Réouverture du forum !
http://lethal-instinct.forumactif.com





Partagez | .
 

 Bienvenue au paradis. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mar 16 Sep - 8:39

15.10.13

Bizzarement, aucun danger ne s'est présenté sur notre route plutôt découverte. D'un autre côté, il faut être bien con pour passer tranquillement sur un chemin à découvert, donc personne ne doit prêter attention à ce passage. Tordue, comme réflexion, mais pas irraisonable. Se Hee avait gardé le silence du début jusqu'à la fin, son regard passant furtivement d'un point à un autre, prête à bondir sur la première chose qui lui paraitrait suspect. Elle savait que le petit nouveau la suivait, qu'il devait sans doute s'inquiéter, mais elle n'avait pas le temps de préoccuper de lui. Elle devait juste avant, et il devait juste suivre. Elle laissa donc son cerveau se concentrer uniquement sur son objectif : arriver au chantier saine et sauve. Enfin... Sains et saufs pour le coup. Par un heureux hasard, ils arrivèrent sans embrouilles jusqu'au chantier mais Se Hee ne relâcha pas encore son attention pour autant. Ils n'étaient pas en sécurité. Elle trottina alors rapidement jusqu'en bas d'un bâtiment à moitié construit et releva la tête vers des poutres et des échaffaudages aux aspects instables. La structure était facilement reconnaissable comme une ébauche d'école. Le premier étage était fait, les quatre restants tenaient sur quelques pilotis et autres bricoles cimentées. Les vitres n'étant pas encore posées comme les murs n'étant pas totalement terminés, on pouvait voir à l'intérieur que les escaliers manquaient. Se Hee inspecta le bâtiment du regard, ne s'avançant pas plus pour le moment, puis sourit légèrement en voyant que son moyen d'arriver à sa cachette était toujours présent. Elle se tourna alors vers son invité et pose son sac au sol pour débuter ses explications.

- Bien. Nous y sommes. Ce que tu vois là, c'est le début de ce qui devait être une école. Il y a quatre étages. Je ne me suis bien sûre pas installée au rez-de-chaussée ou au premier, dans un soucis de sécurité, et la troisième étage ne comportait pas de coin à l'abris du vent. Nous irons donc au quatrième. Pour ça...

Elle se tourna et pointa une grue éloignée de bien un mètre de largeur et de deux mètres de hauteur du doigt, en continuant de parler. Une grue sur laquelle les barreaux de l'échelle étaient pourris donc dont il fallait braver les bout de métal tordus et asymétriques afin d'en atteindre sa plus grande hauteur.

- Il faut passer par là. Ensuite on saute sur le toit. Il y avait une échelle qui menait du quatrième étage au toit mais je l'ai cassé la dernière fois que je suis venue. Donc on va devoir passer par les fenêtres qui ne sont que des trous carrés. Une fois sur le toit, il va falloir se pendre dans le vide, se laisser glisser jusqu'au trou, rattraper le bord et se hisser à l'intérieur. Tout ça avec le sac à dos sur soi. Je peux t'apprendre à gérer ton stress, et je vais t'apprendre à faire une roulade pour que tu te réceptionnes correctement au saut du toit, sans te blesser, mais je ne peux pas décider de le faire à ta place. Mais c'est là que se trouve ma cachette... C'est dangereux d'y accéder, mais au moins tu peux dormir sur tes deux oreilles, t'es sûr que personne viendra te déranger...

Elle se retourna alors face à lui et prit une grnade inspiration.

- Bien... On risque tous les deux de faire une chute mortelle, et si quelqu'un se décide à nous tirer dessus pendant notre escalade, on sera des cibles parfaites. Ce sont les seuls risques. Toujours partant ?

Parfaitement consciente du danger, Se Hee ne comptait de toute façon pas forcer son invité à venir. Elle savait aussi qu'elle pouvait prendre le risque de dévoiler sa cachette sans avoir à craindre qu'il parte et ne revienne quand elle ne s'y attendrait puisqu'il fallait un bon guide ou un grand courage - Se Hee possédait simplement la technique - pour monter jusque là haut. Dans tous les cas, après une longue réflexion, elle avait fini par juger que le seul danger de cet endroit était le fait que, parfois, les zones passaient au rouge et il fallait faire vite pour sortir de là et s'éloigner de la zone avant que le collier n'explose. Consciente également qu'elle demandait à un novice de faire ce qu'elle faisait depuis toute petite en terme de gymnastique, elle ne s'imaginait pas que l'inconnu veuille la suivre jusqu'au bout. D'un autre côté... Elle ne savait pas si elle serait capable de tirer sur quelqu'un si vraiment elle devait en arriver là. Alors l'idée qu'elle puisse s'être trouvé un éventuel nouvel ami capable de le faire à sa place n'était pas des plus déplaisant...


Dernière édition par Byeon Se Hee le Mer 15 Oct - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mar 16 Sep - 9:45

Je continuais de la suivre aveuglement jusqu'au chantier, marchant et trottinant toujours à son allure pour ne pas la perdre bêtement, sans vraiment me rendre compte des raisons qui la pousse à accélérer de temps en temps, n'évaluant pas le danger de cette endroit comme elle. Nous finissons finalement notre course au pied d'une grand bâtiment en construction qui était destine à être une école mais qui ne sera jamais terminé. Elle se tourne alors vers moi, posant son sac au sol et commence à m'expliquer où elle vit. Je la laisse finir, gardant l'air impassible, mais ne voulant absolument pas grimper là dessus ! Je voulais une cachette pour éviter de risquer ma vie en forêt, pas une cachette pour risquer ma vie sur une grue instable ! Je prend un moment de réflexion, le même que tu as pu prendre quand je t'ai demandé de me garder avec toi, regardant la grue qui paraît gigantesque de mon point de vue et me donnant déjà le vertige.

Je repose mon visage sur sa guide, je n'arrive déjà pas à me promener dans une forêt sans prendre une branche dans mon sac ou des racines dans les pieds. Tout ce que j’espère c'est qu'elle n'est pas sérieuse, et qu'il reste encore une échelle. Après tout, si elle a cassé seulement quelque barreau, ça devrait aller, elle n'a pas pu briser quinze mètre d’échelle en une seul fois, je prend une grande inspiration avant de dire « Toute l’échelle n'est pas brisé, n'est ce pas ? Il en reste encore une partie, même rouillé ?!». J'ai besoin qu'elle me réponde oui, je veux bien monter une vielle échelle rouillé a l’intérieur de la grue et entouré de ses côtés asymétrique comme barreau d'urgence plutôt que de me suspendre au dessus quinze mètre dans le vide !

