui s’attroupaient dans les coins ou les différentes salles du bâtiment, feignant une amitié qui n’existerait plus dans quelques heures. La nipponne ne comptait pas faire ami-ami pendant cette période néfaste où tous les survivants devraient se côtoyer. Au contraire, elle en profitait pour repérer qui était faible, donc bon à attaquer dès le cessez-le-feu, et qui ne l’était pas. C’était cruel et inhumain, mais il semblait qu’elle avait perdu toute once d’humanité en elle. Le pire, c’était que ça ne la gênait pas.

Pendant un temps elle fut craintive cependant. Des yeux, elle chercha un long moment Rose, qu’elle finit par apercevoir quelque part, entre les salles de maternelles et les salles d’ateliers. Cela la soulagea, même si elle ne se l’avoua pas, car il s’agissait d’une personne, non pas à laquelle elle tenait, mais qui avait une signification précise pour elle et qui ne devait pas mourir. Elle ne voulait pas avoir à dire aux parents Maruyama que leur deuxième fille s’était faite tuer pendant ce jeu funeste…Car oui, elle pensait bien sortir vivante de ce trou à rat et elle était bien parti pour, il faut dire. Le tableau de ses victimes, ainsi que sa bonne forme le prouvaient.

11. Ils étaient 11 à avoir succombé sous sa main, ou plutôt sous son couteau ! La plupart elle ne se souvenait plus de leur visage parce qu’elle savait fort bien que ça ne l’aiderait pas à avancer. Elle ne souvenait aussi à peine de leur sexe, si elle avait tué plus de femmes que d’hommes, ou l’inverse. L’important, c’était que leur nombre se réduisait, et qu’il lui fallait savoir quel collier elle portait.

Ces fichus colliers d’ailleurs ! La première fois qu’elle l’avait entendu biper, il y a quelques heures, elle n’y avait pas cru une seule seconde. Elle, elle ne pouvait pas mourir explosée comme ça ! Elle se considérait comme une très bonne joueuse et, force était de dire qu’elle était un bon pion dans l’échiquier, remplissant parfaitement son rôle de tueuse. Sans en être fière, elle prenait ça pour une nécessité que tout le monde ne comprenait pas. Heureusement, ou pas, certains étaient comme elle et ils furent faciles à reconnaître. Tout comme elle, ils prenaient leur précaution, ne se mêlaient pas trop pour ne pas se faire influencer par les mœurs guimauves des plus faibles et la plupart n’avaient pas de sacs avec eux. Junko, pour ne pas avoir de problèmes, avait caché le sien à quelques mètres avant l’entrée dans l’école, bien à l’abri mais pas trop loin pour qu’elle puisse le récupérer rapidement une fois le cessez-le-feu levé. Elle se doutait bien qu’elle ne ressemblait plus trop à une personne faiblarde qu’on peut attaquer comme ça : le sang devient difficile à enlever avec le temps. Ses multiples marques sur les bras et son air sauvageon ne laissaient aucun doute sur sa nature de bourreau. Un chasseur ne s’attaque pas à un chasseur, mais d’abord à une proie. Pour la suite…on verra bien.

Désireuse de tranquillité et de sécurité, la jeune femme opta directement pour les toilettes, ces endroits complètement dévastés où quasiment rien ne marche et où l’ambiance glauque vous colle des frissons. Elle, ça la rassurait. Ça devint rapidement son cocon et elle espéra que personne ne vienne. Dans un premier temps, elle tenta de nettoyer son arme, qu’elle avait gardé avec elle, et l’aspect marron de l’eau du robinet ne lui donna pas trop envie d’y tremper sa lame. Alors elle se dirigea directement vers les cuvettes des toilettes, où il restait un fond d’eau clair qui pourrait remettre à peu près à neuf son couteau de chasse. Il lui avait fortement bien servi, et justement il devait rester intact pour la suite des évènements ! Sans lui, elle n’était plus grand-chose…

La nipponne se figea quand elle entendit quelqu’un entrer dans la pièce et retint un juron…puis se rappela qu’on n’avait pas le droit de tuer ici. Techniquement, ni l’une ni l’autre ne risquait rien mais l’envie restait bien là. Junko se retourna lentement, le couteau dans la main mouillée, et toisa sans amitié la personne en face d’elle. Une femme. Plus grande qu’elle, c’était certain, mais pas plus imposante en réalité. Son aura n’avait rien d’un bourreau, mais elle n’était pas vierge de meurtre, ça se voyait dans son regard. Restant silencieuse dans un premier temps, la jeune femme finit par se relever et, montrant bien qu’elle avait de quoi se défendre, elle rangea son couteau dans l’étui qu’elle s’était fabriqué en cours de route.

« Ce que je fais ne te regarde pas. Passe ton chemin, ou reste ici si tu veux mais laisse-moi tranquille. »

Son ton était sec, et clair. Il n’était pas question qu’elle vienne la déranger avec ses plaintes ou ses pleurs pour telle ou telle chose ! Junko cherchait un peu de repos avant de reprendre la grande bataille et elle ne savait se reposer que seule. Passant devant elle pour sortir des toilettes, elle alla s’asseoir contre le mur, entre les lavabos et la fenêtre, et sortit d’une de ses poches ses deux rouleaux de réglisse récemment acquis sur le corps d’une victime. Un homme…non, une femme. Sûrement une femme. Bah, elle ne savait plus !

Soupirant en regardant de nouveau l’autre femme devant elle, elle pensa à Rose et lui tendit un des deux rouleaux.

« T’en veux ? »

Voilà des égards bien surprenants de sa part…
Revenir en haut Aller en bas
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Mar 16 Juil - 19:14

Un coin tranquille. Voilà ce que cherchait Sae Hee. Un coin tranquille où elle ne verrait pas toutes ses personnes se parler, essayant de faire alliance en espérant avoir le dessus sur les autres. Certains d’entre eux étaient venus à son encontre, mais un simple regard de sa part suffit à leur faire comprendre que gâcher leur salive ne servirait à rien. En aucun cas, l’adolescente voulait s’allier avec les autres. Elle avait compris qu’ici le mot amitié n’existait pas et qu’il fallait mieux se débrouiller seule pour survivre sur cette île cruelle. La preuve, la voilà toujours en vie. Les gens autour d’elle dégageait une forte odeur de sang qu’elle pût apercevoir plusieurs fois sur les habits que certains portaient. Une odeur dont elle avait horreur. Elle avait envie de vomir, se bouchant les voies nasales à l’aide de son bras qu’elle porta juste contre celui-ci. Respirer devenait un enfer, elle avait besoin de s’aérer et surtout d’être seule. Elle avait besoin de se reposer et ce cessez-le-feu était vraiment le bienvenue. Assise, dos collée contre le mur, la demoiselle se leva tout en attrapant la bretelle de son sac afin de balancer celui-ci sur son dos, laissant pendouiller l’autre bretelle dans le vide. Certains élèves n’avaient pas leur sac avec, sûrement les avaient-ils caché. Ce qui était une très bonne idée, mais pourtant Sae Hee préférait garder tout auprès d’elle, bien que le risque de se faire voler était grand. Enfin au fils des jours, elle avait appris à faire attention à tout ce qui l’entourait et elle était devenue très attentive au moindre bruit. Alors si quelqu’un avait l’audace de lui voler quoique ce soit, il était sûr de ne pas s’en sortir indemne. Non, elle ne le tuera pas. Tuer pendant ce cessez-le-feu était tout bonnement interdit, si une personne enfreignait cette nouvelle règle, son collier explosera sur le champs. Ce qui était pas plus mal enfaîte, car ainsi personne n’osait tuer, même pas les plus meurtriers. Après tout qui voudrait mourir ? Il fallait mieux ne pas prendre le risque et de prendre son mal en patience, car lorsque le cessez-le-feu aura pris fin, le massacre allait reprendre. C’est pourquoi Sae Hee devra vite s’en aller.

