Réouverture du forum !
http://lethal-instinct.forumactif.com





Partagez | .
 

 Au fond de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Au fond de l'eau   Ven 17 Mai - 12:04


Le 21 juin 2013,
5h50.




Mikan avait longuement hésité, carte entre les mains, à se diriger vers la piscine. Il savait que le centre ville était en quelque sorte un terrain « miné ». Sauf que non habitué à ce climat oppressant, à cette ambiance malsaine et à passer des jours en mode survie, la perspective de pouvoir prendre une simple petite douche était un peu tout ce qui motivait ses pieds à le faire avancer. C’était absurde, peut être bien, mais s’il ne veillait pas un minimum à son confort personnel, le moral allait en pâtir et il connaissait assez ce jeu pour savoir qu’il fallait avoir un cœur de battant pour espérer s’en sortir. Mikan partait aussi du principe que ses chances de survie étaient d’autant plus grandes qu’il n’avait pas besoin de rester « le seul ».

Sa main s’égare sur son collier et un peu superficiellement, il se plain mentalement des traces qu’il allait laisser sur sa peau blanche. C’est qu’il avait l’impression qu’il lui cisaillait l’épiderme… Est-ce qu’à prendre une douche il pouvait y avoir un faux contact ou quelque chose comme ça ? Non… Non bien sûr que non ! Ce collier avait déjà subit l’eau de mer !

Bref… Mikan avait finalement cédé, prenant le risque d’aller jusqu’à la piscine, espérant pouvoir y prendre une douche et même, avec beaucoup de chance, pouvoir y laver les vêtements qu’il portait afin d’en changer.

S’y rendre n’avait pas été si difficile. Il avait privilégié les toutes petites heures du matin, alors qu’il faisait encore nuit. Une fois dans le bâtiment, il avait passé le portique en passant par-dessus lui et puis il s’était rendu jusqu’aux vestiaires, les traversant pour aller jusqu’aux douches. Mikan en avait actionné une… Et bien que la tuyauterie fit un bruit de tous les diables pendant un très court instant, le pommeau finit par cracher quelques gerbes d’eau. De l’eau étonnamment tiède…  Pas assez pour être confortable dessous mais c’était une découverte qui avait faillit lui arracher un petit sanglot quand même.

Ses pas l’avaient ensuite mené par delà le pédiluve jusqu’au bassin principal… Et sous le faisceau de sa lampe, l’eau qui était sensé avoir bien trop longtemps stagnée était pourtant vraisemblablement limpide et une forte odeur de chlore régnait…

Ainsi au milieu de la nuit, le japonais avait pensé préférable de ne pas prendre le risque de faire repérer sa lampe torche. De fait, il s’était posé dans un coin des vestiaires et il avait somnolé pour le reste de la nuit. Ce n’était qu’aux toutes petites heures du matin, espérant que les autres concurrents seraient un peu moins matinaux qu’il avait déplié sa silhouette engourdit, s’était dévêtu et avait prit une douche. Peut être avait-il prit un peu plus de temps qu’il n’aurait dû mais bon… Il avait frictionné ses vêtements sous l’eau aussi et faute de produit nettoyant, il faudrait se contenter de les laver « à l’eau ». Faudrait qu’il pense à visiter quelques maisons abandonnées pour voir…

Ses vêtements séchaient présentement près d’une baie vitrée brisée, laissant le soleil de juin taper dessus en espérant que ça ne rameute personne. Quant à lui, il « déjeunait » à l’aide d’une barre de céréale, observant sa carte en réfléchissant à l’endroit dans lequel il devait se rendre. Le boomker lui faisait de l’œil mais après un mois et demi sur cette île, d’autres devaient l’avoir investit. De plus, y aller sans avoir blindé son sac au préalable était inutile, il en avait parfaitement conscience.

C’est un peu sur ses entre-faits qu’il la sent… Cette impression… Ce petit picotement contre sa nuque… Mikan se redresse, les muscles tendus, les sens en alerte… Depuis qu’il était arrivé il y avait « quelque chose » qui le suivait. Plus sûrement « quelqu’un ». C’était absurde de penser qu’on se contenterait de le stalker de cette façon compte tenu des règles du jeu et pourtant c’était bien l’impression qu’il avait…

Mikan se penche, récupère le couteau-papillon dans la poche arrive de son short en jean et fait quelques pas, le cœur battant la chamade. Il devrait peut être fuir mais il avait des vêtements près du grand bassin et puis de toute façon il ne réagissait pas de manière très raisonnée là. Quelqu’un était là, il en était sûr et tout terrifié qu’il soit, il fallait qu’il en ait le cœur net. Après tout, si c’était toujours la même personne, peut être qu’il ne lui voulait tout simplement aucun mal ?

Une ombre se déplace soudainement, lui arrachant une petite exclamation surprise et n’écoutant que son maigre courage, Mikan bondit, franchissant le pédiluve noir de crasse d’un bond pour trouver une haute silhouette près du bassin sur laquelle il fond ! Il fond d’ailleurs un peu trop vite, glissant sur une dalle humide et finalement, il lui tombe plutôt dessus, l’entraînant avec lui dans le fond de la piscine !

Sa respiration bloquée, ses yeux grands ouverts pour croiser le regard particulièrement allongé d’un autre adolescent, Mikan se débat un peu. Son arme lui avait échappé dans la précipitation, allant couler dans le fond de la piscine et donnant un coup de pied à son adversaire comme il peut, il tente d’aller rechercher le couteau plutôt que son oxygène. C’est que de toute façon, même s’il n’était pas mauvais nageur, il n’était pas certain de pouvoir rivaliser si on essayait de le noyer. Au moins avec ce damné couteau, il augmentait ses chances non… ?

L’air commençait déjà à manquer sous l’effet de la panique et l’ombre de l’autre garçon se dessine sur les carreaux clairs du fond de l’eau. Il allait mourir noyé… Y avait rien de pire soudainement à ses yeux…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Dim 19 Mai - 16:47


Froid. Humide. Désagréable. Minyu aurait dût être mieux préparé. Il aurait dût se douter. Dût préférer continuer à l’épier uniquement en zone naturelle que dans un bâtiment public. Mais, ça lui avait semblé beaucoup trop alléchant pour qu’il laisse de côté ses envies d’acculer sa petite biche dans un lieu si clos. Voilà quelques jours qu’il le poursuivait sans pour autant se faire voir. Parfois, une branche craquait. C’était pratiquement toujours voulu… Et le grand regard brillant de sa petite biche se posait immédiatement vers lui sans qu’il ne puisse le voir. Pourquoi aimait-il tant cette situation ? Peut-être parce qu’elle lui donnait du pouvoir, tout simplement. Un pouvoir qui, ici, n’était non négligeable. Et plus le temps filait, plus Minyu appréciait le pouvoir. Ce n’était pas plus compliqué que ça. Il lui semblait qu’il l’avait croisé pour la première fois à son arrivée. Vu l’état de panique dans lequel le jeune homme était et la propreté de ses vêtements, il était plutôt évident qu’il faisait parti de la troisième vague d’étudiants annoncée par haut-parleurs. Et il y avait eu… quelque chose.

Minyu ne savait pas quoi au juste et il n’avait pas envie de trouver quoi. Mais ça l’avait attiré d’une façon ou d’une autre et puisque ce garçon était solitaire, vraisemblablement, il l’avait suivit pendant cinq jours. Pas constamment… mais tout comme Minki, il ne le perdait pas de vue. Il avait dût faire un choix toutefois à un moment. Et convenant qu’il retrouverait plus facilement son frère puisqu’il pouvait un minimum anticiper ses mouvements, il avait suivit sa douce biche. Et depuis quelques heures, il tournait autour de la piscine municipale, toujours soigneusement à l’écart des fenêtres pour que le garçon ne l’y aperçoive pas. Jusqu’à ce que finalement, il ne puisse tout simplement plus résister : il fallait aller voir par lui-même. Il fallait aller lui faire peur. Se faire entendre. Il fallait que ce garçon soit conscient que c’était toujours la même personne qui le suivait. Oh oui, il le fallait… Et c’est sur ces pensées qu’il s’était lentement approché des vestiaires, puisque c’est là qu’il l’avait aperçu la dernière fois. Sauf que du mouvement s’était fait entendre… et sa petite biche était agile…

Alors voilà où ils en étaient. Dans la piscine, de l’eau et du chlore dans la bouche et la désagréable impression de suffoquer se faisant vivement ressentir. L’autre lui avait foncé dessus, mais était lourdement tombé et les avait entraîné dans sa chute. À présent, il tentait de le repousser, mais brusquement, Minyu attrape sa crinière châtaine en une bonne poignée, tirant vers l’arrière pour lui lancer un regard sévère. Qu’il cesse de se débattre ! Ça ne ferait que les tuer plus vite. Parce que pas question que l’autre sorte avant lui. Il aurait un trop grand pouvoir sur lui, surtout que son sac était toujours sur le bord de la piscine. Néanmoins, Minyu n’était pas con… Et c’est la raison pour laquelle malgré sa grande peine, il traîne la petite biche effrayée jusque dans le fond de la piscine pour récupérer le couteau papillon. Il le relâche finalement, revenant à la surface à quelques mètres du châtain pour s’extirper de l’étendue d’eau dans un grand râle douloureux. Il n’avait pas eu le temps de retenir sa respiration avant de chuter et ses poumons le vivaient très, très mal.

Le jeune homme referme le couteau. Dieu… qu’est-ce qu’il était en train de faire ? Il avait planifié le moment où il se dévoilerait au jeune homme. Il avait prévu se faire doux, gentil… Pourquoi était-il incapable, soudainement, de se défaire de ce regard autoritaire qui lui donnait nettement quelques années de plus ? Debout, près de la piscine, c’est pourtant avec cette expression dure qu’il attend que l’autre revienne à la surface. Et lorsque c’est le cas, il attend quelques secondes que sa jolie biche reprenne son souffle avant de finalement prendre la parole, son ton d’enfant laissée de côté pour n’utiliser que cette voix grave et rauque que son frère était le seul à bien lui connaître ici, ou à peu près.