Mon sourire s’élargit subitement, aillant visiblement une idée et reprend très calmement, « Et par l’intérieur, il n'y a aucun moyen maintenant que nous somme deux ? En escaladant les plafonds, étage par étage, en faisant la courte échelle par exemple ? Nous n'aurions pas besoin de se suspendre au dessus d'une mort certaine et nous aurions toujours un sol sous nos pieds ! Je ne sais pas ce que vous êtes, mais je ne suis pas aussi agile que vous, je vais avoir besoin d'aide et cette méthode sera la plus adapté pour nous deux et la moins risqué ! Je voulais vous suivre pour avoir un abri et une compagnie, pour ne pas mourir en plein forêt, en essayant de rentrer chez moi, mais si je tombe de la haut, je mourrais quand même. ».

Je ne parle que très rarement autant, uniquement pour dire des choses importantes, et celle ci, est sûrement la plus importante depuis que je suis sur cette île, parce que si elle refuse, je serais probablement mort dans la nuit. De toute façon, si elle n'accepte pas, je serais obligé d'insister, je refuse de rester dehors et de grimper sur cette grue ! J’attends sa réponse, tandis la peur me ronge toujours un peu plus, non seulement de ne jamais revoir ma famille, mais maintenant et de plus en plus, pour ma propre vie. Et je pense qu'au fond, ça ne sera ni une balle ou une chute mortel qui va me tuer, mais cette peur qui, si elle continue de me ronger, va me faire perdre la tête

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mer 17 Sep - 15:00

Rien qu'à voir sa tête, Se Hee comprit que l'idée de grimper jusque là haut par le chemin qu'elle avait l'habitude d'emprunter et qu'elle avait proposé ne plaisait pas du tout à Bae Yun. En essayant de rester le plus objective possible, Se Hee ne comprenait pas ce refus. Certes l'exercice était rude, encore plus pour quelqu'un qui n'avait pas apprit à faire confiance aux capacités de son corps, mais entre ça et trouver une autre cachette moins pratique, où le repos ne serait que sommaire et totalement paranoïaque, le choix était vite fait pour la jeune femme. Elle reposa alors le regard sur le parcours qu'elle venait d'expliquer, puis le posa de nouveau sur l'inconnu. Elle haussa simplement les épaules, pas très enthousiaste à l'idée de devoir grimper une échelle rouillée qui risquait de céder à chaque gramme de plus plutôt que des bout de métal certes plus espacés mais bien moins dangereux puisque plus épais, plats sur les côtés et sans trou le long de l'escalade. Elle écouta néanmoins la proposition de l'inconnu mais se mit à rire, un peu nerveusement certes, légèrement sous un ton moqueur également, mais rien de bien méchant.

- Tu vois vraiment moins de risques en faisant comme ça ? Rien n'est terminé, il n'y a pas de support, les trous qui sont faits sont là à cause de la pourriture du temps. C'est encore plus dangereux... C'est comme s'agripper à un bord de falaise, la pierre paraît solide mais peu se détacher à tout moment. C'est trop dangereux...

Elle prit une inspiration profonde pour soupirer et ramassa son sac, le regardant d'un air désolé.

- Je sais que ça peut faire peur, et je suis désolée mais... Je ne passerai pas par ailleurs. Ce n'est pas la première fois que je viens ici, j'ai déjà étudié toutes les possibilités pour monter, et je n'en vois pas d'autres. Donc... Moi je passe par le chemin habituel. Toi, fais ce que tu veux. Mais ne prends pas trop de temps pour réfléchir, on peut être tirés comme des lapins ici, et je ne t'attendrai pas. Si tu veux que je te guide pour grimper, c'est maintenant.

A ces mots, et peut-être avec un peu de froideur, il faut l'avouer, la jeune femme s'avança vers la grue qui lui servait de meilleure amie depuis quelques jours. Il était hors de question qu'elle prenne le risque de prendre un chemin qu'elle ne connaissait pas et qui risquait d'être plus dangereux alors qu'elle en avait évalué et même pu expérimenté un autre qui lui paraissait plus simple, moins friable et moins dangereux. Que l'inconnu la suive s'il voulait qu'elle le guide, qu'il reste planté où il était s'il estimait que son idée était meilleure. Mais Se Hee n'estimait pas avoir le temps de juger qui avait raison ou qui avait tort. Elle voulait juste aller se mettre à l'abris, manger un morceau, s'allonger un peu, bref se reposer avant de reprendre la route. Peu importaient les disputes, la philosophie des instants ou des personnes, le jugement des uns ou des autres, seule comptait la survie. Et la survie tenait à une unique et infime petite chose aussi précieuse que l'air : le timing. Il suffisait de partir une minute trop tôt ou une minute trop tard pour faire une mauvaise rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mer 17 Sep - 18:10

Elle émit un rire moqueur à ma proposition, j'en conclue vite qu'elle n'y croyais pas avant de m'assurer que tout aller s'effondrer au moindre contact mais je préfère tenter ma chance comme ça et au pire, faire des chutes répétés d'un peu plus de deux mètre de haut, plutôt que de devoir en faire une énorme de quinze. Elle se mis à soupirer et à ramasser son sac, m'assurant qu'elle prendrait cette grue, avec ou sans moi, me conseillant de vite me décider, mais la réponse est déjà toute trouvé, je ne grimperai pas là dessus, nous somme sur un chantier, je trouverai bien un escabeau, une échelle moisie ou même des gros sac de ciment qui me permettront d'atteindre le plafond de chaque étage.

Je n'en perd pas mon sourire et te répond finalement, « Et bien, je vous retrouve en haut. » avant de partir un peu plus loin pour faire le tour du chantier et essayer de trouver quelque chose qui pourrait m'aider à grimper,. Je ne regarde même pas si tu grimpe ou non cette grue, je suis concentré sur mes recherches dans le chantier, car contrairement à toi, je ne prend pas le timing en compte, je n'imagine pas que quelqu'un puisse passer, me tirer une balle dans la tête, et juste s'en aller. Pour moi, les plus grands meurtriers de cette île, son encore la peur et les chutes mortelles.