Il fût difficile pour Sae Hee de trouver un endroit au calme où presque personne ne s’y trouvaient. Elle était même montée à l’étage supérieur et fait toutes les classes, mais toutes étaient prises par d’autres. Sa main tenait sa bretelle, soupirant, elle observa le sol tout poussiéreux, elle leva doucement le regard pour les poser sur les fenêtres. Tout était vieux, cassés et poussiéreux. Sae Hee n’arrivait même pas à voir ce qui se passait dehors. Enfin, en même temps il faisait nuit et apparemment ici l’électricité avait beaucoup de mal à fonctionner. La lampe qui illuminait le couloir juste au-dessus d’elle clignotait, créant alors une ambiance lourde et effrayante. Elle devait trouver un endroit. Elle marchait et finalement aperçue les toilettes. Bonne idée. Peut-être que là-bas, il n’y aurait personne. Elle entra, allumant la lumière qui marchait aussi bien que celle du couloir. Elle se dirigea vers les éviers dans l’espoir d’avoir un peu d’eau, mais à sa grande surprise celle-ci était encore plus sale que le bâtiment lui-même. Toute marron et avec des choses bizarres dedans. Une expression de dégoût s’empara du visage de Sae Hee quelques secondes avant d’entendre un bruit provenant de l’un des toilettes. Finalement elle n’était pas seule, ouvrant chacune des portes, elle tomba nez à nez avec une fille qui faisait quelque chose d’assez curieux. Et bien qu’elle n’aime pas particulièrement parler aux inconnus, quand elle avait quelque chose à dire, Sae Hee ne se gênait pas. Elle demanda donc ce que la jeune femme faisait. Ce à quoi celle-ci répondit d’une manière plutôt que cela ne la regardait pas. Elle ne broncha pas à la réponse de la la jeune femme. Finalement si elle avait été sa place, Sae Hee aurait répondu de la même manière. C’était assez étrange de se voir dans une autre personne.

« Je te laisse tranquille. » Sae Hee ne s’opposa pas à la demande de celle-ci. Si elle voulait qu’elle l’a laisse tranquille tout en restant ici, elle allait la laisser tranquille. Puis Sae Hee n’avait pas spécialement envie de parler avec quelqu’un, surtout qu’est-ce qu’elle pouvait bien dire aux autres. Même avant de venir ici, elle n’était pas spécialement bavarde, ce n’était pas elle qui engageait une conversation ou même la continuait. Ce qui n’arrangeait pas le fait qu’elle est très peu d’amis, pourtant elle a toujours fait des efforts pour essayer de s’intégrer un peu, mais sans succès. Cette jeune femme sortit des toilettes pour aller se poser tranquillement. Sae Hee la suivit simplement du regard quelques secondes avant de balayer rapidement du regard un endroit où elle pourrait également s’asseoir. Elle trouva vite un endroit, repassant devant la jeune femme qui la coupa dans son élan, en lui demandant si elle en voulait. Sae Hee s’arrêta scrutant ce qu’elle lui tendait. Elle se méfiait. « Du réglisse ? C’est du poison c’est ça ? » Méfiante. Oui, mais il le fallait. Si ce réglisse était effectivement empoissonné, elle ne voulait prendre aucun risque. Elle fronça des sourcils tout en observant la jeune femme, elle put détailler quelque tâche apparaissant sur ses habits, des tâches de sang loin d’être frais. Cette femme avait déjà tué. Elle devait donc s’en méfier.

Elle bougea, s’assoyant non loin de la jeune femme, mais ni trop près. Elle préférait garder ses distances de sécurité. Elle enleva son sac, pour s’asseoir calmement et poser devant elle ce dernier. Elle l’ouvrit et en dénicha un dernier morceau de miche de pain. Elle se pinça les lèvres, elle avait faim, mais elle ne voulait pas sacrifier ce dernier morceau sachant qu’elle avait mangé un morceau hier. Finalement, elle s’y résout préférant le garder pour plus tard, elle prit l’une de ses bouteilles, la seule à moitié pleine pour en boire une petite gorgée et le remettre dans le sac. Son regard, se posa sur l’autre femme. Elle avait encore le réglisse dans les mains. Et si c’était un piège ? Enfin empoisonner reviendrait à tuer, non ? Est-ce que cette jeune femme serait capable de l’empoisonner au risque de mourir par la suite. Peut-être pas, en tout cas Sae Hee ne pensait pas qu’elle en serait capable, sa vie lui était précieuse, bien qu’il semblait qu’elle en est enlevée plusieurs. « Finalement j’en veux bien. » Elle ne bougea pas. Si celle-ci voulait bien lui donner, elle pouvait lui lancer, Sae Hee devait juste le rattraper et ne pas le laisser tomber sur le sol sali.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Jeu 1 Aoû - 14:44

Junko n’avait aucune envie d’être dérangée maintenant ! Il y avait des tonnes de pièces dans cette immense école, pourquoi venir dans ces toilettes ? Pour la même raison qu’elle sûrement : trouver refuge dans un endroit calme. Grimaçant, elle toisa l’autre jeune femme en face sans avoir la moindre intention d’être agréable et sympathique. Après tout, ni l’une ni l’autre n’était là pour ça pas vrai ? Mais il était hors de question également qu’elle lui laisse sa place, alors elle la prévint qu’elle ne devait pas la déranger et alla s’asseoir contre un mur. L’autre fille fut conciliante et accepta sa demande, la laissant tranquille alors qu’elle fouillait dans ses poches. La nipponne finit par sortir ses deux derniers rouleaux de réglisse, qu’elle avait emporté pour ne pas mourir de faim pendant cette petite accalmie, mais surtout pour repartir en forme. C’était une bonne occasion pour se reposer ! Cependant, elle allait rester vigilante….

Elle se demanda où était Rose maintenant, si elle était restée dans l’autre pièce ou si elle se baladait ailleurs. En espérant qu’elle ait été assez futée pour ne pas se faire prendre ses affaires ! L’autre femme, apparemment, avait pris la décision de garder son sac avec elle et ce serait mentir que de dire qu’elle n’avait pas pensé à la dépouiller de ses biens. Mais mieux valait ne pas créer de vague maintenant, au risque de voir exploser son collier ! La regardant aller et venir sans bouger, mâchouillant son bout de réglisse, elle eut alors un élan de bonté et lui tendit l’autre. Mais comme il fallait s’y attendre, elle était méfiante…Ce qui était normal étant donné les circonstances de leur rencontre !

« Du réglisse ? C’est du poison c’est ça ? »
« Tu penses vraiment que je prendrais le risque de me faire sauter la tête en voulant t’empoisonner ? » Il fallait vraiment être stupide ! Junko était rebelle, certes, mais il y avait des règles de survie auxquelles elle tenait et mourir juste en voulant empoisonner une donzelle n’était pas dans ses intérêts. Haussant les épaules, elle laissa l’autre jeune femme s’installer, le réglisse toujours dans la main. Bah, si elle ne le voulait pas tant pis pour elle ! Elle le mangera volontiers à sa place. Et dire que pour une fois, elle avait fait preuve d’humanisme…ça lui apprendra !