« Comment t’appelles-tu ? », demande Minyu, impératif, sans quitter la biche du regard. « Tu as perdu quelque chose, il me semble… »

Ce disant, il montre le couteau papillon refermé, un petit sourire étirant lentement ses lèvres. Alors c’était là ce que cette jolie poupée nippone avait eu au grand jeu du hasard ? Minyu réalisait la chance qu’il avait… et la malchance des autres concurrents.

« Sors de la piscine, tu vas attraper la mort. », ordonne finalement le jeune homme tout en se dirigeant vers son sac. Il y a glisse le couteau papillon, du moins pour l’instant. Il verrait plus tard s’il le lui rendait lorsque leurs chemins se sépareraient à nouveau. D’un mouvement souple, il retire son t-shirt, puis se relève, attrapant son sac histoire de ne pas le laisser à la merci de l’autre. Il étend soigneusement le t-shirt sur une chaise en bois, puis en revient au Japonais. « Ce n’est pas exactement de cette façon que j’avais imaginé notre première rencontre. »

Son regard se fait terriblement malicieux, presque maléfique un court instant avant que Minyu ne se laisse tomber au sol, ses traits changeants du tout au tout pour laisser place à une expression enfantine et perdue. D’ailleurs, ses yeux s’emplissent immédiatement de larmes alors que d’une voix plus aigue, il ne demande :

« Pourquoi est-ce que tu m’as attaqué ? J’ai eu tellement peur ! Je n’ai rien fait de mal…! »

Jouer. Dieu qu’il aimait ça… Et il lui semblait que cette si jolie poupée l’invitait à jouer mille fois plus que n’importe qui d’autre. C’était une attraction qu’il n’aurait su expliquer… et qu’il haïssait tout autant qu’il l’adorait.

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Jeu 23 Mai - 13:12



Mikan avait eu une exclamation douloureuse, sous l’eau, ce qui lui avait copieusement fait boire la tasse en plus d’avoir consommé une bonne partie de ses réserves d’oxygène. Il lui semblait que ses poumons avaient soudainement été compressés dans une toute petite boîte et de petits points noirs cerclés d’or avaient commencé à s’inviter devant son regard.

Il avait été entraîné tout au fond de l’eau mais ce n’était pas sa main à lui qui s’était refermé sur le couteau papillon. S’il avait eu moins d’hésitation à tuer, il aurait foncé avec la lame en avant pour au minimum blesser l’autre individu immédiatement. Voilà que malgré sa connaissance du jeu il avait sous-estimé l’âme humaine… Et plus encore : la sienne. C’était une chose que de prendre conscience qu’on devait tuer pour s’en sortir si c’était nécessaire… Mais autre chose quand on était effectivement devant le fait accompli.

Finalement, dans un sursaut d’énergie et tandis qu’il est relâché, Mikan va jusqu’à la surface. Ses mains viennent chercher avec panique un rebord alors qu’il se hisse plus ou moins laborieusement dessus, se laissant retomber à demi dans la piscine et à l’extérieur, toussant, crachant l’eau qu’il avait avalé un peu plus tôt et qui avait manqué de le noyer en passant dans ses poumons. Ceux-ci brûlaient vivement, la sensation douloureuse remontant dans sa trachée, sa gorge et son nez.

L’autre étudiant était de l’autre côté de la piscine, peinant un peu à récupérer son souffle également et Mikan tente de rassembler un peu ses idées, son regard allant jusqu’à l’espace lui permettant de se sauver en direction des vestiaires puis ses affaires qui séchaient encore un peu plus loin. C’était vraiment idiot de songer à elles dans un moment pareil mais bon, le moment était spéciale et inconnue, alors il y réagissait de manière incertaine.

Le jeune homme le toise d’un regard sévère rendu plus vif encore de par cette inclinaison si spéciale de son regard et sa voix grave vient presque le faire sursauter. Grave oui, et profonde. C’était un peu exacerbé par le passage dans la piscine il en avait conscience mais malgré tout on sentait que cette vois gardait un timbre du même style le reste du temps.

A la première question, Mikan vient passer sa main contre sa gorge d’autant plus douloureuse que le collier l’étranglait encore et qu’à chaque dilatation pour espérer prendre plus d’air le métal mordait un peu plus sa peau. Son regard est humide, mais pas parce qu’il va se mettre à sangloter non. Et pas à cause de la piscine s’entend. C’était simplement le chlore qui lui abîmait les rétines. Il se pose sur l’arme que l’autre à en sa possession, le raillant un peu… Avant de remonter sur le visage très typé, mais joli. Le genre qui aurait sûrement pu se faire une place dans son domaine, avec un peu de travail.

Il n’a toujours pas répondu à sa question mais l’autre lui ordonne de sortir complètement de l’eau… Mikan vient prendre appui sur ses bras, s’en extrayant effectivement pour se remettre debout, les jambes un peu coupées et les muscles douloureux des efforts fournis dans la piscine. Il tousse encore un peu, fronçant les sourcils quand l’autre en rajoute à propos de leur « première rencontre » qu’il imaginait « autrement ».

D’une main il vient retirer un peu de mascara qui lui coulait sur les joues. Bien sa veine… Lui qui pour se rassurer dans des gestes quotidiens venait de se remaquiller un peu plus tôt ne pouvait pas tellement s’en vanter là. L’autre se dévêt un peu pour faire sécher ses fringues et ce qui aurait pu être agréable en d’autres circonstances ne faisait qu’en rajouter dans le flippant pour le moment.

Alors tu me suivais…

C’était bien lui… Il était sûr que quelqu’un l’avait fait, durant des jours ! Peut être même depuis le début… Mais sans preuve, il avait commencé à se sentir parano.

Pourquoi ?

Son regard croise celui de l’autre, plein de malice. Ca le fait frissonner désagréablement et c’est encore pire lorsqu’il se laisse tomber au sol pour… Se mettre à pleurer, ses traits changeant brusquement pour passer à quelque chose de plus juvénile ! Mikan fait un pas en arrière, un peu sous le choc de ce changement brusque… Le pire c’est sûrement ce bref sentiment de culpabilité qui le prend aux accusations du garçon. Il reste pourtant silencieux un long moment, indécis… Il pourrait peut être essayer de contourner la piscine à la course pour s’enfuir… Mais pas sûr d’y parvenir sans glisser… Ni d’être plus rapide que l’autre.

Je m’appelle Mikan.

Il ne quitte pas l’adolescent des yeux, mille questions se bousculant dans sa tête. Ce type était bipolaire ou quoi ?

Et toi… ? Pourquoi est-ce que tu me suivais ?

C’était pour ça qu’il lui avait bondit dessus !

Tu ne t’es pas fait connaitre, tu m’as fait peur !

Il répondait, tentait de nouer le dialogue… Mais restait loin, encore effrayé et méfiant. Il vient tordre un peu un morceau de son haut à hauteur d’une hanche pour en dégager l’eau et malgré tout :

Je suppose que tu ne me le rendras pas ?

Son couteau…

Tu es de quelle couleur ?

Aucune idée de la sienne mais ça ferait quand même 50% de l’information, pour peu que ce type sache sa couleur et soit prêt à la partager…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Mer 29 Mai - 16:31

Ce n’était pas comme avec Minki, bien sûr… Son petit frère rendait le jeu de domination tellement facile que c’en était presque écoeurant, bien que Minyu n’aurait pas désiré que leur relation soit faite autrement. Toutefois, celui-là… Ah, il le dominerait et de ça, Minyu ne doutait absolument pas. Toutefois, il semblerait que le défi serait autrement plus palpitant. Il y avait de la combativité dans ce grand regard de biche effrayée, malgré tout. Mais pas assez pour lui faire peur ou l’irriter. Juste la bonne dose pour rendre le jeu encore plus intéressant. Il fallait bien s’occuper, mine de rien, sur cette île… Quoiqu’il en soit, il était bel et bien sorti de l’eau lorsqu’ordonné et ne semblait pas vouloir faire du zèle inutile et risqué. Le regard du brun glisse lentement le long de la silhouette clairement mise en évidence par toute cette eau. Ses fringues lui collaient au corps et même si Minyu n’était pas un terrible pervers, il n’en restait pas moins qu’il se surprend à aimer ce qu’il voyait alors qu’en vrai, il n’y avait jamais vraiment pensé. Loin de rejeter cette idée, le jeune homme la trouve plutôt intéressante, finalement.

Ce garçon était très attentif à sa petite personne, le prouve ce geste qu’il a pour retirer du mascara de sa joue. Il portait encore du maquillage… et même dans cette situation, il trouvait visiblement encore le temps de songer à retirer les affres que cette petite baignade inattendue avait commis. Lentement, Minyu hoche positivement la tête à la question qui lui est posée, parce qu’il ne lui servait à présent plus à rien de taire ce renseignement. Il note le ton pas assez surpris de l’autre avec un grand plaisir. Alors voilà : il l’avait bel et bien entendu à quelques reprises, voire uniquement senti pour certaines fois. C’était plaisant. Il se faisait l’impression d’un terrible prédateur ! Quant aux raisons… Ah, elles étaient personnelles, disons. Minyu se contente de répondre par un sourire un peu inquiétant et un haussement des épaules peu éloquent. De toute façon, le petit jeu avait déjà commencé et le brun était à présent au sol, en larmes, désarmant vraisemblablement le jeune homme.

Penchant la tête, Minyu sèche ses larmes aussi rapidement qu’elles étaient venues. Il glisse une main contre ses joues, histoire d’en chasser les petits sillons humides bien que toute sa peau le soit déjà. Puis, il se relève, fouillant un moment dans son sac pendant que « Mikan » se présente, histoire d’en sortir un paquet de clopes. Il en prend une, la glisse entre ses lèvres et, attrapant un petit briquet, il l’allume. Son regard se pose à nouveau sur l’autre, imperturbable, pendant que les questions se bousculent au portillon, le faisait brièvement rire.