Je prend une bonne vingtaine de minute à faire le tour de ce dépotoir, examinant chaque objet me permettant de me surélever. Je m'arrête un petit instant sur une chaise dont le bois est couvert de moisissure et l'acier rouillé commence à s'effriter mais elle me semble correct. Je mis donc un pied dessus, puis l'autre, pour vérifier qu'elle supporte mon poids, mais la brise avant de me retrouver debout, me retrouve maintenant le cul au sol. Je me mis à rire bêtement comme pour évacuer tout le stresse accumuler jusque là avant de me relever, sans vraiment prendre conscience que mon rire bruyant pourrait me valoir de me faire repérer et de prendre une balle.

Je me relève finalement, un réel sourire au lèvre cette fois, avant de me frotter rapidement pour retirer la poussière de mes vêtements et continuer ma recherche. 5 minutes plus tard, mon regard se porte sur une drôle d’échelle étalé au sol au milieux de quelque débris, qui faisait apparemment partie d'un échafaudage lors de son utilisation, échafaudage qui doit sûrement être ce fameux tas de débris.. Aujourd'hui elle est rouillé et il manque pratiquement un barreau sur trois, mais je doute que je puisse trouver mieux. Je me mis donc à l'essayer, la laissant au sol, mais marchant sur les barreaux un a un. Je croise les doigts et arrive finalement au bout, après avoir juste entendu certains barreaux craquer sous mon poids, mon sourire se transforma presque en explosion de joie alors que je la pris sous mon bras l'amener à l’intérieur du bâtiment, sans savoir si ma guide est déjà en haut ou non et si elle m'observe.

Une fois dans l’école, la partie la plus périlleuse reste à venir, il me faut trouver des trous dans le plafond, pour que je puisse poser le reste d'échelle dessus et y grimper. Je prend visiblement mon tend, absolument par pressé et finit par en trouver un menant au premier étage après quelque minutes d'observation. Je pose donc mon échelle, la secouant légèrement pour m'assurer qu'elle ne tombera pas et m’élance. Étrangement, cette grimpé c'est faite sans encombre, hormis les quelques toiles d’araignée qui était sur mon chemin. Une en haut, je me retourne vers le trou et tire l’échelle vers le haut, pour l'amener avec moi jusqu'au premier, mais c'est en frottant l’échelle contre ce nouveau sol que je l'entend s'effriter sous mes pieds. Surpris, j’arrête de tirer bêtement et me met à réfléchir pour finalement prendre mon temps, et m'accroupir prêt du bord, pour monter l’échelle a la force des bras, sans la frotter contre le sol et finalement la garder sous l'épaule. Cherchant un trou menant au deuxième étage, beaucoup plus simple à trouver, car plus j'avance vers le quatrième, plus l’école semble inachevée et fragile. J’entreprends donc la même manœuvre avec succès pour le second et recommence pour le troisième. Mais arrivé au milieux de l’échelle, montant toujours tout doucement avec de grands mouvements de jambes pour combler le manque de certains barreaux, j’entends un bruit derrière moi, par réflexe je tourne la tête, mais dans un mouvement trop brusque, l’échelle bougea légèrement, mais suffisamment pour que le rebord de plafond lâche et me laisse tomber à plat ventre sur mon échelle moisie, émettant un bruit sourd dans l'ensemble du bâtiment .Alors que je me redresse doucement, une petite douleur au ventre après avoir pris un barreau dans l'estomac. En revanche, en regardant autour de moi, je ne vis qu'une souris me narguer au loin, c'est de sa faute si je suis tombé. Je soupire donc et retente ma chance un peu plus loin, toujours plus délicatement pour ne pas briser le sol ni le plafond.

Avec tout ce bruit, elle est sûrement au courant que j'arrive, mais tant mieux, elle ne sera pas surprise en voyant ma tête dépasser du sol quand j'arriverai a son étage, environ trois quart d'heure après l'avoir abandonnée face à la grue.

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Ven 19 Sep - 11:48

Le choix était fait : il prendrait ses risques et elle prendrait les siens. Elle le regarda donc s'éloigner vers l'intérieur du bâtiment depuis le bas de sa grue, et secoua légèrement la tête. Elle espérait simplement pour lui que personne ne se trouvait à l'intérieur et que les fondations seraient assez solides pour supporter son poids. Elle replaca donc correctement son sac sur ses épaules et entama sa montée le long de la grue. Rapide, agile, mais très concentrée sur les endroits où elle posait les mains et les pieds. La moindre erreur lui serait fatale et elle le savait. Elle ne faisait donc plus attention à ce qui l'entourait, restant uniquement fixée sur ses prises et non sur les risques qui l'entouraient comme par exemple la venue d'une mauvaise âme ou des projectiles mal intentionnés. Calmement mais avec une dextérité qui était venue avec la répétition de cette escalade, elle atteint le haut de la grue rapidement, arrivant enfin un peu plus haut que le niveau du toit. Elle s'avança alors lentement, les bras sur les côtés pour garder un bon équilibre, le long de la barre qui se dirigeait vers son point de chute, et s'arrêta à son bord. Elle regarda à peine une seconde en bas et releva les yeux devant elle. Calmement, elle baissa les bras et retira son sac de son dos pour l'envoyer aussi fort que possible sur le toit dans un petit bruit de choses qui s'entremêlent. Rien ne pouvait se casser à l'intérieur, elle le savait, elle n'avait donc pas hésiter entre prendre le risque de lancer ça aussi fort que possible ou faire attention à sa réception. Elle évalua une fois de plus la distance qui la séparait du toit et prit une inspiration. Elle recula de deux pas puis s’élança, donnant à ses jambes l'impulsion qu'il lui fallait pour décoller, la tête et les bras devant, plongeant droit vers le béton. Ses mains touchèrent le toit et son corps s'affaissa pour rouler au sol en lui causant le moins de dégâts possibles. Une fois bien à plat sur le toit, elle soupira longuement et s'assit pour secouer ses poignets, qu'elle avait fragilisé une fois de plus en les soumettant à cet exercice de force.