« Finalement j’en veux bien. » Levant un sourcil étonné, puis souriant légèrement, Junko fit tourner le réglisse dans sa main en regardant l’autre femme. Et si, finalement, elle refusait de le lui donner ? Non, ce serait cruel…ce serait bien elle ! Regardant le sol plein de poussières et de rats morts, la nipponne se redressa et fit un signe du menton à son interlocutrice. « Attrape. » Puis, elle lança le bout de réglisse qui atterrit comme prévu dans les mains de la coréenne. Bingo, elle faisait quasiment toujours des bons tirs. Ce qui expliquait qu’elle survive depuis longtemps…remarquez, l’autre aussi était encore là, donc il fallait s’en méfier ! Elle reprit sa mastication avec lenteur, pas très contente à cause du réglisse qui collait à ses dents. Ce n’était pas vraiment ce qu’elle préférait manger…lui vint en tête un bon steak avec des pommes de terre, et un bol de ramen. Oh mon dieu, elle se remit à avoir faim et mastiqua encore plus son rouleau de réglisse avec un petit soupir. Il lui semblait que ça faisait une éternité qu’elle n’avait pas mangé de la nourriture consistante ! Une fois qu’elle sera rentrée chez elle, ce sera la première chose qu’elle fera ! Manger de la viande...est-ce que certains ici étaient devenus cannibales parce qu’ils ne supportaient plus de manger des feuilles ? Cette idée la fit frissonner d’horreur. Junko ne se pensait tout de même pas assez folle pour faire ça…même si c’était…comment dire…tentant ? Mais elle se ferait déjà traiter de meurtrière, alors de cannibale…elle ne voulait pas aller en prison ! Fixant à nouveau l’autre fille, elle plissa les yeux, inspectant sa tenue et son sac, puis son visage. Il ne lui semblait pas l’avoir déjà croisé. De toute façon, la plupart des personnes qui l’avaient croisé n’étaient plus là pour le dire !

« T’es là depuis quand ? » demanda-t-elle soudainement.
Revenir en haut Aller en bas
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Dim 4 Aoû - 15:43

La demoiselle répliqua. Il est vrai, pourquoi lui proposerait-elle un rouleau de réglisse empoissonné au risque de se faire sauter la tête. Il est vrai pourquoi aurait-elle pris la peine d’empoissonné un de ses réglisses et de le donner à la demoiselle dans une telle situation. Elle ne semblait pas folle, en plus elle était en train d’en manger un, si l’un état empoisonné l’autre l’était forcément surtout s’ils étaient tous les deux en contact. Sae Hee ne répondit pas, elle s’installa tout simplement comme elle, dos contre le mur et jambe repliée sur elle-même et son sac vers elle. Elle réfléchissait. Elle avait faim et même un simple petit rouleau de réglisse pouvait apaiser cela pour quelques heures. C’est pourquoi elle revint sur sa décision, cela étonna l’autre fille. Normal qu’elle soit étonnée après avoir refusé pensant que c’était empoisonné, elle revenait sur ce qu’elle avait dit pour finalement accepter ce qu’elle lui avait proposé. Alors qu’à la base, elle n’était pas du tout obligé de lui proposer, après tout elles ne se connaissaient pas. La demoiselle encore inconnue lui lança le rouleau que Sae Hee réceptionna à l’aide ses deux mains, il manquerait plus que celui-ci tombe sur le sol poussiéreux où pas mal de bestioles avaient trainés. « Merci. » Dit-elle tout en hochant de la tête avant de commencer à manger lentement ce qu’elle lui avait donné. À la base, Sae Hee n’aimait pas trop ce genre de sucrerie, mais ici elle ne devait pas faire sa difficile, car la nourriture était quelque chose de précieux sur cette île et elle en avait besoin pour vivre. Elle avait bien maigri depuis son arrivé, bien qu’elle essayait de se nourrir avec ce qu’elle trouvait et qui semblait comestible. Mais étant méfiante de tout, elle faisait attention à ce qu’elle mangeait, elle avait trop peur de mourir en s’empoisonnant.

Le silence se brisa. La demoiselle lui demanda depuis combien de temps elle était là. Elle releva le visage, observant de ses deux billes noires cette jeune femme qui semblait vouloir tuer le temps en parlant avec elle. Pourtant ne lui avait-elle pas demandé tout à l’heure de la laisser tranquille, de ne surtout pas la déranger. Elle était étrange. Sae Hee n’aimait pas spécialement parler avec les autres. Elle se rappelait l’épisode avec Soo Mee, cette fille aux allures de poupée qu’elle avait rencontrée dès son arrivée sur l’île, cette dernière lui avait posé beaucoup de questions auquel elle n’avait pas voulu répondre. Se livrer aux autres n’était pas son genre et elle n’aimait pas ça. Encore donné son nom ici ne la dérangeait pas plus que ça, car après tout connaître son identité ne leur servirait pas, mais il y a d’autre point où elle préférait être muette. Avant de répondre Sae Hee réfléchissait toujours, elle préférait rester prudente et ne répondait pas immédiatement. Après avoir débattu pendant deux trois minutes, elle répondit finalement à celle-ci. « Je suis arrivée au début du mois et toi ? » Il était évidemment que si elle répondait, l’autre demoiselle devait faire de même dans le cas contraire tant pis. Sae Hee saura au moins qu’à sa prochaine question, elle restera muette ou alors lui retourna la question et attendra qu’elle réponde avant de le faire.

Le regard de la demoiselle glissa sur son collier. De qu’elle couleur était-elle ? Enfin à quoi ça lui servirait ne connaissant même pas la sienne, à quoi bon connaître celle des autres. La seule chose dont elle se rappelait c’était la couleur de ses victimes. À ses souvenirs l’une faisait partie de la faction verte et l’autre violette. Elle espérait vraiment qu’elle n’avait pas tuée quelqu’un de sa faction, bien que finalement elle s’en fichait pas mal. Après tout ici c’était plutôt chacun pour sa gueule et c’est tout. Elle soupira dérivant son regard pour remarquer que le rouleau de réglisse avait disparu de sa main. Elle l’avait fini sans même s’en rendre compte. Elle jeta le papier d’emballage qui avait été légèrement ouvert parterre. En temps normal elle n’aurait pas pollué l’endroit, mais au point où cet endroit était qu’est-ce que cela pouvait faire. Le silence avait repris, ça ne déplaisait pas à Sae Hee, mais tant qu’à faire pourquoi pas faire la discussion, bien que parler n’était une chose naturelle chez elle. Elle ne savait pas trop quoi dire et lança tout simplement une question simple. « Comment tu t’appelles ? » Pourquoi pas se présenter ? Au moins chacune d’elle pourrait mettre un nom sur le visage de l’autre. Ainsi si elle voulait parler, elle n’avait pas besoin de dire  « Hey ! » ou quelque chose dans le genre pour s’interpeller. « Sae Hee pour ma part. » Elle répondit bien avant la demoiselle ne le fasse ou non. Fournir cette information ne la gênait pas du tout, car pour elle ce n’était pas quelque chose qui allait beaucoup servir à cette jeune fille plus tard.