« Mikan… Clémentine. », chantonne doucement le jeune homme tout en levant les yeux vers le haut plafond de l’endroit. Il souffle un peu de fumée en cette direction avant d’en revenir à son vis-à-vis, toujours de l’autre côté de la piscine. « Minyu. »

Il laisse tomber un peu de cendre au sol tout en s’assoyant sur une chaise en bois, sans plus quitter le Japonais du regard. Ah… Vraiment, on trouvait de tout sur cette île. Bien sûr, la question de ses raisons revient sur le tapis et cette fois, Minyu y répond plus ou moins, n’ayant surtout pas envie que Mikan l’assomme avec ça pendant des lustres.

« Parce que ça me tentait et que c’était amusant. », assure-t-il dans un premier temps. « On s’amuse comme on peut dans un tel endroit, je suppose. Tu n’as pas à te plaindre. Je ne t’ai jamais fais mal et nul doute que j’aurais étripé le premier qui aurait voulu se mettre entre mon jouet et moi. »

Oui, son jouet. Sa jolie petite biche aux grands yeux inquiets. Son regard se pose un peu paresseusement sur son sac alors que Mikan déduit déjà quelque chose à quoi il n’avait réellement pas encore pensé. Et histoire de donner le premier coup de fouet dans la rééducation du Japonais, il signale sèchement :

« Je n’y avais pas encore pensé, mais puisque tu sembles si bien savoir comment je réagis dans une situation précise, je ferai ce que tu dis. »

Il savoure un bref moment l’expression de Mikan tout en prenant une nouvelle longue bouffée de cigarette. Il allait bientôt en manquer et franchement, ça le tuait quoi. Il trouverait bien quelqu’un à qui en voler … ou quelque chose dans ce genre-là ! Quant à sa couleur, il offre un sourire presque … normal à Mikan. C’est-à-dire sympathique, limite charmeur.

« Vert. », répond simplement le jeune homme, confiant. « Et la tienne, tu la connais ? De toute façon, si ce n’est pas le cas ou si tu me mens, ce n’est pas grave. J’irai voir par moi-même. »

Ce qui ne manquerait pas d’affoler le beau jeune homme, sûrement ! Il y a un petit moment de battement pendant lequel le regard grave de Minyu se perd dans la piscine. Et finalement, sans se presser, il commence à expliquer certaines choses…

« J’ai toujours détesté qu’on me tourne le dos. Je n’ai besoin de personne pour vivre et survire, mais c’est toujours plus agréable quand quelqu’un s’occupe de nous, pas vrai ? Hm… Oui, c’est vrai… Mon petit frère m’a volé beaucoup à ce niveau. C’est là que j’ai découvert, en quelques sortes, que j’étais un acteur terriblement doué doublé d’un menteur sans scrupule. Je voulais me présenté à toi sous la forme d’une petite chose mignonne, pour être franc. Mais, visiblement, la situation ne se prête pas à ça. », assure lentement Minyu tout en hochant la tête de haut en bas comme pour appuyer ses paroles. « Ici, manipuler est devenu une de mes meilleures armes et pourtant, je manque pas de réelles bonnes armes matérielles, crois-moi. Mais les gens sont bêtes… et sont prêts à tout pour approcher quelqu’un d’inoffensif, que ce soit pour jouer les mères ou encore pour en abuser. »

Comme lui, un peu… sauf que ses raisons n’étaient pas vraiment dans le lot.

« C’est ton apparence physique qui m’a interpellé en premier. Je ne sais pas pourquoi. Ces grands yeux, je crois. On dirait une jolie biche. Ils reflètent tous tes sentiments : surtout la peur et un soupçon de combativité. », ricane Minyu tout en se relevant finalement. « J’aurais bien aimé te rencontrer en dehors de ce jeu stupide. Il va me rendre complètement fou alors que sans lui, tu aurais probablement pu me guider vers les bons sentiers. C’est bête la vie, pas vrai ? »

Et il était juste… trop tard !

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Ven 31 Mai - 8:35



La crise de larmes s’arrête aussi brusquement qu’elle avait commencé et Mikan est… Décontenancé, évidemment. Ce comportement n’avait aucune logique à ses yeux et ne lui permettait pas d’avoir le moindre point de repère. C’était comme faire de l’escalade sur une paroi glissante comme du savon en ayant les yeux bandés. Ho, ça ne faisait qu’une minute ou deux qu’ils discutaient mais c’était évident au nombre d’émotion que Min Yu avait revêtu dans ce délais. La colère, la tristesse voir limite la peur et puis cette indifférence soudaine… Son visage les exprimait tour à tour entièrement et pas que lui… Il en avait toute l’attitude et Mikan hésitait encore entre le classer dans la catégorie des vils manipulateurs ou des malades mentaux. Après tout, s’il avait été bipolaire ou un truc comme ça, Min Yu n’aurait sûrement pas eu sa médication…

Son prénom est traduit… Et par instinct de ne pas paraître ni faible (pour ne pas se faire manger !) ni trop défiant pour ne pas créer l’affrontement, il corrige :

Mandarine.

Néanmoins, il notait que l’autre savait parfaitement la traduction de son prénom tout de même… Et de fait, l’observant adopter une attitude presque… Détendu avec ses clopes, il demande :

Tu parles japonais ?

Pas que ça change grand-chose si l’autre voulait en rester au coréen mais c’était tout de même une donnée plutôt importante, non ? Surtout pour lui qui, même s’il parlait bien la langue, finissait par en lâcher des bouts sous la pression ou la fatigue. Et cette île était parfaite pour subir un fort mélange des deux.

Leurs deux regards ne se lâchent pas, très différent l’un de l’autre… Et Mikan vient passer une main dans ses cheveux pour que les mèches humides cessent de lui tomber devant les yeux. Il ressentait… En fait c’était difficile à dire. Il se sentait autant dans une situation d’urgence que tranquille sous ce regard là. Et ça c’était un mélange improbable.

Min Yu s’explique… Et ça faisait malgré tout très prédateur qui chassait par plaisir et non par faim. Quand au terme de jouet, qui fait se crisper la mâchoire de Mikan de mécontentement, ça avait un petit côté psychopathe et son regard s’assombrit. Certes, l’autre avait parlé de protection, d’une certaine façon… Et en d’autres circonstances Mikan aurait peut être bien sauté sur l’occasion mais là… Les choses étaient sensiblement différentes et faire équipe avec une personne malsaine n’était pas dans ses ambitions. Malsaine ou dérangé psychologiquement. Ou les deux tiens…

Mikan sursaute alors que le ramenant à la réalité, Min Yu fait claquer sa voix grave dans l’atmosphère en lui confirmant qu’il allait le déposséder de son arme, le faisant presque culpabiliser comme s’il était coupable de quoi que ce soit dans cette situation. Néanmoins :

Non je ne sais pas. Je suppose. Je connais bien les règles du jeu.

Bon, pas qu’il s’attende réellement à ce que Min Yu change d’avis m’enfin… Il n’avait de toute façon aucun code psychologique alors autant essayer. Autant essayer également d’être un minimum sociable (mais un minimum !) histoire d’espérer s’en sortir sans trop de dommage…

Min Yu lui donne sa couleur et lorsqu’il menace de venir voir la sienne, Mikan fait un pas en arrière, peu amène à cette idée. Lui reste l’occasion de mentir quand même… Mais ça ne jouait pas vraiment en sa faveur et de toute façon :

Je ne la connais pas.

Et pas sûr que compte tenu de la personnalité de Min Yu, sa couleur change quoi que ce soit. Le fait qu’il puisse être vert ne lui semblait tout à coup d’aucune aide face à cet adolescent qui suivait ses propres règles de jeu, aussi fantaisistes soient-elles.

Son cœur bat la chamade et il se rend comte qu’il a une main légèrement levée devant son ventre, bras tendu, paume levée vers Min Yu comme s’il avait craint qu’il puisse lui bondir dessus depuis l’autre côté de la piscine alors même qu’il était assit à… Fumer sa clope. Ho ça, il était méfiant ! Ce n’était pas dans sa nature plus que dans celle d’un autre mais quiconque n’avait pas vécu ce genre de moment ne pouvait pas comprendre.

D’autres explications… Et Mikan qui hésitait entre deux cases vient finalement poser Min Yu dans celle des manipulateurs bruts. Ca reste confus même s’il comprend l’essentiel… Et le plus important c’était que Min Yu jouait les petites choses pour attirer ses proies dans son piège. Visiblement, s’aurait dût être la même chose pour lui mais les choses avaient tourné de manière différente.

Je ne comptais pas le faire.

Pas l’abus en tout cas, ça c’était certain ! Pour le côté mère il était plus indécis… Mais non. Sur cette île Mikan avait conscience que ce genre de comportement était traître. Peut être qu’il pourrait se montrer « maternel »… Mais il lui faudrait du temps pour que la confiance s’installe dans ce contexte et ce des deux côtés. Min Yu en revanche était un peu dans ce style non ? A profiter d’une situation… Et de fait, histoire de remettre une certaine distance sans non plus brusquer le jeune homme :

Je ne suis pas une pauvre chose dont on abuse.

En même temps, si on parlait d’abus à titre « sexuel » il ne se sentait présentement pas menacé, aussi curieux que ça puisse paraître. Des pervers, il en avait mainte fois croisé le chemin dans son métier et s’il voyait bien des choses chez Min Yu, il ne voyait au moins pas ça. C’était… Autre chose d’indéfinissable. Pourtant Min Yu confirme que c’est son physique qui l’avait interpellé mais ça faisait plutôt détraqué en fait… Et Mikan a un long frisson un peu froid le long de l’échine. Ses mains sont glacées, un effet de la peur et sa respiration est à nouveau plutôt très courtes tandis que ses pupilles se dilatent légèrement. Il lui faisait… Froid dans le dos. Et à sa dernière constatation, tentant sa chance parce qu’on ne savait jamais, il demande :

Mais pas là ?