Elle mit quelques minutes pour se remettre de son saut, en froid avec cette impression qui revenait à chaque fois qu'elle sautait, ce rappel qui revenait dans sa mémoire à chaque fois qu'elle prenait ce risque : aucun filet en bas. Rien à voir avec les entraînements. Mais elle l'avait réussi, une fois de plus, et elle n'avait plus qu'à se glisser au quatrième étage pour s'installer cette nuit. Elle ramassa son sac qu'elle glissa dans son dos et se rapprocha du bord, se penchant un peu pour voir où était le trou qui aurait dû servir de fenêtre, le plus proche, et elle se suspendit dans le vide, lâchant sa prise une fois prête à dégringoler. Son corps tomba alors dans le vide comme une pierre et ce sont une fois de plus ses mains, poussées à la douleur, qui sauvèrent sa vie en s'agrippant au bord du trou qu'elle voulait atteindre, stoppant net sa chute qui n'avait heureusement pas eu le temps de prendre une trop grande vitesse. Elle se hissa à la force des bras sur le bord de la fenêtre et s'engouffra dans ce quatrième étage avec un poids qui s'envolait de ses épaules. Elle avait encore réussi. Elle savait qu'un jour elle se foirerait quelque part, elle savait que l'assurance de la répétition allait la mettre en danger tôt ou tard, mais elle savait aussi que renoncer à de bonnes chances sous pretextes qu'elles étaient difficile à atteindre ou à obtenir pouvait la mener à la mort d'une autre façon. Elle alla donc se poser dans un coin solide, loin du seul trou qui jonchait le sol du quatrième étage, et y posa son sac duquel elle sortit une couverture en laine et ses provisions.

Elle avait prit l'habitude de noter les dates et ce qu'il restait de ses vivres dans le petit carnet qu'elle avait apporté et cette fois-ci n'y démorderait pas. Seulement elle attendit. Elle savait que son invité pouvait arriver d'une minute à l'autre et elle ne voulait pas faire ses comptes sans savoir si elle allait devoir les partager ou non. Regardant l'heure sur sa montre, elle remarqua qu'elle avait mis une vingtaine de minutes à atteindre son but. Alors elle attendit... Elle attendit encore dix minutes, puis vingt, commença à se dire qu'il avait dû renoncer et faire demi-tour, quand un bruit assourdissant la fit sursauter. Elle attraper son krüger et retira la sécurité, puis elle s'approcha précautionneusement du trou... Pour y voir un Bae Yun étalé sur le ventre, qui semblait vivant mais choqué. Elle soupira alors et remit la sécurité de son arme avant de l'accrocher à son pantalon. Elle eut un sourire un peu amusé et s'accroupit, passant ses bras autour de ses genoux en le regardant.


- Tu devrais faire encore plus de bruit, tiens. Histoire de me faire avoir une crise cardiaque.

Elle observa alors l'échelle qu'il avait trouvé et hocha légèrement la tête d'un air consentant. Il avait eu de la chance. Elle s'allongea alors finalement sur le ventre en tendant sa main, pour qu'il puisse s'en aider une fois qu'il l'aurait atteint, s'il en avait envie.

- Aller viens. J'ai pas envie que tu meurs maintenant, sinon ton cadavre va empester ma cachette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Sam 20 Sep - 10:49

J'étais en train de me redresser pour essayer de parvenir au dernier étage avec mon semblant d’échelle alors quand j'entendis sa voix au dessus de moi. Je relève donc ma tête avant de lui offrir un large sourire la voyant s'allonger pour me tendre la main. Je n'attend donc pas pour poser l’échelle contre le plafond, avant de doucement la grimper dans de grand mouvements pour ne pas essayer de m'appuyer sur un barreau inexistant, avant d de finalement attraper sa main pour m'aider à monter au quatrième grâce à elle. Une fois en haut, je remonte délicatement l'échelle pour la mettre sur le côté, il faudra juste la redescendre pour remonter la prochaine fois. Je prend une grande inspiration et regarde autour de moi.

 Merci, j'ai pris mon temps, mais je suis arrivé... C'est ici que tu vis ? », je balaye l'étage du regard et semble perturbé en voyant l'étage aussi vide que les deux précédent. Je ne m'attendais pas à du grand luxe mais pas au points de me retrouver dans une pièce vide où le sol peux s'effondrer à chaque pas. Pourtant je n'ose pas poser la question, je prend toujours plus conscience du danger constant qui m'entoure alors que mon sourire à énormément de mal à rester en place, laissant apparaître apercevoir mon air apeuré alors que j'essaie de le cacher.

 Je ne rentrerai jamais chez moi... N'est ce pas ? », mes mains se mettent légèrement à trembler, ne voulant pas croire que je suis ici jusqu'à ma mort. Mais bien forcé de l'admettre, ma vie de simple étudiant est terminé . J'essaie tant bien que mal de rester calme, mais dans une telle situation personne ne le peux. Je lui tourne le dos, voulant comme me cacher et ne pas montrer que je faiblis, mais même sans ça, mais mes tremblement me trahissent. Je n'ai aucune idée de comment elle va réagir et je m'en fiche au plus haut point. Je veux juste du temps, pour me faire à cette idée que je repoussais depuis mon arrivé sur l'île.

Je commence à sangloter, sans un mot, mettant mes mains dans mes poches pour cacher le tremblement de mes mains. Même si à ce stade, me cacher ne sert plus à grand chose. J'avance donc vers un morceau de mur pour m'asseoir contre, enlevant mon sac pour le mettre entre mes genoux, avant de l'ouvrir lentement, aillant pour idée de manger la barre de céréale, espérant me calmer. Mes mains ont du mal à attraper la fermeture, mais finissent par ouvrir le sac maladroitement, fouillant dans mon sac pour en sortir la fameuse barre. Je tire sur l'emballage pour l'ouvrir, alors que j'ai faillit a faire tomber au sol avant de la porter à ma bouche et prenant une bouchée. Je mâche lentement, voulant calmer mes sanglots, mais ne réussissant qu'à les réduire sans me calmer pour autant.

Je pose finalement mon regard sur Se Hee, les yeux rougit par les larmes que j'essaie de bannir de mon visage. Essayant de trouver une réponse ou une solution auprès d'elle, sachant pertinemment qu'il n'y en aura pas, mais cette idée m’apaise.

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mar 23 Sep - 7:57

Pas rancunier, le petit nouveau attrapa volontiers la main de Se Hee pour grimper. Elle tira comme elle pu pour l'aider à se hisser en haut, consciente qu'elle ne devait pas être d'une grande aide compte tenu de sa morphologie fragile mais qu'une main tendue dans un milieu pareil était encore plus appréciable que dans la vie ordinaire. Une fois qu'il fut au même niveau qu'elle, elle lâcha sa main et retourna vers son coin. Un sourire en coin naquit sur le coin de sa lèvre lorsqu'elle s'aperçu la tête que tirait Bae Yun en voyant le vide de la pièce et son amusement fut comblé lorsqu'il prononça les quelques mots hésitants qui suivirent.