_________________



You'll burn this time seeing the violence. It's feeding my mind. No one is saving you. How can you find a heaven in this hell ? • WT - A demon's fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Jeu 8 Aoû - 22:03

Non, ça ne l’intéressait pas vraiment de savoir depuis quand elle était sûr l’île, mais bon quitte à rester là une journée entière…autant s’occuper le plus humainement possible, pour une fois ! Et qu’y avait-il de plus humain que la parole ? La connerie, vous rétorquerait Junko sans ciller, mais bon dans cette situation il valait mieux parler…De plus, elle n’avait aucun souvenir de sa tête. Non pas qu’elle soit très physionomiste, mais elle se souvenait plutôt bien des personnes arrivées en même temps qu’elle sur l’île, via le bateau. En traversant l’école à la recherche d’un abri, elle avait pu constater que les personnes présentes, pour la plupart, elle ne les connaissait même pas de vue. Ce qui voulait dire que beaucoup de ses compagnons arrivés en même temps qu’elle étaient morts…et que beaucoup suivraient. Le pire dans l’histoire c’était qu’elle n’était même pas horrifiée d’avoir à vivre ça. Depuis trop de jours elle vivait dans un monde terrible où seule la survie était importante, et la vraie vie n’était qu’un concept trop lointain pour elle. C’est en posant cette question dénuée d’intérêt à la femme en face d’elle qu’elle se rendit compte de toute l’humanité qu’elle avait perdu, et de ce qu’elle vivait avant que ce jeu ne commence pour elle. C’était effrayant, et elle se demanda quand elle allait pouvoir recommencer à vivre comme une personne lambda, sans la crainte qu’on lui plante un couteau dans le dos pendant son sommeil. Elle ne s’en remettra jamais, sûrement…Même en gagnant cette tuerie, elle passera ses nuits à faire des cauchemars sur ces meurtres, et suivra une thérapie jusqu’à finir par se suicider…ou alors elle en ferait abstraction ! En fait, Junko n’avait aucune idée de la couleur dont pouvait se teindre son futur…pour l’instant, de rouge !

La femme en face d’elle s’avéra être arrivée au moins 15 jours après Junko, ce qui était énorme pour une personne tentant de survivre sur l’île. Aux yeux de la nipponne, elle n’était qu’un embryon. Une novice. Elle n’avait pas vécu assez longtemps pour vraiment souffrir de la situation. La jeune femme ne se souvenait même pas de son 15ème jour ici…En réalité, ils se ressemblaient tous : courir, marcher, fuir, tuer, trouver à manger, s’établir, se reposer en restant vigilant, et repartir pour fuir, courir, tuer… « Je suis arrivée le 15 mai, il y a maintenant plus d’un mois. Surprenant, pas vrai ? Qu’on puisse réussir à tenir jusque là… » Bien sûr, elle ne mentionnait pas le fait que pour ça, elle devenait un vrai bourreau…et n’hésitait pas à se tâcher les mains ! D’ailleurs ça se voyait bien sur elle, et dans son regard, qu’elle n’était pas vierge de violence. Mais au final, qu’est-ce que ça importait hein ? C’était pareil pour tout le monde, sûrement. En tout cas, c’était aussi un avertissement envers l’autre femme : si elle avait tenu aussi longtemps en tant que simple femme, c’était bien parce qu’elle était dangereuse ! (ou fuyarde, allez savoir à ses yeux !)

La nipponne tiqua quand l’autre femme lui demanda son nom. Pourquoi tenait-elle à le savoir ? Bien sûr, le lui dire n’engageait à rien, mais elle ne préférait pas qu’on le sache tout de même…on pourrait…s’en servir contre elle ? La dénoncer ? La reconnaître ? Aucune idée, toujours est-il qu’elle eut un peu d’appréhension à l’idée de révéler cela et qu’elle resta un long moment muette. Si bien que ce fut la coréenne qui reprit la conversation, en lui donnant son nom. La jeune femme réfléchit un peu en scrutant sa compagne de refuge, puis se dit que si l’autre lui avait donné son nom sans hésiter, elle ne risquait pas grand-chose à le faire… « Je suis Junko. Tu es arrivée il y a peu de temps alors. Dis-moi, comment t’en sors-tu ? » C’était un peu étrange de demander à une personne de ce jeu ‘comment elle s’en sortait’…en tuant ? En fuyant ? C’était juste un moyen pour elle de faire la conversation, mais également d’apprendre des choses qui pourraient lui être utiles plus tard…en effet, plus elle en savait sur Sae Hee, plus elle pourrait la vaincre si elles venaient à se retrouver plus tard, sur l’île…mais pour une toute autre activité que la discussion. Parce que la nipponne ne se faisait pas d’illusions : ok là, maintenant, elles étaient plus ou moins sympa et humaines l’une envers l’autre, mais ça ne durera pas longtemps n’est-ce pas ?

« Tu es une pure sud-coréenne je suppose, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Sam 10 Aoû - 19:40

Oui, il était surprenant que cette jeune femme ait tenu depuis tout ce temps. Elle était également effrayante, car cela voulait dire qu’elle était et qu’à l’avenir Sae Hee devra se méfier d’elle. Si celle-ci était encore en vie, ça signifiait qu’elle avait dû tuer pour survivre. À moins d’avoir eu de la chance et de n’avoir pas rencontré d’autres participants. Mais ça c’était peu probable. La preuve à peine arrivé, elle était tombée sur une fille étrange et avait même failli mourir. « Il faut avoir un bon instinct de survie. » Sans instinct de survie sur cette île, vivre était quasiment impossible. Il fallait abandonner son humanité pour laisser place à la bête sauvage à l’intérieur de nous qui sait comment survivre. Tuer pour ne pas être tué. Voilà les règles de ce jeu aux yeux de la coréenne. Pour elle cet instinct n’est pas inné, elle n’a pas ça dans les gênes, elle a dû apprendre à survivre au fil de jours. Elle a encore un peu de mal, mais elle savait comment se débrouiller et se cacher, bien que la nourriture était toujours quelque chose de délicat, il n’était pas simple de trouver quelque chose de comestible ici. Elle pouvait tuer une bête, mais ça serait gâcher de son énergie et des balles de son pistolet. Enfin cela se voyait qu’elle n’était pas innocente et qu’elle avait tué, on le voyait à ses vêtements, ainsi qu’à son regard. Il avait perdu toute humanité. Il avait perdu cette étincelle qu’on pouvait lire dans les yeux des êtres-humains. Une lueur que Sae Hee n’avait pas encore totalement perdue, bien qu’elle ait déjà comptabilisés deux victimes à son compteur. Pendant encore combien de temps tiendrait-elle ainsi ?

Semblant vouloir parler, Sae Hee enchaîna bien qu’elle ne sût pas quoi demander pour continuer la conversation. Elle souvint donc de sa rencontre avec Soo Mee. Lui demander son nom était peut-être un moyen de poursuivre celle-ci. Enfin c’est ce qu’elle pensait, mais l’autre fille ne semblait pas vraiment lui répondre. Dans un sens, elle la comprenait, mais bon que risquait-elle ? Un nom ici ne signifiait rien. Xena la laissa débattre, prenant l’initiative de se présenter avant qu’elle se décide, peut-être qu’ainsi elle aura un déclic et se présentera également… Ou pas. Cela marcha, la demoiselle se présenta sous le nom de Junko. Cela ne semblait pas être d’origine coréenne, mais plutôt japonaise. L’était-elle ? « Tu es japonaise. Je me trompe ? » Elle préférait demander directement. Elle n’avait pas l’habitude de rencontrer d’autre personne d’une nationalité différente de la sienne. Bon ce n’était pas la première qu’elle rencontrait. La première s’était cette caucasienne à qui elle avait ôté la vie. Mais contrairement à cette Junko cette dernière n’avait rien d’asiatique.  « Bien. Sinon je ne serais sûrement pas devant toi. » La réponse était simple, mais pas forcément celle qu’attendait cette nippone, malheureusement pour elle Sae Jee ne comptait pas dévoiler comment elle faisait pour s’en sortir. En agissant ainsi, elle pourrait bien signer prochainement son arrêt de mort. Donner son nom ne la dérangeait pas, mais après le reste c’était autre chose. Cette japonaise semblait très maligne et très redoutable. Elle devait s’en méfier et ne pas tout lui dire.