De fait :

La situation s’y prête mal… Mais c’est une question d’adaptation non ?

Il se faisait un peu l’impression de jouer avec des allumettes les doigts couvert d’essence mais soit.

Est-ce que tu vas essayer de me tuer ?

« Essayer ». C’était dit de manière inconsciente mais ça prouvait bien que malgré tout Mikan était assez combatif pour ne pas se laisser faire si Min Yu lui bondissait dessus. Et pour tenter de ne pas perdre le dialogue :

Depuis combien de temps es-tu ici ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Ven 14 Juin - 5:59


Mandarine, clémentine… Peu importe, c’est la même chose. Même que Minyu hausse brièvement les épaules pour clore le sujet, bien qu’il ne soit pas en colère. Un peu gêné peut-être de s’être fait prendre en flagrant délit d’oubli ! Rien de bien méchant, mais voilà… C’est quelque chose qui ne serait jamais arrivé à Minki et ça l’insultait surtout pour ça, dans le fond. Une question lui est toutefois posée à ce sujet. S’il parlait japonais ? Pas parfaitement, non. Et il n’allait pas se vanter de ce fait, donc. Ça n’aurait pu que le plonger davantage dans l’embarras même s’il aurait préféré de loin avoir un très bon japonais, ne serait-ce que pour être bien vu de Mikan. Toutefois…

« Pas tout à fait, mais je le comprends. », explique Minyu, l’air légèrement dédaigneux seulement pour camoufler un peu sa colère et sa honte de ne pas savoir mieux faire, encore une fois. « Je peux aussi le parler assez pour ne pas me perdre au Japon. Je l’étudie depuis un an. Si tu parles assez lentement pour que je te comprenne, ça ne m’irritera pas… »

Une façon plutôt directe de signifier au joli Japonais qu’il pouvait s’essayer à parler sa langue natale. Toutefois, pas question pour lui de s’y mettre pour le moment. Pas dans cet état d’esprit. Il avait beaucoup trop les nerfs en boule, soudainement. C’était cette histoire de mandarine ! Ça ne l’empêchait toutefois pas de savourer le moment, bien qu’il soit soudainement beaucoup plus sérieux. Son regard reste un moment sur le jeune homme, comprenant rapidement ce qu’il voulait dire par connaître les règles. Ah ça…Les Japonais avaient été les premiers à implanter ce système. C’était un peu honteux que leur pays ait copié ainsi un autre… mais il fallait avouer que cette version du Battle Royale était clairement améliorée. Quoiqu’il en soit, Minyu n’était pas entièrement d’accord…

« Il y a plusieurs règles du jeu qu’on n’apprend qu’une fois qu’on a les deux pieds dedans… », marmonne le Coréen tout en toisant Mikan de haut. « Maintenant sois sage et ne suppose pas trop. »

Puis, ce petit Japonais qu’il espérait rapidement bien sage lui dit justement qu’il ne connait pas sa couleur sans même sembler songer à lui mentir. Ça lui était probablement passé par la tête… mais il était assez intelligent pour comprendre que ce genre de tactique n’était absolument pas dans ses intérêts. Un fin sourire étire les lèvres de Minyu alors qu’il l’observe reculer sans faire le moindre geste vers lui. Et d’une voix presque trop douce pour être réellement réconfortante, il assure :

« Ne t’inquiète pas… Nous regarderons un peu plus tard. »

Du regard, il dévore Mikan. Non pas pour sa plastique agréable, bien qu’il le reconnaisse. Non… ça avait rapport avec tout à fait autre chose. Avec cette peur qui brillait dans son grand regard. Avec cette main légèrement levée qui semblait toute prête à le protéger d’un coup possiblement mortel. Avec cette attitude peut-être pas entièrement dominée, prête à se battre s’il le fallait sans être non plus assurée le moins du monde. Ça avait quelque chose de charmant pour la simple et bonne raison qu’encore une fois, ça lui donnait du pouvoir. Mais Minyu n’était pas assez cinglé pour maltraité de bon cœur Mikan rien que pour voir ça. Pas encore, du moins. Toutefois, il n’avait pas peur des mots… Et ça faisait son petit effet. Le jeune homme lève les yeux au ciel à propos de ce que Mikan n’était pas, soit un abuseur probablement ou quelque chose de ce genre. Non, en effet… il avait cru remarquer, mais peu importe.

Sauf que la suite est plutôt drôle et lui arrache même un petit sourire. C’était mignon, ce besoin de montrer qu’il pouvait lui aussi défendre ses intérêts. Tant que ça ne devenait pas trop fort… Pas plus que Minyu lui-même.

« Pourtant, tu en donnes l’impression. », assure Minyu, exprès pour s’amuser à contempler l’expression de Mikan. « Mais j’avoue que tu as un tempérament pas complètement dominé. Je préfère ça, à tout prendre, même si je te conseille de ne pas jouer la témérité. »

Le Japonais semble ensuite vouloir faire appel à une partie plus humaine de lui et Minyu ne l’ignore pas. Il lève une main à son visage, glissant la pulpe de son pouce entre ses lèvres pour mordiller très légèrement, simple geste de réflexion.

« Ne crois-tu pas que la folie soit l’adaptation logique à cette situation, dis-moi ? », demande soudainement l’étudiant, un fin sourire dénudé de peur étirant ses lèvres. « Peut-être pas pour tout le monde… mais pour plusieurs, si. Tu sais ce que j’aurais aimé faire, plus tard ? Étudier la psychologie des êtres humains, je crois. C’est pathétiquement surprenant. Mais peu importe… Comment compterais-tu me ramener dans le droit chemin, dis-moi ? »

Minyu pousse un petit soupir en glissant à nouveau sa clope entre ses lèvres, savourant la nicotine tout en se relevant finalement. Il souffle lentement la fumée vers Mikan, sans l’atteindre pour autant vu leur distance respective. Et finalement, il hoche la tête de gauche à droite à la question qui lui est posée, bien qu’il compte développer dans très peu de temps. Il commence néanmoins par le plus simple, c’est-à-dire son arrivée.

« Je suis de la classe originelle. », annonce Minyu de but en blanc.

Ça donnait une bonne idée de ses capacités de survie, pas vrai ? Quant à le tuer…

« Non, pas pour le moment ni avant très longtemps, sauf si tu décides soudainement d’essayer de te rebeller. Je n’ai même pas l’intention de te séquestrer. », explique doucement Minyu, son timbre se faisant même légèrement feutré. « Dans un premier temps, je te retrouverai toujours lorsque j’en aurai envie. Puis un jour, c’est toi qui reviendra à moi. »

Et ce jour allait forcément lui plaire ! Finalement, Minyu fait signe au joli Japonais de s’approcher, cette fois plus impérieux.

« Viens. Je ne vais pas te faire de mal aujourd'hui, sauf si tu essaie de m’en faire. », assure-t-il, sincère. « Je veux te voir de plus prêt. Je n’ai quand même pas flingué ma couverture pour rien… »

Ce serait un bien maigre prix de consolation : Mikan n’avait pas idée à quel point ça lui pesait. Tout ne s’était pas déroulé selon son plan…

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Mar 18 Juin - 10:19




Min Yu semble frustré par le fait d’être reprit et Mikan ne bronche pas d’une oreille, se contentant de l’observer ruminer sa petite frustration perso qui semblait prendre de bien grandes proportions pour… Pas grand-chose. A vrai dire, ça reflétait plus un manque de confiance en soi, à son sens, qu’une réelle aptitude à s’emballer juste pour le plaisir de tout envoyer mourir. Mais pour ce qu’il en disait hein…

La frustration n’empêche en revanche pas Min Yu de lui proposer un petit deal linguistique. Chacun parlerait dans sa langue. Est-ce que l’idée était judicieuse ? Ils n’étaient déjà pas vraiment sur la même longueur d’onde alors pas sûr qu’il soit très avisé d’en rajouter avec de potentiels quiproquos de langue mais soit. Comme on dit « on ne négocie pas avec les terroristes » et si d’ordinaire cela signifiait qu’on ne leur accordait rien, là ça voulait plutôt dire qu’on évitait de les contrarier. Il avait pas fait l’armée lui hein…

Pour les règles du jeu, Min Yu avait raison. Il y avait tout un monde entre connaître les règles et les subir. Ca avait toujours l’air moins pire vu de l’extérieur… Néanmoins, ça lui avait permit de réaliser très vite la gravité de la situation. La surprise était passée plus vite et il n’y avait pas eu de période d’adaptation pendant laquelle il avait osé croire à une supercherie. Mikan avait prit le « jeu » très au sérieux sitôt la milice arrivée dans sa chambre au milieu de la nuit et de là, il avait au maximum économisé souffle, salive et énergie histoire d’en avoir un maximum une fois qu’on les ferait débarquer. C’était quand même pas de chance… Moins d’un an encore et il aurait été assuré de ne jamais mettre les pieds sur cette île.

Mikan pince un peu les lèvres alors que Min Yu a l’une de ces réflexions qui semblaient vouloir dire « sois beau et tais-toi ». Ca ne lui ressemblait pas trop et s’il obtempère brièvement, c’est uniquement parce qu’il a conscience d’avoir une laisse autour du cou pourvu d’un collier étrangleur. Il était prêt à en tester la solidité à plusieurs reprises… Mais pas vainement ou pour ne rien y gagner.

Au sujet du collier, Min Yu semble disposé à lui accorder un répit et quoi que son cœur batte encore trop vite contre ses tempes, Mikan sent que l’urgence passe légèrement. Ho, Min Yu lui inspirait encore une sage notion de danger malgré des airs qu’il savait se faire plus doux. On aurait dit l’une de ces poupées qui avaient deux facettes et qui de vrais anges pouvaient devenir démons.