- Tu t'attendais à quoi ? J'ai dis que c'était un endroit plus sûr que les autres, pas que c'était une chambre d'hôtel... Je viens, je dépose mes affaires, je repars, je reprends mes affaires.

Se Hee retourna calmement à sa place la plus solide où était posé son sac et prit lentement sa longue couverture pour la passer autour d'elle et posa son regard sur le nouveau. Elle voyait bien que son sourire s'effaçait de son visage, et un nouveau Bae Yun naquit devant ses yeux. Elle le voyait vraiment, tel qu'il était, sans cet air faux qu'il se forçait à avoir et qu'elle savait être pour tout le monde. Elle s'apprêta à parler mais il la devança et sa gorge se noua. Ses mains s'étaient mises à trembler, et il perdait toute contenance, tout effort qu'il s'était obligé à avoir depuis qu'elle l'avait rencontré. Elle le vit alors se décomposer devant elle, ne prenant pas la peine de répondre à sa question pour l'instant. Elle savait que toutes ses paroles seraient vaines, qu'il écouterait sans enregistrer. Il devait se calmer avant... Elle l'observa alors sanglotter, mangeant sa barre chocolatée comme un gosse qui se consolerait avec du chocolat - ô dieu, du chocolat, elle qui n'en mangeait presque pas avant d'arriver ici, ça lui manquait terriblement - et un doudou. Elle garda donc le silence, restant blottie dans sa couverture sans un mot, le laissant à ses réactions de tristesse. Elle n'avait rien pour le soulager, pas un mot, pas un geste. Elle ne voulait pas lui mentir. Elle attendrait donc qu'il ce soit calmé pour lui dire tout ce qu'elle pensait. Et ce moment arriva longtemps après, mais il arriva. Alors qu'il semblait désespéré, que le chagrin se lisait sur son visage, la jeune femme se leva et vint s'asseoir à côté de lui, passant la couverture sur son épaule pour la partager avec lui. Elle posa une main douce sur celle du nouveau, dans un geste presque... Protecteur. Puis elle prit une inspiration et commença.

- Je vais être franche avec toi. Je ne veux pas te mentir, te donner de faux espoirs, mais je ne peux pas non plus te faire perdre tout espoir. Théoriquement, tu peux rentrer chez toi. Si ton équipe gagne, tu pourras rentrer. Mais ça, c'est en théorie. En pratique... Tu peux te faire tuer à n'importe quel moment par des gens qui sont devenus tarés, s'ils ne l'étaient pas déjà avant, à force de psychoter, tu vas finir par avoir faim, tu vas finir par avoir froid, et je pense que c'est impossible que ce jeu se finisse. Il y a trop de vagues d'arrivants, les équipes n'ont pas le temps de s'entretuer qu'elles sont déjà renfloués. C'est pas pour rien qu'ils font exploser des colliers au hasard au bout d'un moment... Mais ce que tu dois bien te dire, c'est que c'est un jeu inventé par des humains, pour des humains, et qui s'aident uniquement de technologie, donc ce n'est pas infaillible. Ce n'est peut-être pas nous qui allons changer les choses, mais à chaque vétéran qui peut apprendre aux nouveaux, on avance. On en sait plus, sur le fonctionnement du jeu, sur les colliers, sur les gens et leurs réactions... Je ne suis pas vieille. Je suis là depuis un mois seulement, mais en un mois j'ai vu des choses que je n'ai jamais vu dans toute ma vie même dans les films. Tu grandiras vite. Mais le tout, Bae Yun, le plus important, ce qui est primordial, c'est de ne pas laisser la peur prendre le dessus. Si les gens deviennent fous, c'est parce qu'ils perdent toute semblance de réflexion, parce qu'ils ont peur et que la peur est la pire de toutes les manipulations... Personne n'est à l'abris de ça, j'ai appris à gérer ma peur lors de ma formation mais je ne suis pas différente de quiconque ici. Et toi non plus. La peur peut nous prendre tout ce qu'on a. Mais on est humain... Et elle n'est pas plus puissante qu'un autre sentiment. Tu dois juste... Rester maître de toi même. Le plus longtemps possible. Si tu sens que tu ne pourras pas continuer, que tu ne pourras pas tenir, alors tente le suicide, ça sera sûrement moins douloureux. Pour ma part, je n'ai pas le courage d'en arriver là. Et puis... Je me dis que si une amie me rejoint, par malchance, au moins je serai là pour l'aider. Elle ne sera pas seule. Alors... J'essaie de tenir, le plus longtemps possible, et de faire le moins de mal possible aux gens. Tu peux pleurer... Tu peux pleurer, tu peux trembler, tu peux hurler, tu peux avoir des crises inimaginables de panique, mais toujours lorsque tu es en sécurité. Une fois que tu es sorti de ta cachette... C'est fini. Tu dois redevenir maître de toi-même. N'oublis jamais ça... C'est toi qui doit contrôler ta peur, et pas elle qui doit te contrôler, sinon ce sont Eux qui te contrôlent. Et ils auront gagné. Et ils ne doivent pas gagner. Ils ne doivent pas obtenir la satisfaction qu'ils attendent de leur petit jeu.

Pas habituée à parler autant, Se Hee reprit une inspiration pour se calmer. Elle n'était pas une fille des plus sociales, même si elle n'était pas sauvage non plus, et elle offrait rarement le fond de ses pensées et de son coeur à quelqu'un, d'autant plus quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. C'était un cadeau qu'elle faisait là à Bae Yun, mais aussi un danger dont elle acceptait de prendre le risque puisqu'elle ne savait pas s'il était vraiment comme il était ou si ce n'était qu'un jeu de manipulation. Mais elle faisait ce qui lui semblait juste, et c'était le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Ven 26 Sep - 15:16

J'étais complètement perdu dans mes sanglots, mâchonnant et terminant la barre, n'ayant pas remarqué tout de suite l'approche de Se Hee. C'est seulement maintenant que je m'en rend compte, quand elle passe la couverture autour de moi et prend ma main dans la sienne comme pour me consoler et me protéger. Attendant que je me calme pour m'expliquer la dure réalité de la vie ici. M’incitant à ne pas m’effondrer, me contrôler, ne pas me laisser envahir par ma tristesse, ma peur ou ma colère. Ne pas basculer du côté obscur de la force en somme. Me disant qu'il n'y a pas échappatoire aujourd'hui, mais peut être qu'un jour nous rentrerons chez nous.