Pure sud-coréenne ? Pouvait-on vraiment faire une différence entre les sud-coréens et les nord-coréens maintenant ? Réunifier pour former un nouvel empire de Corée, on ne pouvait plus vraiment dire ça, bien qu’avant que cela arrive Sae Hee fût bien né en tant que sud-coréenne. « Pure sud-coréenne. » Elle souriait doucement. « On a un nouvel empire. Sud-coréen, nord-coréen cela n’existe plus. » En tout cas c’est ce qu’elle pensait. Elle balaya soudainement portant sa main devant sa bouche et se tournant un peu pour que Junko ne la voie pas. Voilà que la fatigue se faisait ressentir. Après des nuits mouvementées par les cauchemars, il est normal que celle-ci commence à fatiguer. Cependant bailler devant cette femme n’était pas une bonne chose, car celle-ci pouvait prendre cela comme une faiblesse et pourrait l’attaquer lorsque ce cesser le feu mettra fin. Non, elle devait surtout pas se laisser gagner par la fatigue. Elle frappa doucement ses joues à l’aide ses mains et secoua la tête vivement de droite à gauche. Elle devait parler bien que cela ne l’enchantait pas plus que ça. « Mais que vient faire une japonaise ici ? » D’ailleurs même cette fille qu’elle avait tué, suscitait chez elle quelques questionnement. Elle croyait qu’ici seuls les étudiants coréens étaient envoyés ici. Peut-être qu’elle étudiait en Corée ? « Tu as étudié en Corée ? » Ses questions pouvaient paraître très personnelles, c’était son choix d’y répondre ou au contraire ne pas le faire. Si elle ne voulait pas, tant pis Sae Hee ne comptait pas la forcer. Ses questions étaient plutôt une manière de parler pour s’occuper et rien d’autres. La vie de cette fille lui importait peu en faîte.

_________________



You'll burn this time seeing the violence. It's feeding my mind. No one is saving you. How can you find a heaven in this hell ? • WT - A demon's fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Sam 17 Aoû - 15:53

Toute nationalité souhaitait être différenciée des autres et Junko n’aimait pas qu’on la prenne pour une chinoise, une coréenne ou pire, une taïwanaise. Etre japonaise était pour elle…non pas un privilège, mais plutôt un avantage. Sans trouver les japonais plus beaux que les coréens, elle préférait son sang à celui des autres. Que Sae Hee lui pose la question sans se tromper était un bon point pour elle, et la jeune femme se dit que dans un tout autre contexte, elle et la coréenne auraient pu avoir une conversation et, en ayant beaucoup d’espoir, une amitié. Mais les circonstances étaient telles que ce fait ne changeait rien à l’avis que Junko avait sur la demoiselle.

« Ouai, je suis japonaise. »

La jeune femme chercha à en savoir plus sur son interlocutrice, mais celle-ci répondit de façon mystérieuse, ce qui n’était pas du tout étonnant. Elle aurait fait pareil à sa place ! Quelqu’un d’avertit et de suspicieux, un peu comme elle. Ça la fit sourire. Elle avait affaire à quelqu’un qui ne se laissait pas marcher dessus sur cette île, un peu de compétition de ce genre de lui déplaisait pas, au contraire ! Cela allait lui permettre de moins s’ennuyer pendant ces 24h d’attente…un peu mois, maintenant.

La japonaise ressentit une légère attaque verbale de la part de Sae Hee. Sous-entendait-elle qu’elle n’était pas au courant de ce qui se passait dans le monde, et concernant plus particulièrement l’union des deux Corées pour ne plus former qu’un seul et même empire ? C’était mal la connaître. Aussi égocentrique soit-elle, elle estimait que s’informer de tout et n’importe quoi était un avantage pour elle, dans le futur. Celui qui gagne, c’est celui qui sait. L’ignorant reste ignorant, voilà tout ! De plus, ça permet d’entretenir les conversations, comme à présent.

« Oui, je le sais. Mais j’aime distinguer les deux peuples et les deux cultures, encore profondément différentes pour moi. Donc tu es sud-coréenne. »

C’était quelque chose que certaines personnes n’appréciaient pas : qu’elle continue de différencier les deux peuples, au lieu de dire simplement ‘coréens’ comme elle le devrait. Mais pour les personnes extérieures, comme l’Europe, le reste de l’Asie et les autres continents, c’était difficile de se dire que maintenant, il n’y avait plus qu’une Corée…et qu’elle était peut-être pire que quand les deux étaient divisés ! Bref, elle ne comptait pas s’étendre là-dessus, ne souhaitait pas réveiller une animosité chez Sae Hee au cas où elle soit pour l’unification.

« Je viens du Japon, mais j’ai été envoyé à Busan pour étudier. » Elle ricana. « Le but était en partie de m’éviter ces jeux de meurtres dans mon pays, mais il faut croire que le destin est plus fort que tout ! NEC ou Japon, c’est du pareil au même. Si on a décidé que tu devais faire mumuse avec la vie de tes camarades de classe ou des inconnus de ton âge, tu le fais ! »

C’était le cas de beaucoup d’étudiants. Leurs parents les envoyaient dans d’autres pays afin qu’ils échappent à cette règle du jeu. Cependant, de plus en plus de pays et de gouvernement adoptaient cette méthode pour cadrer leur population, et ça ne faisait que s’étendre un peu plus…A présent, on était tranquille nulle part. Il fallait attendre d’être un peu plus vieux, et même en se cachant de la meilleure façon qui soit, vous n’êtes même pas sûr de pouvoir y échapper…Ceux qui ont pu ont énormément de chance ! Si ça continuait comme ça, dans 10 ans il y aurait 1 milliard d’humains en moins sur Terre…et que des jeunes ! Comment renouveler la population si on ne tue que des jeunes personnes à peine adultes ? Pourquoi ne pas aller se faire entretuer des personnes âgées ? Ce serait un meilleur bienfait…Junko secoua la tête pour chasser cette pensée de sa tête. Même si elle n’appréciait pas forcément les personnes âgées, elle avait toujours un certain respect pour elles et y penser ainsi lui donnait des frissons de dégoût. Pire que de tuer une gamine de 16 ans !