Tandis qu’il l’étudie, Mikan peut noter que l’adolescent en fait de même. Il reste droit, fier… Et tant pis si c’était pas la meilleure situation pour ça ! De toute façon avec son métier, il avait l’habitude d’être regardé… Toutefois, il n’aurait pas su affirmer que l’intérêt de Min Yu était purement physique. De toute façon, il n’était pas certain non plus que quelque chose puisse réellement plaire entièrement à ce garçon là. Il avait plutôt tendance à voir le défaut en chaque chose assez rapidement non ?

Min Yu continu de remuer un peu le couteau dans la plaie, redevenant légèrement moqueur, dominant sûrement… Et Mikan garde encore le silence. Ho, les choses se payaient, un jour ou l’autre… Il suffisait d’être patient et bien que le temps pouvait potentiellement lui manquer, Mikan était prêt à en laisser passer. Le japonais hoche négativement la tête pour souligner que non, il ne jouerait pas de témérité. Du moins, pas dans l’immédiat. Parce qu’il avait conscience de l’équilibre des forces et qu’il savait que pour le moment, le pouvoir était du côté de Min Yu, ce qui semblait procurer beaucoup de plaisir au coréen d’ailleurs.

Des questions plus proches du philosophique lui parvienne sur ce ton grave et épais que Min Yu possédait et puisqu’il y est cette fois bien invité, Mikan répond :

Si. Je crois que c’est « aussi » une forme de folie.

Il n’y en avait pas qu’une, c’était clair comme de l’eau roche pour lui.

Je crois aussi qu’aucun d’entre-nous ne peut se convaincre ou convaincre les autres qu’il est encore tout à fait sain. Mais je pense aussi qu’il y a des degrés de gravité.

De toute évidence, Min Yu et lui n’étaient pas au même pallier par exemple ! Quant à le remettre dans le droit chemin :

La vraie question c’est de savoir si tu en as envie.

Sinon il ne servait à rien d’essayer… Et Min Yu prenait assurément trop de plaisir à jouer les dominateurs pour accepter d’aborder une psychologie plus douce et calme. Parce qu’il bouillait à l’intérieur en vrai non ? Mao n’était pas spécialement psychologue mais il y avait certaines choses qui s’imposaient comme des évidences, parfois.

D’apprendre que Min Yu était de la classe originelle lui permettait également de déterminer qu’il arrivait effectivement probablement « un peu tard » pour qu’il puisse exercer le moindre pouvoir. Le mal était sûrement déjà fait. Et en même temps :

J’ose espérer que tu n’as néanmoins pas vraiment envie de me tuer non plus.

Au-delà du fait qu’il ne l’avait pas fait jusque là et qu’il « pourrait », le fait que Mikan se sent en zone de danger sans se sentir agresser, présentement, était une information qui valait son pesant d’or. Et cette constatation ne parlait pas de l’instant présent… Mais d’une généralité. Rien à voir avec la question qu’il venait de poser et à laquelle Min Yu avait répondu qu’effectivement, il n’allait pas le tuer. Visiblement, il comptait même le laisser partir. Surprenant…

Tu ne doutes de rien.

C’était une qualité et en même temps, c’était aussi un sacré défaut. Quant à s’approcher, Mikan ne bouge pas dans un premier temps. Il observe le mégot tombé au sol, puis à nouveau les pupilles sombres de son vis-à-vis… Et finalement, lentement, il contourne la piscine, s’approchant effectivement, passant du même côté de la piscine que Min Yu mais sans non plus venir lui manger dans la main. Disons qu’il avait de bonnes raisons de respecter certaines distances de sécurité.

Et maintenant ?

Puis histoire de ne pas faire simplement silence en attendant les « ordres » :

Il y a d’autres personnes sur cette île à qui tu as fait tout ce beau numéro ?

Et qui était encore en vie, cela va sans dire…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Lun 1 Juil - 4:37


Le Japonais garde un silence sage tant et aussi longtemps qu’il n’est pas ouvertement sollicité et Minyu le remarque sans peine. Ça lui arrache peut-être un petit sourire amusé. C’était évident qu’il ne le faisait non pas par docilité, mais parce qu’il avait un bon instinct de survie. C’était peut-être davantage apprécié, même s’il ne détesterait pas l’avoir à sa botte, tout compte fait. Le jeune homme appuie bien sur le « aussi » qui accompagnait sa phrase et Minyu salut ces paroles d’une légère inclinaison de la tête. Il était d’accord sur ce point. La folie venait dans plusieurs formats et dans tout autant de saveurs, si ce n’était plus. Il est aussi d’accord pour la gravité que la folie avait en chacun d’entre eux. Différente, certes. Il n’allait pas remettre ces paroles en question.

« Si nous ne sortons pas bientôt d’ici, nous serons tous aussi fous les uns que les autres. », précise toutefois Minyu, un fin sourire mesquin étirant ses lèvres. « Mais je me fiche de l’état des autres. J’essaie juste de préserver ce qu’il reste du miens. »

Quant à savoir s’il avait envie de revenir dans le droit chemin, Minyu a un rire qui n’a rien de joyeux et qui, en fait, trahit plutôt une certaine tristesse, voire un désespoir palpable. Toutefois, il met rapidement fin à ce petit dérapage, jetant seulement un œil noir à Mikan.

« Peu importe. »

Sa voix se fait tranchante ; il est évident que le jeune homme n’a pas envie de continuer sur cette pente glissante. Le regard de Minyu reste longuement posé sur Mikan à la suite, toutefois, vivement intéressé par ce qu’il entendait. Il y a un moment de battement et finalement, le jeune homme se détourne le temps d’aller se poser à nouveau sur une chaise, un petit « hm » songeur aux lèvres. Il croise les jambes, se donnant sans vraiment faire exprès un air soigné et finalement, il acquiesce comme pour féliciter Mikan.

« Tu fais bien la différence entre l’envie de tuer et l’intention de tuer. », convient Minyu comme s’ils avaient parlé de la pluie et du beau temps. Mine de rien, il était fier que son choix se soit arrêté sur ce garçon-là. Il était brillant. « Tu as de grandes chances de survie. J’espère que tu développeras autant d’habiletés physiques que tu en possèdes de mentales. »

C’était, dans sa bouche, un grand compliment ; que Mikan n’en doute pas ! Et justement, le joli Japonais lui parle de doutes, ce qui attire un sourire amusé sur les lèvres de Minyu. C’est vrai, il affichait une très grande confiance en ses capacités et en fait, il en était même venu à se croire lui-même investi d’une puissance confiance en soi, aveugle aux signes qui démontraient qu’en fait, il n’en possédait presque aucune. Mais il était si facile de rester aveugle à ce genre d’informations quand on souhaitait tant croire le contraire qu’on en venait à agir en harmonie avec un mensonge.

« En effet, ce n’est pas dans mes habitudes de douter de moi. », convient Minyu, précisant toutefois bien dans cette phrase qu’il pouvait facilement douter des autres. « Ici, c’est une bonne chose puisque je suis la seule personne sur laquelle je peux compter. »

Puis, Mikan s’approche et Minyu se relève, curieux de voir ces jolis traits de plus près. Et il faut admettre qu’il n’est pas déçu du voyage, même s’il ne le laisse pas paraître. Il se contente de l’admirer un petit moment avant de finalement avoir un sourire pour le Japonais, ni sympathique, ni mesquin. Et maintenant ? Maintenant, rien. Le brun ne répond pas, se contentant de relever un peu le menton. Ah… il se faisait malgré tout l’impression d’un général aux commandes et il adorait ça. Tous les généraux n’avaient pas l’occasion d’avoir de si jolis soldats sous leurs ordres, pas vrai ? Quant à la question qui lui est ensuite posée, elle lui arrache un rire amusé.

« Ah, tu n’avais pas compris, alors ? Non, bien sûr que non. Je suis beaucoup plus adorable que ça. Tu m’aurais materné avant la fin de la matinée si ça n’avait été que de moi. Mais tu as préféré danser dans la piscine… », assure Minyu, une lueur amusée brillant dans ce regard qu’il avait autant étiré que Mikan l’avait rond. « Tu aurais préféré l’enfant éploré, dis-moi ? »

Et il espérait une réponse sincère, car elle n’en serait que davantage divertissante ! Finalement, Mikan a un petit geste de la main pour la chaise posée non loin de lui, déclarant :

« Viens t’asseoir. Tu dois malgré tout être mort de fatigue et transit de froid, à présent. Je ne te ferai pas mal. Tu peux ne pas me croire, mais tu rates une opportunité de te reposer un minimum. »

De toute façon, ça faisait juste du bien de parler un peu.

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Sam 6 Juil - 10:42




Devenir tous fous ? Peut être bien. Ca faisait plus ou moins écho à ses propres pensées et de toute façon, Mikan agissait d’une manière qui prouvait bien qu’il le pensait, d’une certaine façon. Rien que le fait qu’il se maquille était une démonstration de cette rationalité qu’il essayait de garder. Des gestes du quotidien pour tenter de conserver quelques normes, des gestes inutiles mais qui lui faisait du bien pour laisser subsister quelque chose du lui d’avant, quelque chose de sain. Et Min Yu ? Qu’est-ce qu’il faisait lui pour « conserver son esprit » ? Difficile de dire s’il était fou ou bien pas… Et si son état mental était indemne… Mais une chose était certaine : seul son nombril devait effectivement compter, en cas de crise.

Quant à ce que lui-même aurait pu faire pour Min Yu… Alors même que c’était ce dernier qui avait réclamé, voilà qu’à présent il lui faisait comprendre d’une œillade noire et d’une réplique un peu sèche qu’il ne voulait plus en parler. De fait, Mikan souligne :

Donc j’ai raison. Peut être que tu n’as pas tellement envie de rester sain d’esprit, finalement.

Le tout avec affront peut être… Mais prudence. Il ne cherchait pas à insulter celui des deux qui était armé il va sans dire. Mais il ne comptait pas non plus ramper plus que nécessaire. Min Yu semblait avoir beaucoup d’orgueil mais qu’on ne se méprenne pas : Mikan en avait aussi.