Suite à ses mots, je reste silencieux un long moment, visiblement pensif, essayant d'assimiler chaqu'un de ses mots pour garder espoir.  Je resserre sa main, gardant la couverture sur nous, comme pour l’empêcher de fuir. Plus que n'importe quand, je conscient que je vais avoir besoin de quelqu'un pour ne pas décrocher. Et si ce quelqu'un doit être elle, je ne compte pas la lâcher de si tôt.

Je prend une grande inspiration, essaie de sourire à nouveau et regarde Se Hee, avant de simplement lui dire « Merci. ». Ni plus, ni moins, je n'ai de toute façon jamais était doué pour les beaux discours. Je garde mon regard sur elle, comme pour la jauger, voyant en elle une sorte de guide, de protecteur. A un tel point que le sourire que je lui offre est sûrement le plus sincère de tous, différent de tout mes faux-semblant habituel.

Je finis par reprendre la parole un instant, voulant en savoir plus sur elle, voir le plus possible. Lui demandant « Tu faisais quoi avant... tout ça ? », resserrant un peu plus sa main, conscient que ce genre de question peux ranimer des souvenirs des plus mélancoliques. D'ailleurs, je n'essaie même plus de la vouvoyer, je commence peu à peu à me dévoiler à elle, me disant que si toute l'île veux ma mort, il sera plus qu'agréable d'avoir une personne de confiance, et j'aimerai que ça soit elle. Encore faut-il qu'elle accepte de me faire confiance elle aussi. Mais si elle s'approche et me livre tout ce qu'elle à sur le cœur, c'est qu'elle doit voir en moi un allié potentiel, et puis, si nous somme de la même couleur, qu'elle ne m'a pas menti, je n'y vois pas d'objection.

Je reste suspendu à ses lèvres, écoutant tout ce qu'elle voudra bien me dire, si elle me révèle toute sa vie ou si elle m'envoie chier, ne voulant pas en parler., avant d'ajouter une fois qu'elle a finit. « Combien de temps est ce qu'on reste ici ? ». Je commence à parler avec des "on", lui montrant que je n'ai visiblement pas envie de repartir seul et que si elle m'accepte, je reste bien l'accompagner quelque temps, sans pour autant rester vingt quatre heure sur vingt quatre avec elle.

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Dim 28 Sep - 10:17

Il n’y avait rien d’autre à faire. Juste le serrer doucement contre elle et attendre que ça passe. Elle se souvint de sa première crise de larmes, elle avait failli ne pas s’en sortir d’ailleurs. Elle s’était calée dans un coin des bois et avait pleuré toutes les larmes de son corps, à coups de gros sanglots bruyants, et une balle avait effleuré sa tête. Elle s’était rapidement sauvé et avait fui son chausseur, heureusement, mais pour le coup elle en était encore honteuse en y repensant. Elle soupira légèrement à ce souvenir désagréable et serra un peu plus la main de son invité, doucement. Elle le laissa se calmer et posa les yeux sur lui lorsqu’il la remercia. Elle lui offrit simplement un léger sourire, qui ne disait rien mais qui voulait en même temps tout dire. Elle n’était pas mauvaise, elle allait l’aider, ne pas l’abandonner. Elle ferait ce qu’elle pourrait pour lui et le laisserait partir quand elle jugerait que le moment était venu. Si jamais elle se décidait à le laisser partir… Après tout, prendre le risque de perdre un violet était une idée saugrenue quand on sait que la victoire repose sur le groupe et non sur un seul individu. Elle fouilla finalement un peu dans son sac, le relâchant alors qu’il séchait ses larmes tant bien que mal, et en sortit une barre de céréales qu’elle se mit à manger doucement. Elle mâcha lentement son morceau de biscuit et s’arrêta un peu lorsque la question se tourna vers elle. Elle posa alors les yeux sur son futur nouvel ami et avala son morceau. Elle soupira alors et haussa les épaules. Il s'était livré à elle, elle pouvait en faire de même.

- J’étais on ne peut plus normale… J’étais à la fac, en dernière année. Et à côté de ça j’étais gymnaste…

Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors que les souvenirs de ses beaux jours lui revinrent à l’esprit.

- J’étais une des plus célèbres jeunes gymnastes de l’empire de Corée. Mais j’étais douée… Perfectionniste… Travailleuse…

Elle perdit son sourire et baissa la tête vers sa barre, la regardant tristement.

- Et maintenant je ne suis plus rien. Juste un numéro de plus…

Un rire nerveux s’échappa alors de ses lèvres.

- Et dire qu’il me restait plus que quelques mois à faire pour ne plus être étudiante. J’aurais pu éviter ça…

Elle enfourna le reste de sa barre dans sa bouche pour s’empêcher de fondre en larmes et la mangea rapidement. Elle prit ensuite sa bouteille d’eau pour en boire quelques gorgées et la rangea.

- J’entends encore ma mère hurler quand ils sont venus me chercher chez moi… C’est atroce… Je ne sais même pas ce qu’elle est devenue…

Elle fixa le vide pendant un instant, des images douloureuses lui revenant en tête, puis elle secoua légèrement la tête pour les effacer de sa mémoire. Ce n’était pas le moment de flancher, surtout en présence de cet homme qu’elle ne connaissait pas encore très bien. Elle reposa alors les yeux sur lui et haussa les épaules à sa nouvelle question. La réflexion ne fut pas longue.

- Jusqu’au matin. Ou jusqu’à ce que la zone soit signalée comme interdite. Ma couverture n’est pas très grande mais… Je vais la partager avec toi. Essaie juste de ne pas tout prendre, sinon je te frappe avec.

A ces mots, elle plaça son sac de façon à pouvoir poser sa tête le plus confortablement possible dessus et s’allongea doucement, tournée vers son invité. Elle n’allait pas dormir tout de suite, ses yeux étaient encore grands ouverts et elle écoutait simplement l’environnement ou les paroles de son gentil squatteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mer 1 Oct - 20:49

Elle ne s'est pas faite attendre avant de répondre à mes questions, je l’écoutais attentivement, mais ne répondait rien, retenant juste tout ce qu'elle voulait bien m'apprendre. Le fait qu'elle fut une grande gymnaste, une jeune prodige apparemment, m'étonne à peine. Il fallait beaucoup de talent et de courage pour gravir la grue sans y laisser sa vie. Ou juste être inconscient. Elle baissa ensuite sa tête vers sa barre, l'air attristé, et eu le même réflexe que moi, de s'en servir comme conteneur de larme en l'enfournant par grand morceau. Mais après un instant, elle finit par reprendre ses esprits et m'expliquer qu'on pourra rester ici longtemps si la zone n'est pas signalée comme interdite.