« Et toi ? T’es étudiante ? Ou un truc du genre ? Tu ne sembles pas très jeune, mais pas vieille non plus… »

La japonaise lui donnait à peu près son âge : 18-19 ans, 21 à tout casser. Sachant que c’était, apparemment, la limite d’âge pour participer à ce ‘jeu’. Et dire qu’il ne s’agissait que de peu d’années dans votre longue vie, mais que si vous tombez mal dedans elle se finit vite…C’était désespérant…La plupart d’entre eux avaient à peine un avenir professionnel…n’était-ce pas cruel de leur ôter toute chance de vie longue et prospère ? Juste parce que pour la plupart, également, ils étaient ‘perturbés’ ? Enfin, si on s’accordait à ce que disaient ces gens soi-disant spécialistes des jeunes personnes. Foutaises. Et ce n’était pas une raison pour les envoyer ici !
Revenir en haut Aller en bas
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Dim 18 Aoû - 15:22

Sae Hee avait donc vu juste. Cette fille était japonaise. Pour certaines personnes, surtout les occidentaux, un asiatique était un asiatique, il n’était pas capable de faire la différence entre un chinois et un japonais ou un coréen et un japonais. Pour tous ceux-ci étaient des chinetocs comme ils les appelaient la plupart du temps. Du moment que tu avais les yeux bridés, on te classait comme tel et on ne cherchait à connaître ta véritable origine, alors que toutes les nationalités étaient différentes, elles avaient leur propre mode de vie, leur propre coutume. Mais bon, à quoi bon se battre de démontrer cela lorsque les gens pour la grande majorité était butée. Enfin pour la coréenne c’était un coup de chance, bien que quelques petits indices lui avait permis de trouver de qu’elle origine était comme par exemple son prénom. Junko. Celui-ci avait plus des connotations japonaises que coréennes, taiwanaises ou même chinoise. Il ne fallait pas être forcément intelligent pour en déduire cela. Cette Junko demanda à son tour si elle était une pure sud-coréenne. Un terme qui surprit Sae Hee. Actuellement la Corée ne faisait plus qu’un, la Corée du sud, la Corée du nord n’existe plus. Bien évidemment quand elle était née, cette réunification n’avait pas encore vu le jour, elle était donc née à Ulsan en Corée du Sud, elle était donc sud-coréenne. Être du sud ou du nord, en réalité Sae Hee s’en fichait pas mal, cela n’avait pas d’importance, car elle restait coréenne avant tout. La demoiselle ne se gêna pas pour le faire remarquer à la nipponne qui répliqua en disant qu’elle aimait bien distinguer les deux pôles de la Corée. Soit. Elle n’allait pas se battre avec elle sur ce sujet-là surtout que cette information avait peu d’importance à ses yeux.  

Le fait qu’elle soit japonaise, intrigua Sae Hee après tout ce Battle Royal ne prenait que des étudiants vivant en Corée, non ? Enfin c’est ce qu’elle croyait. La japonaise lui expliqua alors la raison de sa présence sur cette île. L’écoutant attentivement, Sae Hee eut un petit sourire au coin des lèvres. Quelle ironie du sort. Ses parents l’avaient donc envoyé pour échapper à cette barbarie qui existait également au Japon. Le Battle Royal se limitait-il à ses deux pays, où existait-il également dans d’autre pays. Si c’est le cas, la population mondiale d’ici quelques années allaient fortement chuter. Les gens n’oseront plus faire d’enfant, afin qu’il ne subisse pas ce genre de chose. Devoir tuer ou se faire tuer. Triste et dur réalité. L’issue de ce jeu était indéterminée, floue. Il était impossible de prévoir ce qui allait se passer demain ou dans les heures qui allaient suivre. Il fallait vivre au jour le jour. Se projeter dans le futur, impossible. On ne pouvait savoir ce que l’avenir allait leur réserver. On ne peut échapper à son destin. « On ne peut aller à l’encontre de son destin. Tu en es la preuve vivante. »   Vivante, oui. La demoiselle était encore vivante, pour le moment. Après tout Sae Hee lui parlait, mais allait-elle la revoir plus tard ? Serait-elle également encore en vie ? Tant de question sans réponse. La laissant dans le floue totale et dans la peur de ne plus respirer et surtout de vivre. Elle avait peur de mourir, peur de ce qu’il pouvait avoir après la mort. Elle ne voulait pas mourir, mais sur cette île elle suffoquait déjà. Elle savait que la faucheuse était derrière elle, près à abattre sa faux pour s’emparer de son âme à tout moment. Survivre ici n’était pas facile pour la coréenne et ne pas penser à la mort l’était aussi.

« Oui, j’étais étudiante. ». J’étais… Elle utilisait le passé, montrant que l’avenir était incertain. Bien sûr Sae Hee avait envie de gagner et de rentrer chez elle, mais entre ce qu’elle voulait et ce qui allait vraiment se passer, les choses étaient différentes. L’avenir de cette nipponne, la sienne étaient incertains. Jusqu’à quand seraient-elles capable de survivre ? En ce monde, il y a toujours une personne plus forte que nous. Pas très jeune, pas très vieille. Sae Hee prit cela comme un compliment. Elle n’aimerait pas qu’on la prenne pour une fille plus vieille et encore moins plus jeune, elle ne voulait pas ressembler à une enfant comme Soo Mee. « Je prends ça pour un compliment. Tu étudiais quoi à Busan ? » Elle enchaîna sur une question, les deux jeunes femmes semblaient lancées pour parler le temps de ce cessez le feu et c’était une chance pour cette japonaise que la coréenne parle autant. D’habitude elle est peut bavarde, surtout avec les filles avec qui elle se sent moins à l’aise qu’avec des garçons. Cependant elle faisait des efforts à aller vers les autres filles, ici c’était différent de sa vie de tous les jours. Les filles ici n’avaient pas le temps de lui faire des crasses, des mauvaises blagues, les filles sur cette île pouvaient la blessure et dans le pire des cas : la tuer. « Moi j’étais en première année et j’étudiais les langues étrangères. J’aurais bien aimé continuer, mais il faut croire que non. » Il fallait qu’elle gagne ce jeu, du moins sa faction devait gagner, mais encore fallait-il qu’elle connaisse sa couleur. « C'est comment le Japon ? » Une nouvelle question histoire de ne pas laisser le silence se poser. Bien que cela ne dérangerait pas plus que ça Sae Hee.

_________________



You'll burn this time seeing the violence. It's feeding my mind. No one is saving you. How can you find a heaven in this hell ? • WT - A demon's fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Mar 20 Aoû - 12:21

Ouai, le destin elle lui aurait bien serré la gorge jusqu’à ce qu’il crève, à lui aussi ! Même si c’était impossible…mais ce qu’elle ne disait pas, c’était que le jeu au Japon n’était pas la seule raison pour sa venue en Corée, à vrai dire. C’était plus dû au fait que son père ne la supportait plus, et qu’il la voulait plus éloignée de lui que possible ! Remarque, ça lui allait également…Jusqu’ici, elle n’avait pas eu à se plaindre de ce choix. De toute façon, qu’elle l’ait fait ou non, elle serait enrôlé dans ce jeu infernal…puisque à peine 2 semaines après son départ du Japon, sa classe avait été choisie pour la première vague du Battle Royal. Donc bon…ici ou ailleurs, c’était du pareil au même ! Junko espérait simplement que son ‘destin’ ne lui joue pas encore un mauvais tour qui mettrait sa vie encore plus en danger qu’elle ne l’était. Il lui avait joué un tour de cochon avec ce problème de colliers et de zones qui changeaient tout le temps, les faisant tous exploser n’importe où, n’importe quand…heureusement, elle s’en était sorti ! Mais elle savait fort bien que ça ne pourrait jamais être toujours le cas…voilà pourquoi elle se devait d’être encore plus vigilante que d’habitude !