Le jeune homme semble ensuite plutôt dans le mood de le laisser partir puisqu’il parle de capacités à développer. Mikan se contente d’acquiescer, simplement pour confirmer le fait qu’il espérait bien s’améliorer doucement mais sûrement sur cette île. Il n’était pas le plus sportif mais il avait une endurance pas mauvaise alors pour le moment, il se contenterait de courir pour fuir le danger. Plus tard, peut être qu’il serait amené à participer… Mais pour se défendre certainement… Mikan n’avait rien d’un tueur en série « lui ».

Quant à la philosophie de vie de Min Yu… Mikan a un petit mouvement d’épaule. Ce qu’il disait se valait et en même temps, c’était un pas de plus dans la parano et de fait, rien de très très positif à son avis. D’ailleurs il le fait remarquer :

Ce n’est peut être pas très sain de se méfier de tout le monde.

Et en fait, après réflexion :

De toute façon, ce sont plutôt les autres qui ont à se méfier de toi, non ?

Parce que si Min Yu savait afficher une vraie tête d’ange, larmes et désespoir sur le visage comprit, il savait surtout parfaitement bien jouer la comédie… Il le lui avait prouvé et Mikan, pourtant habitué aux faux semblants du milieu, avait été surprit par tant d’habileté. Il avait faillit s’y laisser prendre et en fait, peut être que « faillit » n’était pas le mot. L’impression avait été si forte qu’en réalité, il en avait encore douté même une fois mit devant l’évidence du jeu d’acteur. Peut être même qu’une partie de lui doutait encore. L’esprit et le cœur savaient être traîtres…

Voilà qu’ils se font face… Et Min Yu n’est pas le seul à laisser glisser son regard un peu pour observer. Lui-même évalue un peu son vis-à-vis. Un beau et grand jeune homme, fin, élancé et aux traits bien dessinés en lignes nettes… Un regard en amande allongé comme à la plume, des pupilles bien sombre et qui pourtant, au soleil, ne devaient pas manquer de s’éclaircir…

Tu aurais sûrement pu faire quelque chose de bien, dans mon milieu.

De plus, Min Yu semblait apprécier se donner de l’importance… Etre mannequin, il en aurait eu des regards tournés vers lui…
Le coréen en revient cependant à son petit tour de duperie… Et Mikan a un petit regard maussade pour lui. Il le laisse supposer de ce qu’il aurait pu faire, parce que ça ne servait à rien de le contrarier sur ce genre de point précis… Et à propos de ce qu’il aurait préféré… Mikan hausse les épaules, répondant en toute honnêteté :

Je ne sais pas.

Puis après une seconde de réflexion supplémentaire :

Je ne pense pas.

Parce que la chute aurait été beaucoup plus brutale…

Au moins là je sais à quoi m’en tenir.

Du moins, il le supposait. Mikan ne connaissait pas assez Min Yu pour être sûr qu’il n’avait pas d’autres atouts dans sa manche… Mais il pouvait supposer que sa nouvelle méfiance saurait en venir à bout. Du moins, il pouvait surtout l’espérer.

Min Yu lui propose de s’assoir… Et Mikan retire ses chaussures puis son haut pour les étendre au soleil près des vêtements qu’il avait déjà « lavés ». Il allait garder le short, par acquit de conscience. Sa main passe brièvement sur le tatouage sur son bras tandis qu’il se dissimule un minimum en revenant près de Min Yu pour s’assoir.

Je ne te trouve pas très reposant en fait.

Alors assit ou debout… Ca tenait un peu du kif kif, là comme ça. Et parce que la question lui brûlait les lèvres :

Ca fait un mois et demi que tu es là… Un peu plus même… Tu es arrivé avec toute ta classe… Et tu n’as fait équipe avec aucun d’entre eux ? Tu n’avais donc pas un ou une ami(e) ?

Ca l’étonnait tout de même… Parce que Min Yu ne pouvait pas être qu’un solitaire, si ?

Et qu’est-ce que tu feras si tu t’en sors ?

Il n’avait pas la prétention de dire « on ». Parce que les chances pour qu’ils s’en sortent tous les deux étaient minimal et ce sans même parler du fait que leurs colliers n’avaient peut être pas la même couleur…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Dim 21 Juil - 6:43


« Peut-être bien. », murmure presque trop doucement Minyu. « Ça a vraiment de l’importance, au fond ? On est là où les fous sont rois. »

Un sourire doucereux accompagne ces paroles peu rassurantes. Oh, il avait bien compris que le Japonais ne s’avouait pas vaincu d’avance et que malgré son ton encore doux, il y avait de la défiance dans ces paroles. Il n’était pas stupide. Et d’un regard, il le communique au jeune homme. Ce qui était bien dans cet environnement, c’est qu’ils étaient tant et si bien attentifs à ce qui se passait tout autour d’eux qu’il n’était pas difficile de communiquer. Un geste, un regard, un grognement… et la bête reculait ou avançait selon le signal envoyé. Et présentement, les signaux allaient rapidement d’un côté à l’autre. Cette constatation attire un sourire en coin sur les lèvres de Minyu. Quant à ce qui était sain ou pas dans la méfiance qu’il portait aux autres, le Coréen hausse lentement les épaules, son regard glissant à nouveau sur la silhouette fine. Vrai qu’à les voir ensemble, tant qu’il n’actait pas, on ne doutait pas de qui devait se méfier ou pas. Mais malheureusement, malgré son esprit aiguisé et sa grande taille, il ne pouvait se permettre de cesser de douter.

« J’aime bien te l’entendre dire ; c’est indéniable. », assure Minyu tout en ayant un rire bref. « Mais la vérité c’est que bien des types et même quelques nanas ici auraient de quoi me refroidir en deux temps, trois mouvements. Moi aussi, j’ai de quoi craindre. L’important, c’est que je l’oubli pas. Mais c’est pas facile de rester modeste quand tout vous réussi pour la première fois de votre vie. »

Ça, c’est clair… C’était comme les bulles du champagne : ça montait à la tête. Mais pour survivre, Minyu devait garder l’esprit clair. Toutefois, un compliment inattendu le tire de ses pensées. Il aurait pu faire un malheur… comme mannequin ? Ça lui fait arquer un sourcil. C’était malgré tout agréable à entendre, forcément… Tout le monde aimait être complimenté sur son apparence physique et Minyu ne faisait pas exception, bien qu’il ne le prenait peut-être pas exactement comme l’adolescent moyen, malgré tout.

« Mannequin… Ça aurait pu être quelque chose de sympa. Et cette fois, mon frère n’aurait pas pu me piquer la vedette. », commente-t-il, songeur. Et réalisant que Mikan ne savait pas trop comment était Minki, il explique avec une simplicité dénudée de critique : « Il est beaucoup plus grand que moi, mais pas fin du tout. »

Minki n’était pas gros, hein. Mais pas fin… Bref, fallait le voir pour comprendre. Il avait des mollets forts, quelques kilos de gamin pas encore perdus, les joues pleines… Le jeune homme fini par pousser un petit soupir agacé, penser à son frère n’étant présentement pas son activité favorite. Un sourire amusé étire ses lèvres ensuite, alors que Mikan lui explique qu’il préférait encore l’avoir tel quel, pour savoir à quoi s’attendre plutôt que de se bercer de douces illusions probablement mortelles. Amen. Ce garçon avait malgré tout des réflexions qui plaisaient à Minyu, ce qui n’était pas peu dire tant il était difficile de lui plaire. L’homme acquiesce donc, confirmant ainsi ses dires tout en retirant son pantalon histoire de le faire sécher. Ses chaussures sont soigneusement posées près de la chaise qu’il occupait un peu plus tôt et ses chaussettes étendues sur le carrelage. Puis, il s’assoit à nouveau, grand roi, comme s’il n’était pas seulement en sous-vêtements.

Il observe brièvement la silhouette séduisante de Mikan, mais ne s’y attarde pas et n’a pas particulièrement de pensées rattachées à cette contemplation. Il en vient plutôt au tatouage, cette fois vivement intéressé. Un dragon, des cerises… C’était joli. Le montrant d’un signe de tête, Minyu assure :

« Puissant et féminin. Un peu à ton image. Je l’aime. »

Quant à ne pas être reposant, il a un sourire en coin tout en haussant les épaules. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire, à lui ? Mikan pose ensuite des questions, mais dans un premier temps, Min glisse la main dans son sac pour en sortir… le fameux couteau. Il le montre au Japonais… puis le lui lance doucement pour qu’il l’attrape.

« Et là ? Un peu plus reposant ? », demande-t-il tout en arquant un sourcil. « Oui, je suis arrivé avec tout le monde. Et non, je n’avais pas d’amis. Personne ne connait le « vrai » Yang Minyu et franchement, c’est fatiguant. Pou le moment, c’est encore ma meilleure chance de m’en sortir. Acter, je veux dire. Alors je préfère les éviter à long terme. »

Il observe encore un peu Mikan avant de finalement conclure :

« Mais toi, tu connais mon vrai visage. »

Ça pouvait laisser entrevoir des pensées qui ne plairaient peut-être pas au mannequin, mais peu importe. Quant à faire s’il sortait d’ici, ah ça…

« Je ne sais pas. », déclare d’abord le jeune homme, sur un ton plat. « Je serai probablement fou. Qu’est-ce qu’un fou adulé par toute la population fait ? »

Il devient encore plus fou. Non ? La question en soit n’avait pas d’intérêt puisqu’ils ne pouvaient pas se projeter si loin. Comment savoir s’ils seraient encore intacts après leur passage sur l’île ? Ou plutôt, comment savoir à quel point ils le seraient encore ? Minyu pousse un petit soupir en sortant son paquet de clopes, réalisant à ce moment qu’il était vraiment nerveux. Cette fois, plutôt que de l’allumer, il se contente de la glisser entre ses lèvres pour jouer avec. Ceci avec précautions… Il aurait eu l’air con à la casser.