Elle s'allonge à côté de moi, la tête sur son sac, et me regarde, sans un mot. Je ne prend pas longtemps avant de faire la même chose avec mon sac, essayant de le positionner le plus confortablement possible et de me recouvrir de couverture. Je garde mon regard sur elle, aillant repris cette air impassible qui me suit partout avant de finalement reprendre la parole.

-« Je ne sais pas comment te remercier pour ce que tu fais pour moi... J'ai encore du mal à réaliser ce qui m'arrive, en tout cas, j'essaie de le faire sans m'effondrer. Mais sans toi, je n'aurais peut être pas tenue plus de deux de jours. Là, je vois mes chances de survie grandement augmentée. J’espère juste que tu me laisseras t'accompagner, le plus longtemps possible, même si je n'ai pas grand chose à t'offrir. Je ne suis pas un athlète, ni un bon pisteur ou cueilleur.Tout ce que je peux t'offrir c'est ma présence et essayer de faire de mon mieux pour t'aider ou te protéger. Enfin... même là, c'est toi qui me protège depuis mon arrivé ici et je te fais plus remarquer qu'autre chose. Enfin bref, merci. ».

Après ce petit discours de remerciement, je me contente de lui sourire bêtement, craignant sa réponse malgré tout, mais moins que tout à l'heure. Parce que maintenant, je sais que même si je suis un poids  pour elle, elle a visiblement envie de m'aider. Et puis, je pourrais quand même me défendre, même si je suis aussi agile qu'un éléphant dans une flaque de vase quand je suis en forêt, le fait d'avoir quelque grenade lacrymogène pourrait me tirer de bien des ennuis. De toute façon, elle sait que j'ai eu une arme quand je suis arrivé sur l'île, mais elle ne sait pas encore quoi. Mais c'est uniquement parce qu'elle ne l'a pas demandée, je ne lui cacherai pas, surtout si ma survie dépend de la sienne. Je gigote un peu sous la couverture, essayant de trouver une position confortable sur le sol et attend le verdict.

L'attente est courte, mais intense, surtout parce que j'ai du mal à me projeter sans elle, sans aide. C'est peut être une mauvaise chose, je devrais apprendre à me débrouiller par moi même, mais il suffirait que je tombe dans un piège en étant seul et l'apprentissage aura été court. Mais à cette instant, je me demande aussi pourquoi est ce qu'elle m'a guidée jusqu'ici et pourquoi elle a pris des risques pour sauver un pauvre gars comme moi, qui avec sa promenade de tout à l'heure, n'a visiblement rien à foutre sur cette île. Je ne poserais pas la question, elle a peut être ses raisons, mais je ne tiens pas à les connaître. Certaine révélations peuvent faire plus de mal que de bien.

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


Âge : 19 ans
Amour : Aucun ~

Coupons : 115
Contenu du Sac : ∞ Bonbons
∞ Sous-vêtements
∞ Élastiques et pinces
∞ Dentifrice + Brosse
∞ Gel douche + Shamp'
∞ Brosse à cheveux
∞ Carnet + Stylo
∞ Couverture en laine
∞ 2 Boites d'allumettes
∞ Une montre
∞ 1 Boite de bandes épilatoires

∞ Une miche de pain
× Une barre de céréales
∞ Deux à trois bouteilles d'eau (1L5)
∞ Une carte de l'île avec ses zones
∞ Une boussole
∞ Une lampe torche (avec piles)

∞ Un pistolet kruger

Avatar : Lee Ji Eun
Statut RP : Peut toujours craquer !
Pseudo : Erylis
Messages : 166
Activité RP : 2









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Lun 13 Oct - 9:34

Le petit discours du nouveau aurait pu paraître émouvant si la situation avait été toute autre. Mais l'heure et l'endroit n'étaient pas à l'émotion. Se Hee se contenta donc de hausser les épaules. Comment pouvait-il la remercier de ça ? C'était comme remercier un pompier d'éteindre un feu ou un policier d'arrêter un criminel : normal. C'était leur boulot. Et c'était humain pour Se Hee de venir en aide d'un novice. C'est sûr que dans un endroit pareil la normalité n'était plus en règle et la gentillesse encore moins. Mais si tout le monde perdait son humanité en peu de jours ici, comment espérer que ça change ? Allongée, le regard posé sur Bae Yun, la gymnaste l'observait simplement, écoutant son balbutiement troublé. Ils étaient proches, maintenant. Déjà parce que la couverture était trop petite pour qu'il garde une distance dite "respectable", ensuite parce que de toute façon Se Hee ne crachait pas sur un peu de chaleur humaine en plus de sa laine. Elle pouvait sentir l'odeur de la mer et du sel encore imprégnés sur son invité, elle pouvait mieux se perdre dans le regard de l'inconnu et tenter ainsi de sonder son âme, mais surtout, elle pouvait mieux observer ses traits et découvrir les mimiques qui trahissaient son impassibilité naturelle. Il pouvait bien essayer de masquer tout ce qu'il voulait, mais d'aussi proche il ne pouvait rien cacher à Se Hee. Elle sentait presque son souffle balayer sa joue. Un fin sourire s'installa alors sur ses lèvres lorsqu'il termina ses excuses et ses remerciements en vrac, et presque d'un geste maternelle, elle vint poser un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence. Elle retira ensuite doucement sa main et ferma les yeux, laissant toute méfiance de côté pour, semblait-il, se laisser aller au sommeil bien que cet inconnu soit à ses côtés.