Eh bien, une étudiante aussi…donc elle avait raison pour son âge. A moins qu’elle n’ait retapé beaucoup de classes, mais c’était peu probable. Au moins, elles étaient deux dans la même « position », à peu de choses près. La nipponne aussi parlait de sa vie avant le jeu au passé, comme si ce n’était vraiment plus qu’un passé flou et peu important…alors que dans les faits, elle était toujours une étudiante ! Mais c’était un peu plus dur à envisager maintenant, avec toute cette folie, ces meurtres, ce sang…cette impression de se déshumaniser un peu plus chaque jour. Il lui arrivait parfois d’espérer que ce jeu ne finisse pas, pour qu’elle n’ait pas à faire un bilan de sa propre personne, et qu’elle ne voit pas le monstre qu’elle était devenue avec le temps.

« Je venais de finir la dernière année avant l’université. Je ne me destinais à rien en particulier, à vrai dire. Mais si j’avais eu le choix, je me serais dirigée vers des études de sport ! »

Parce que les efforts physiques, c’était vraiment son truc à elle. Bizarrement, surtout le combat et la course. Ironie du sort, ils en avaient bien besoin sur cette île…coïncidence ? A voir. En tout cas à présent elle savait que si le jeu n’avait pas été là, elle aurait fait le bon choix avec des études en sport. Peut-être aurait-elle essayé la boxe féminine…
En ce qui concerne les langues étrangères, Junko ne comprenait qu’à moitié la fascination que certains avaient pour ces études. Ok, les langues étrangères, pour certaines, c’était vraiment la classe de les maitriser mais…sur quoi est-ce que ça débouchait ? Non pas que ce soit une mauvaise filière, au contraire, c’était même intéressant, mais elle se demandait ce qu’on pouvait faire avec…et quelles langues exactement Sae Hee avait-elle choisi ? Parce que c’était important de choisir la langue…l’anglais, sûrement. Et le chinois. Des langues très importantes de nos jours !

« Le Japon…on ne peut pas dire que ce soit si différent de la Corée de maintenant, à vrai dire. Depuis que le Premier Ministre a changé, on a l’impression de régresser. Il a des idées tordues, avec ce jeu par exemple. Et puis il est très ‘tradition’ et même si ça reste important, le reste l’est tout autant ! Bref, le Japon c’est instable. Mais toujours aussi beau, quand on connait les bons endroits et les bonnes personnes. Y’a des choses à voir, et des choses à éviter ! Mais le plus intéressant là-bas, c’est qu’on peut vraiment afficher son style vestimentaire…heureusement que c’est resté ça ! »

Junko se souvenait parfaitement bien de son adolescence, ou même de son enfance, quand elle ne s’habillait pas comme une petite fille riche qu’elle était, mais plutôt comme une petite racaille qui savait très bien ce qu’elle voulait dans la vie. On la confondait avec les petits garçons dans la rue, et ce essentiellement parce que jusqu’à ses 12 ans, elle avait pris le soin de se couper les cheveux très court afin de ressembler le plus possible à un garçon. Elle aurait aimé en être un, peut-être aurait-elle eu plus de considération… ? Mais bon, les choses étant ce qu’elles étaient, elle avait fait avec les moyens du bord et s’en était très bien sorti. Ensuite ça avait été les brassières, les baggy, les queues de cheval désordonnées, les boots, les rangers…elle adorait être libre de ses mouvements dans ses vêtements. Tout ce qui est talons et jeans ultra moulants qui vous serrent et vous empêchent d’écarter correctement les jambes, elle détestait. Et elle aimait à penser que grâce à cela, elle était plus performante sur cette île. Puisqu’elle était habituée à la course, aux vêtements devenus un peu sales avec le temps,…Bref, elle s’était bien amusé au Japon – encore plus si son père ne s’était pas amusé à lui mettre des bâtons dans les roues !

« T’es arrivé avec quelqu’un que tu connais ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Faction Verte


avatar
Âge : 18 ans
Amour : Aimer est plus un fardeau qu'autre chose.

Nombre de victimes : 15
Coupons : 138
Contenu du Sac : - Porte-clefs en forme de panda.
- Une paire d’écouteur.
- Une photo d’elle et de ses deux grand-frères.
- Deux élastiques.
- Imperméable kaki.
- Crayon de papier et une gomme.
- Une boîte de tampon hygiénique.
- Trousse de toilette.
- Un t-shirt
- Téléphone portable déchargé.
- Trois bouteilles d'eau.
- Carte de l'île.
- Une bousolle.
- Lampe torche avec pile.
- 3 allumettes
- Stick à lèvre.
- Un carnet à dessin
- Couverture
- Un quart de savon à lavande
- Carnet de mot croisés
- 10 pastels gras
- Six petits échantillons de parfum

Arme:
- Kodachi
- Couteau de chasseur.
- Couperet feuille
- Pic à glace

Avatar : Jung Krystal des F(x)
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MMix.
Messages : 1565
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Ven 23 Aoû - 15:57

Des études de sport… Sae Hee hocha de la tête, ici la jeune femme était gâtée. Après tout ce jeu était un sport, courir pour sauver sa vie, user de ses forces pour piéger les autres concurrents et les éliminer. Un jeu pervers menant à la perte d’humanité. Même si elle survivait à ce cruel destin, serait-elle capable de vivre comme avant, normalement. Avec ses mains souillées, pouvait-elle vraiment être la même personne qu’avant ? Non, elle ne pouvait pas, si elle avait été courageuse, peut-être qu’elle se serait suicidée tout simplement, manière lâche de fuir la réalité. Cependant, la coréenne était incapable de mettre fin à ses jours, elle avait bien trop peur de la mort pour commettre un tel acte. Elle rattroupa un peu plus ses jambes contre elle, les entourant de ses bras tout en écoutant la demoiselle répondant à sa question. Sae Hee n’avait jamais quitté les terres coréennes. Pourtant, elle aurait aimé voyager, voir de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, une gastronomie différente de celle de son pays natal. Il faut croire qu’elle n’aurait pas la chance de réaliser un de ses rêves. Bien qu’ici elle rencontrait des nationalités différentes de la sienne, cette femme qu’elle avait dernièrement tué ressemblait tout d’une occidentale et en face d’elle, Junko était une japonaise. À défaut de ne pas voir les différents paysages des pays étrangers, elle rencontrait des personnes de diverses origines. Elle réalisait ainsi son rêve à moitié… « Un point positif dans ce pays instable. » disait-elle en parlant bien évidemment du Japon. Pouvoir s’habiller de la manière qu’on souhaitait était une forme de liberté qu’on pouvait leur laisser. Pas très féminine, préférant des tenues simples et confortables, parfois un peu large, Sae Hee aimait bien ces pays où on ne vous jugeait pas à votre apparence…

« Non. » Simple réponse, mais qui répondait bien à sa question. Elle ne connaissait pas les personnes avec qui elle était arrivée, elle n’avait d’ailleurs pas fait attention aux autres sur le bateau avec elle. Très peu sociable, elle ne souciait pas des autres, elle se fichait pas de la vie des gens enfaite, bien qu’elle parlait de tout et de rien avec cette japonaise. Il faut dire que bien qu’elle soit une fille, pour une fois Sae Hee n’avait pas plus de problème ça à parler avec elle. Peut-être est-ce le fait qu’elle ne ressemblait pas aux autres filles, bien qu’elle soit très jolie, elle dégageait une autre aura qui devait sûrement mettre à l’aise la coréenne. « Je ne connais personne et c’est pas plus mal que ça. » Oui, elle se voyait mal tuer quelqu’un qu’elle aurait connu, même si elle n’avait pas le choix. Le fait d’être seule pour elle était beaucoup plus avantageux que d’être deux ou trois, même si certains pensent le contraire. Elle ne comptait pas se faire d’ami, ici, elle ne voulait pas qu’on les utilise afin de la piéger. Avoir des amis était plus un fardeau qu’une bénédiction sur cette île. « Et toi ? Tu es arrivée avec quelqu’un que tu connaissais ? » C’était bon à savoir. Après tout, même si Sae Hee lui parlait et que tout allait pour le mieux pour le moment. Qu’est-ce qui disait que quand tout ce bordel allait finir, cette dernière n’allait pas courser pour la tuer ou même plus tard tenter de la tuer. Bien que cette Junko semble sympa, elle se méfiait d’elle et elle avait raison. Ne faire confiance à personne, voilà sa règle. Des alliées, peut-être qu’elle s’en fera, mais elle ne leur fera pas une confiance aveugle, après tout même des alliées pouvaient être corrompus et poignarder leur coéquipiers dans le dos. Elle n’avait pas envie de se faire avoir.