« Je vais manquer de clopes… Il faut que j’en trouve. », marmonne-t-il d’abord davantage pour lui-même avant d’ajouter à l’intention de Mikan : « Tu veux faire équipe ? »

La réponse risquait d’être intéressante. Ou plutôt, non… C’était plutôt ce qu’il allait lire sur le visage du garçon qui le serait.

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Mer 24 Juil - 8:22





Est-ce que ça avait de l’importance ? Pour lui oui, dans une certaine mesure. Mais ça ne servait à rien de le signaler parce que de toute façon, Min Yu était déjà convaincu… Peut être que ça le rassurait parce que ça lui donnait une certaine légitimité à laisser libre cours à ses bas instincts. Mikan reste donc silencieux, n’en rajoutant pas d’avantage.

Pour ce qui était de la situation et du fait que cette île était peuplée d’étudiants plus fort… C’était effectivement la loi de la jungle. Min Yu avait présentement l’ascendant sur lui mais l’arrivée d’une troisième personne pouvait entièrement changer la donne. Rien que de laisser un peu d’eau couler sous les ponts risquait d’équilibrer la balance autrement… Ou de la déséquilibrer d’avantage. Tout comme on disait souvent qu’il y a « toujours plus petit que soi » il y avait aussi plus grand… Et les prédateurs de cette île étaient réellement dangereux.

Min Yu semblait dire qu’il avait été une sorte de looser jusque là. Un perdant. Quelqu’un qui, en tout cas, ne réussissait pas forcément ce qu’il entreprenait. C’était difficile à croire compte tenu de l’aplomb dont il faisait preuve… Mais Mikan voulait bien croire que cette attitude ne sortait pas du néant. A présent, tous ceux qui avaient souffert prenaient leur revanche, c’est ça ? De fait, curieux :

Comment étais-tu avant cette île ?

Min Yu pouvait encore décider de lui mentir mais il avait l’air de préférer jouer cartes sur table depuis le début. Enfin si on exceptait son petit cinéma malsain, évidemment. Il avait forcément du mal à visualiser un Min Yu qui soit différent du jeune homme qu’il avait devant lui. Quelqu’un de déjà presque adulte, avec des traits durs qui lui donnaient aisément deux ans de plus. En fait, le concept même d’un Min Yu en uniforme était bizarre dans son esprit.

Le frère du coréen semblait être une partit de son trouble… Et Min Yu semblait éprouver un certain plaisir à le décrire comme un grand gros. Enfin il avait pas été très très précis mais globalement, dans la tête de Mikan, ça ressemblait un peu à ça. Alors il lui venait de là, son sentiment d’échec ? Des réussites fraternelles ? Ou bien des réactions de leurs parents face au frère ? C’était un peu effrayant de voir quelqu’un aussi amer et plein de colère à cause d’une personne dont il aurait dû être proche.

C’est l’aîné ?

Oui bon… Pas que la situation prête forcément aux banalités de ce genre de conversation mais pour comprendre Min Yu, Mikan devait un peu explorer toutes les pistes que Min Yu lui offrait parce qu’elles ne seraient assurément pas nombreuses et n’apparaîtraient que lorsque le jeune homme le voudrait bien. Il se déshabille, révélant un corps moins maigrichon qu’il n’en avait l’air, en réalité. Pas qu’il soit taillé comme un athlète mais Min Yu ne manquait pas de rebond à l’endroit de certains muscles des mollets et possédait de bonnes cuisses. Nul doute qu’en fait, celui-là devait malgré tout prendre grand soin de lui-même, n’est-ce pas ?

A propos de son tatouage, Mikan a un regard pour ce dernier, passant à nouveau sa main dessus de manière pensive, sans rien répondre, revenant juste observer ces billes d’obsidiennes qui l’observaient tout pareillement, comme s’ils n’étaient encore que dans une phase d’observation. Et c’était peut être bien ça, au fond.

Son couteau est extrait des affaires de Min Yu… Et contre toute attente, il lui est lancé ! Mikan le récupère, le tenant fermement sans se faire prier, ses jointures blanchissant tant il serrait fort. Bien sûr que dans son esprit, attaquer Min Yu à présent avait été une possibilité. Mais psychologiquement, il n’était pas encore prêt à sauter à la gorge d’un type avec lequel il avait commencé à bavarder… D’un type qui ne le menaçait même plus tout à fait. Peut être juste qu’il était manipulé. Peut être que c’était une sorte de sous-forme du syndrome de la femme battue à son stade larvaire. Quoi qu’il en soit, Mikan n’ouvre pas le couteau et acquiesce simplement pour confirmer que c’était « plus reposant » même si en réalité, c’était tellement inattendu que ça le faisait réfléchir encore plus fort !

Nouveau hochement de tête à propos du vrai visage de Min Yu… Mais Mikan a soudainement une relative incertitude probablement perceptible. Qu’est-ce qui lui affirmait que c’était vrai, au fond… ? Min Yu jouait peut être encore la comédie, il n’aurait pas su dire. De fait, prudent :

Du moins je peux le supposer.

Parce que l’image avait un côté assez peu flatteur pour qu’il puisse la prendre telle quelle, sûrement. Mikan hausse les épaules à la question suivante, ne croyant pas qu’elle demandait réellement une réponse. Pourtant, il s’y essai :

Il tente de se soigner, peut être.

Ou alors, pas vraiment dans la même ligne :

Ou il s’exile dans les montagnes pour vivre seul, qu’est-ce que j’en sais ?

Mais Min Yu semblait beaucoup plus nerveux à propos de son paquet de cigarette qui se vidait que par ses perspectives d’avenir. C’était effrayant. Est-ce qu’il en avait réellement perdu la capacité à se projeter ? Notez que c’était peut être ce qui lui permettait de tenir avec tout cet aplomb malgré la situation…

Il faudrait te trouver une vapoteuse, plutôt.

Enfin ce que lui il en disait… Par contre la dernière question le choque presque tant il ne s’y était pas attendu ! Faire équipe ? Est-ce que Min Yu était sérieux ?

Ce serait vraiment une très mauvaise idée.

Et pourtant, à la fois dans son ton et dans son attitude, il était perceptible que Mikan… Hésitait ! Il ne pouvait pas avoir confiance en Min Yu. Mais ils seraient sans doute plus capables à deux que seul. Ho, ils ne savaient toujours pas la couleur de l’un et de l’autre mais coopérer aujourd’hui ne signifiait pas qu’ils seraient amis demain, n’est-ce pas ? Min Yu ne semblait pas vraiment du genre sentimental…

Toutefois… C’était une occasion. Et il serait sûrement un peu idiot de ne pas au moins essayer de la saisir… De fait, toujours sur un ton prudent et lent comme pour se donner l’occasion de bien y réfléchir encore une seconde et de se rétracter si jamais, Mikan change un peu de discours quoi qu’il ne revienne pas sur ses paroles précédentes :

Ca pourrait nous êtres bénéfique…

Il pouvait donner l’air d’être un peu empoté mais ce n’était absolument pas le cas… De fait, il savait qu’il aurait quelque chose à apporter à cette coalition…

Tu le voudrais toi ?

Parce que là résidait un peu le nœud du problème, non… ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 19 ans.
Amour : Rien à signaler.

Nombre de victimes : 1
Contenu du Sac : .
Une miche de pain
Une barre de céréales
Deux bouteilles d'eau (1L5)
Une carte de l'île avec ses zones
Une boussole
Une lampe torche (avec piles)
Deux paquets de Mild Seven
Un briquet Zippo à l'effigie de SoaD
MP3 Sony + écouteurs + recharge
Un rouleau de fil de canne à pêche
Une couverture
Deux bandanas
Une boîte de 22 aspirines
Un petit kit de couture (trois mini bobines de fil + deux aiguilles)
Deux paquets de ramen
Cotte de mailles
Un uniforme à sa taille
Une paire de chaussures à sa taille

Avatar : Kim HimChan (B.A.P)
Pseudo : LaMarquise.
Doubles Comptes : Jang Jae Seong

Messages : 225
Activité RP : 0









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Ven 23 Aoû - 2:41


Minyu n’attendait pas vraiment cette question, c’est vrai. Elle le prend un peu de court et pendant quelques secondes, il ne parle pas, réfléchissant seulement à ce Minyu qu’il avait peut-être bien laissé derrière lui. Enfin, pas complètement, il va sans dire et Minki pourrait le jurer pour lui. Mais un peu quand même, c’est vrai. Le meurtre ne lui avait jamais spécialement traversé l’esprit avant qu’il ne soit permis. Pourtant, la légalité de ses actes n’était pas ce qui le guidait, puisqu’il avait toujours été un peu en marge dans sa façon de penser et de voir les événements autour de lui. Finalement, il hausse lentement les épaules, comme si la question n’avait pas beaucoup d’intérêt. Ce qui n’était pas faux, soit dit en passant. C’est ce qu’il était maintenant qui aurait dût inquiéter Mikan.

« Considéré comme le gentil petit gamin innocent de la classe. Comme un voyou parmi mes fréquentations en dehors du lycée et de la famille. Maltraitant mon petit frère en lui faisant passer ça sur le dos. », répond lentement Minyu, s’arrachant un petit rire froid. « Je ne sais pas. Rien en particuliers, sinon… »

Quant à Minki qui serait l’aîné, ça arrache un grognement peu amène, suivit d’un reniflement dédaigneux. Quelle idée… Minki l’aîné ! Et puis quoi encore ?

« Non. C’est le petit frère chiant. »

Toutefois, le sujet est rapidement relégué aux oubliettes et un fin sourire étire les lèvres de Minyu alors qu’il surprend le regard de Mikan traîner un peu sur son corps. Il ne commente pas, bien que ça lui ait brûlé les lèvres, histoire de ne pas braquer le jeune homme. Mais, il note. De toute façon, il lui semblait sincèrement que le caractère du beau mannequin servirait ses intérêts, ce qui ne pouvait que lui faire plaisir, forcément. Alors pourquoi ne pas le ménager un peu ? Quant à cette histoire de vrai visage, ça lui arrache un petit froncement de sourcils, vaguement méprisant. Oui, c’était celui-là, son vrai côté. Celui qui était authentique. Certes, toujours manipulateur, mais d’une façon incroyablement plus fine. N’est-ce pas ? Minyu balaie finalement l’air devant lui d’un mouvement de la main, comme si cette conversation n’en valait plus le coup.