Il y a des jours, comme ça, où on se sent bien. Et puis d'autres où on se sent mal. Et puis il y a d'autres journées, comme celle-là, où on a pas le temps de se poser la question, où les heures et les minutes défilent trop vite pour qu'on s'aperçoive de quoi que ce soit, pour qu'on réaliser ce que notre corps et notre esprit ressente. Il n'y a que l'instant qui compte, ce que le coeur endure sur le coup, la peur, la colère, la tristesse, le désespoir, rien d'autre ne peut passer en ce lieu désolé et en ces âmes noires. Et puis... On découvre un lieu, une personne, ou un objet qui donne le sourire, qui redonne de l'espoir, qui illumine cette partie sombre de l'endroit qu'on regardait avec appréhension. Qui illumine ce bout de chemin dont on ne voyait le bout. On n'y voit toujours pas le bout, mais on voit au moins où on met les pieds. Et c'est que Se Hee ressentait à ce moment même, avec Bae Yun. Elle ne se sentait pas plus en sécurité que ça, le novice n'était pas des plus musclés, mais de la compagnie la rassurait. Elle avait quelqu'un avec qui partager ses craintes, ses doutes, ses peurs, mais aussi ses joies et ses moments d'espoir. Il semblait vouloir partager ça et... C'était quelque chose d'énorme qui comblait alors le coeur de Se Hee. Elle n'oubliait pas qu'elle prenait le risque de s'endormir sans plus jamais pouvoir se réveiller, mais quitte à mourir, elle estimait que la mort pendant le sommeil était la moins pire. Mais... Quelque chose lui soufflait qu'elle ne risquait rien avec Bae Yun. Elle se laissa donc emporter, pour la première fois depuis longtemps, dans un sommeil profond et réparateur dont elle profita pleinement dans une suite de rêves mirifiques qui la ramenèrent à sa vie d'avant, laissant couler quelques larmes de bonheur - ou de nostalgie - pendant son sommeil, le long de ses joues pâlies par la fatigue et le stress.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction Mauve


avatar
Âge : 20 ans
Amour : Aucun

Nombre de victimes : 4
Coupons : 5
Contenu du Sac : Sac:14/25

Nourriture:
Deux bouteilles d'eau (1,5L)
Une miche de pain

Utilitaire:
Une bonbonne de gaz à briquet, sans embout.
Une boussole
Un brumisateur
Une carte de l'île avec ses zones
Une lampe torche (avec piles)
Un manuel sur la flore coréenne
Une montre
Un vaporisateur d'eau

Armements:
Un flacon de cyanure vide (15ml)
3 grenades lacrymogènes.

Vêtements:
La manche droite de l'uniforme.
Un uniforme scolaire ( manche droite arrachée jusqu'au coude)

Avatar : Fujii Ryusei
Statut RP : Disponible
Pseudo : Joo Bae Yun
Messages : 222
Activité RP : 1









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   Mar 14 Oct - 23:10

Je la regarde me sourire comme unique réponse à mes longues excuses et poser son index sur mes lèvres pour m'inciter au silence, avant de fermer les yeux. Je ne sais pas vraiment ce que je dois penser du fait qu'elle ait une confiance en moi autant que j'ai confiance en elle, au point de s'endormir comme ça, à seulement quelque centimètre d’écart l'un de l'autre, partageant sa couverture avec moi. Dans tous les cas, j’obéis et ne dis pas un mot de plus, la regardant sombrer dans un long sommeil, alors que je reste éveillé, comme pour veiller sur elle, avant d’apercevoir les quelques larmes qui ruissellent le long de son visage et pour certaines disparaître. au coin de son sourire. Je ne suis pourtant ni du genre empathique ou compatissant, mais je ne peux m’empêcher d'être attendris par elle. C'est peut être parce que je lui dois mes premiers pas et le fait de m'avoir sûrement évité d'aller mourir ailleurs mais je me sens redevable, comme tenu de prendre soin d'elle jusqu'à avoir remboursé cette dette de vie.

Je garde les yeux figés sur elle, essayant de deviner à quoi elle peux bien rêver pour pleurer et sourire ainsi. Sûrement à une vie meilleur, une vie passée, quand elle était encore gymnaste. Je soupire doucement, pensant à mon tour à ce qui est désormais mon ancienne vie, sanglotant déjà alors que je ne fais qu'effleurer cette vision. Je finis par reprendre une inspiration et me calmer quelque instant après, pour ne pas fondre en larmes à nouveau et ne pas avoir peur. Comme me l'a appris Se Hee, encore une fois elle. Je me rend un peu plus compte que tout ce que je fais et ferais pour survivre, je ne le devrais qu'à elle.

J'essaie de ne pas trop gigoter pour ne pas lui voler sa couverture qui est déjà trop courte, malgré le fait que le sol soit fragile et fait horriblement mal pour quelqu'un qui a l'habitude de dormir sur un matelas. Elle, ne semble pas avoir de problème avec ça, elle dort comme un bébé, comme si le sol légèrement effrité n'étais qu'un mauvais souvenir. Mais je suppose qu'après un certain temps, on finit par s'y habituer et que dans quelque semaine, le sol ne sera plus si dur. Si je suis encore là dans quelque semaines. Mais je ne dois pas penser comme ça, bien sûr que je serais là dans quelque semaines ! J'ai tenue une journée, pourquoi pas deux, puis trois et toute les autres ? Et puis, je ne suis pas seul, j'ai Se Hee avec moi, et jour après jour, j'en apprendrais un peu plus sur la façon dont me déplacer, me défendre et comment dormir en toute sécurité. Et un jour peut être, j'aurais le courage de monter à la grue, et l’habilité nécessaire pour le faire sans tomber, comme elle l'a fait il y a déjà plus d'une heure et demi. Cette idée me fait doucement rire, comme si j'allais acquérir le niveau d'une jeune gymnaste prodige en aussi peu de temps. Un vrai sourire ce dessine enfin sur mes lèvres, alors que je suis toujours allongée au côté de ma guide endormie. Je me contente de la regarder un instant avant de déposer une légère bise sur son front comme dernier remerciement avant de fermer les yeux à mon tour pour m'endormir à ses côtés.

Il n'y a peut être plus rien sur cette île hormis des tas cadavres et des psychopathes, et encore moins de vie simple et belle, comprenant un travail stable, une petite maison en campagne et une famille, mais je peux le dire quand même. Quand je serais grand, je veux être comme elle.

[RP Terminé !]

_________________

On guérit d'un coup de poignard, tandis que les coups de plume sont empoisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Bienvenue au paradis. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue au paradis. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonne rentrée à tous et bienvenue !
» tva en direct`avec monsieur paradis
» Bienvenue en Gourmandie
» Escalier du paradis
» Notre petit coin de Paradis !


Lethal Instinct :: 
 :: Zones Industrielles :: Chantier en construction
-