Sae Hee ne savait plus quoi dire, elle pouvait bien entendu poser des questions plus personnelles genre qu’est-ce que tu aimes ? Qu’est-ce que tu détestes ? Quel sont ses rêves ? Ou même combien de personnes avait-elles déjà tué, la coréenne n’avait vraiment pas envie de le savoir. Elle se doutait qu’elle avait tué au moins une fois. Elle qui pensait ne jamais tuer personne, voilà qu’elle se trouvait avec deux victimes au compteur. Comme quoi, quand on n’avait pas le choix de tuer, on tuait sans penser que c’était mal de le faire. Quelque chose vint la frotter, elle bougea. « Qu’est-ce que… ? » Elle chercha rapidement dans son sac, sa lampe torche pour illuminer la chose qui s’était faufilée entre elle et le mur. Une souris. Ou un rat. Elle se releva rapidement. Elle n’aimait pas ses bestioles surtout qu’ici, ses bêtes étaient plus porteuses de maladie qu’autre chose. Il manquait plus que ça qu’elle tombe malade tiens. Elle attrapa son sac et se dirigea vers la sortie, il était hors de question qu’elle se repose dans ce genre d’endroit alors qu’elle risquait de choper une saloperie. Elle rangea sa lampe torche en prenant soin de l’éteindre avant de la remettre dans le sac. Elle se dirigea vers la sortie, ouvrant la porte et s’arrêta pour regarder la niponne. « Peut-être à une prochaine fois. » Des paroles peu sincères de sa part, elle espérait ne pas revoir celle-ci ou alors dans des conditions semblables à celle-ci où celle-ci ne pourra rien contre elle. Elle franchit le pas de la porte. Elle devait se reposer avant que ce cessez-le-feu prenne fin.

_________________



You'll burn this time seeing the violence. It's feeding my mind. No one is saving you. How can you find a heaven in this hell ? • WT - A demon's fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar








MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   Mar 3 Sep - 21:54

Cela n’avait pas trop surpris Junko de ne connaître personne sur l’île. Après tout, ils étaient seulement quelques uns sur des millions de jeunes…non, en fait c’était étrange. Ça lui avait tout d’abord donné l’impression qu’elle ne connaissait personne…la solitude ne l’avait jamais gêné, bien au contraire, et au final ne connaître personne lui permettait de…tuer plus ‘facilement’, s’il était possible de le dire ainsi. Mais Sae Hee non plus n’avait connu personne à son arrivée, et tout de suite elle se sentit moins seule dans ce genre de situation. Ceux qui se reconnaissaient une fois l’un devant l’autre, avec une arme encore ensanglantée dans la main, comment réagissaient-ils ? Est-ce qu’ils laissaient tomber leur offensive ou, au contraire, laissaient tomber leur amitié ? Elle-même, devant Rose, avait fini par baisser l’arme. Mais là c’était bien différent…elle ne la portait pas forcément dans son cœur, elle était juste la sœur de la seule personne qui ait jamais compté pour elle. Une personne morte, ce qui intensifiait ce sentiment de devoir protéger l’autre fille, qui n’était pourtant qu’une connaissance lointaine à ses yeux.

Et en même temps, elle faisait d’étonnantes rencontres sur cette île, qui auraient pu être intéressantes si la jeune femme n’avait pas pour but de terrasser tous ceux qui croiseraient son chemin…

« Je suis d’accord sur ce fait. Il vaut mieux ne pas être attaché à quelqu’un ici…et non, tout comme toi, je ne suis arrivée avec personne de mes connaissances. Encore une fois, il vaut mieux… »

Elle baissa les yeux sur ses mains un peu salit et se dit qu’il allait falloir qu’elle trouve de quoi les laver sans gaspiller de l’eau de sa bouteille. Il était plus vital de s’hydrater que d’avoir les mains propres ! Même si l’hygiène comptait beaucoup pour Junko. Oh oui, elle aussi rêvait d’une bonne douche qui la délasserait et lui redonnerait force et…propreté ! Mais la nipponne savait discerner ses rêves de la réalité et ne vivait pas dans l’illusion. Jamais. De douche, elle n’en aura que si elle atteint l’objectif qu’elle s’est donné, à savoir sortir d’ici vivante…et donc, connaître dans un premier temps la couleur de son collier. Une fois qu’elle saura ça, elle aura une longueur d’avance ! Bien sûr, il ne lui vint même pas à l’idée de le demander à Sae Hee…ce n’était ni le bon endroit, ni le bon moment. Pour ce genre de chose, il valait mieux utiliser le chantage, ou quelque chose de similaire, afin d’avoir plus d’impact et surtout, des résultats.

Junko sursauta quand la coréenne la sortit de ses pensées en se relevant. Elle distingua rapidement la petite bête qui s’enfuyait rapidement, entre les tuyaux apparents des lavabos. Cela ne la dérangeait pas, même si c’était loin d’être agréable…Elle regarda ensuite la jeune femme reprendre son sac pour s’en aller, et se dit que c’était là la fin de leur ‘discussion’. Une rencontre fortuite, qui ne lui avait pas appris grand-chose, mais qui avait occupé un peu de son temps. Il restait de longues heures avant que le cessez-le-feu ne soit levé, mais elle avait pu se reposer un peu l’esprit, grâce à Sae Hee, et sans pour autant lui en être reconnaissante, elle avait apprécié cet échange rapide et unique. Toutes les deux savaient que si jamais leurs routes venaient à se recroiser, ce ne serait pas aussi sympathique et passif. Qu’elle lui ait parlé et révélé des choses ou pas, Junko n’hésiterait pas à s’en prendre à elle en cas de conflit…si ça peut la sauver ! Elle était certaine que la coréenne pensait la même chose qu’elle – du moins elle l’espérait pour sa propre survie ! La vie n’est pas toute rose, et cet environnement hostile le prouve…

« Peut-être, mais il ne vaut mieux pas. »

Elle avait formulé tout haut ce qu’elles deux pensaient, probablement, et une fois que sa camarade de cessez-le-feu sortit des toilettes, Junko se releva pour vaquer à des occupations certes moins passionnantes, mais qui occupèrent son temps…jusqu’à ce que le jeu reprenne. Toujours plus horrible, toujours plus sanglant…toujours plus impitoyable.

[TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mais qu'est-ce qui se passe, bordel ? || Junko||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mais c'est quoi ce bordel ???
» marche arrière qui passe pas ... mais la 1-2-3-4 OUI !!!
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Il sait marcher mais ne veut pas....


Lethal Instinct :: 
 :: Ici gît... :: RPs :: Event #1
-