« C’est ton problème si tu ne peux pas le voir. », convient le jeune homme avant de glisser sa main dans la masse de cheveux bruns qu’il possédait. « Qui sait, ça viendra peut-être… »

Parce que sa petite biche, il n’avait pas l’intention de la laisser tranquille de sitôt. Restait juste à voir si elle allait se faire docile ou s’il allait devoir courir derrière. Mais les deux options ne lui faisaient pas peur. C’est Mikan qui devrait faire le choix le plus éclairé. Quant au fou adulé de tous, il n’y est pas du tout et Minyu a un bon éclat de rire franc, sa voix rauque portant un moment dans la haute pièce.

« Vraiment ? Alors si un enfant peint sur les murs et est applaudit de ses parents, tu penses qu’il va poser son crayon et essayer de se faire pardonner ? », demande Minyu, arquant un sourcil amusé. « Bien sûr que non. Le fou qui est acclamé ne tente pas de se soigner puisqu’on l’aime ainsi. Certes, ça changera au bout d’un moment, mais le mal est déjà fait… Il est un héros parce qu’il est fou. Et meurtrier. Et sadique. Et sans pitié. Les êtres humains adorent être des héros. »

Le jeune homme hausse paresseusement les épaules à propos de la vapoteuse. Peut-être, mais ça lui servirait franchement à quoi dans l’état d’espérer mettre la main sur une ? De toute façon, peu importe… parce que la suite est infiniment plus intéressante que toute cette conversation au grand complet. Minyu reste pourtant maître de lui-même, sérieux, le dos un peu plus droit pour s’imposer comme dominant. Pas pour prendre l’ascendant sur Mikan, mais pour montrer qu’il pouvait le protéger, tout simplement. Il n’aurait pas agit avec un homme plus masculin, mais Mikan, c’était carrément un autre registre à ce niveau… Dans un premier temps, sa jolie biche assure sans même réfléchir que ce serait une mauvaise idée… avant d’avoir un moment de silence pendant lequel ses beaux grands yeux le dévisagent longuement, lui racontant une toute autre histoire. C’était sans prix… Quelle beauté indécise !

En effet, ça pourrait leur être bénéfique. Et histoire de ne pas non plus passer que pour un fou, Minyu convient de façon très lucide :

« Nous avons des forces et des faiblesses différentes. »

Quant à le désirer, il ne répond pas immédiatement, pour ne pas sembler se précipiter sur l’occasion. Mais lentement, il hoche la tête de façon positive. Son regard se pose sur la piscine, à nouveau calme comme avant qu’ils ne plongent en son centre.

« Oui. Ton contact me fait du bien, c’est indéniable et je pense que même Minki s’en rendrait compte. », murmure Minyu. Il savait toutefois que son petit frère aurait peur, que ce soit pour Mikan ou pour quiconque essaierait de tourner un minimum autour de la jolie biche. Après tout, ça faisait une chose de plus sur laquelle Minyu pouvait paranoïer. Amen. « Ce n’est pas comme si tu prenais la décision de ta vie, même si ça peut sembler être le cas. »

Minyu pousse un petit soupir, glissant une main contre la ligne entre ventre et flanc pour y ramasser une petite goutte d’eau indisciplinée, quittant pour ce faire son vis-à-vis du regard.

« Tu seras libre de partir quand tu le veux. », assure-t-il pour appuyer ses propos. Et surtout, pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles sans être assassiné au milieu de la nuit. « Et moi aussi. »

Parce qu’il n’avait pas non plus envie d’avoir l’air de soudainement y tenir mordicus…  

_________________


put on your war paint !

Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Rouge


avatar
Âge : 21 ans
Amour : Yang Min Yu ♥

Nombre de victimes : 3
Contenu du Sac : .
- Couteau papillon
- 1 saï
- Jericho 9mm (15 balles)
- Trousse de toilette
- 3 bouteilles d'eau (2 x 1L5)
- 1 tenue de rechange
- Baskets
- 1 Carte de l'île
- 1 Lampe torche (avec piles)
- 1 boussole
- Trousse de maquillage
- Quelques bijoux dans un coffret
- Téléphone portable + chargeur
- Crème hydratante
- Casquette
- Lunettes de soleil x2
- Petits sparadraps contre les ampoules
- Guide de la parfaite ménagère datant de 1960
- Un appareil photo
- Lentilles en conserve
- Paire de menotte *koff koff*
- Pastille pour la gorge
- Une couverture
- Brosse à cheveux

Avatar : Mao [SID]
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : MyPandaa
Doubles Comptes : Kim Jae Hwa, Yang Min Ki & Lee Hyun Hee

Messages : 119
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   Dim 1 Sep - 7:58





Ok… Alors finalement, Min Yu était un peu à l’image de ce qu’il était sur cette île avant de finir ici. Pas dans les mêmes extrêmes bien sûr… Mais tout de même. Et visiblement, c’était son frère qui en faisait le plus les frais. Aucune idée de la raison qui poussait Min Yu à ressentir autant de haine vers ce dernier mais après tout… Il ne les connaissait pas. Et au passage, il apprenait que c’était un « petit frère ». C’était peut être ça le problème. Est-ce que l’attention des parents s’était trop retournée sur le cadet ? Est-ce que Min Yu s’était sentit délaissé ? Peut être que les responsables, c’étaient plutôt les parents dans ce cas… Réalisaient-ils seulement le monstre qu’ils avaient ainsi forgé… ?

Pour ce qui était de bien cerner Min Yu, Mikan se contente de rester silencieux. Oui… Peut être que ça viendrait. Sûrement même s’ils étaient amenés à passer un peu plus de temps ensemble. Et difficile de dire si cette perspective l’inquiétait ou bien pas. Min Yu était, de toute évidence, aussi bien un puissant allié qu’un fourbe ennemi. Disons qu’il était traître et que c’était encore pire de le savoir. Est-ce qu’il serait réellement capable d’amadouer un peu cette part d’animal que le garçon possédait ?

Ensuite… Mikan tique un peu, pas tout à fait certain. Il y avait des choses qui faisaient changer les hommes, même les plus sadiques d’entre eux. Il arrivait même que de véritables psychopathes puissent éprouver un intérêt qui ressemble à l’amour parfois. Ca changeait un peu leur mode de vie n’est-ce pas ? Est-ce que ça suffisait à les remettre sur les rails toutefois ? Difficile à dire ça aussi… Peut être pas. Mais c’était dur de voir Min Yu, si jeune, promit à un potentiel brillant avenir… Et de se dire qu’il était déjà perdu. C’était… Incroyablement défaitiste et une grande part de Mikan, au-delà de son indignation du comportement du jeune homme, était révoltée à l’idée que la société l’ait ainsi abandonné…

Peut être qu’il se faisait berner… Et que cette sympathie lointaine qu’il éprouvait pour Min Yu était à la limite du contre-nature. Mais qu’on ne se méprenne pas : il se méfiait toujours et ne le considérait pas comme un ami. Min Yu n’était pas capable d’avoir des amis lui semblait-il. Peut être qu’une petite part de lui espérait qu’il parviendrait à atteindre ce statut mais pour le moment il était lucide quant à la situation.

Bref… L’autre sujet était beaucoup plus intéressant et important. Cette histoire de faire équipe. C’était tout un concept que d’utiliser ce terme d’équipe dans le cas présent… Mais Mikan était assez intelligent pour mesure le risque qu’il prenait. Ou du moins, pour croire qu’il le mesurait.

Oui : Min Yu et lui avaient des forces différentes. Même s’il pouvait ne pas y paraître, Mikan n’était pas dépourvu de compétences. D’accord il avait pleuré rien qu’à l’idée de dormir sur le sol au milieu des bêtes… Mais il était une personne réfléchit et loin d’être la potiche qui devait simplement être belle et se taire. Il savait nouer le contact, avait un bon instinct de survie et une forme peut être pas « athlétique » mais bien suffisante pour ne pas le faire passer pour un boulet. Il est probable qu’il ait eu d’autres compétences insoupçonnées mais l’important présentement, même s’il ne les citait pas, c’est que Min Yu ait conscience de quelques unes d’entres elles.

Min Yu semble favorable à l’idée de leur collaboration. « Min Ki » devait être son frère… Et c’est une information que Mikan garde dans un coin de sa tête. S’ils le rencontraient, peu importe que Mikan trouve ce grand gros amical ou quoi, il saurait se tenir à distance… Non pas qu’il irait jusqu’à le menace ou quoi, pas du tout… Mais il n’oubliait pas avec lequel des deux frères il faisait équipe et compte tenu de l’humeur facilement changeante (pour tourner à l’orage surtout !) de Min Yu, mieux valait ne pas le contrarier en s’acoquinant d’une quelconque façon avec le cadet.

L’autre adolescent finit d’appliquer les termes de leur « contrat »… Et Mikan se contente d’hocher la tête lentement, comme pesant encore le pour et le contre jusqu’à la dernière seconde. Ainsi les voilà qui faisaient équipe… Une équipe bien étrange, composée de deux êtres diamétralement opposés… Ils n’étaient peut être même pas de la même couleur mais pendant un temps ça allait être secondaire.

Mikan tourne la tête vers une baie vitrée, plissant légèrement les yeux tandis qu’un rayon de soleil vient l’éblouir légèrement. Mieux valait qu’il se gorge un peu de lumière avant de plonger dans les ténèbres avec Min Yu…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Au fond de l'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au fond de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fond de teint Select vs. Studio fix fluide
» Le Fond de teint Revlon HD photoready
» Application du fond de teint
» La prime à la casse: le gaspillage à fond la caisse
» Fond de teint studio fix et boutons


Lethal Instinct :: 
 :: Zone 4 :: Piscine Municipale
-